Select Page

Podcast : Victimes de traite des être humains à Genève – Que vivent ces femmes ? Sensibilisation pour une meilleure compréhension des victimes de traite en Suisse

Podcast : Victimes de traite des être humains à Genève – Que vivent ces femmes ? Sensibilisation pour une meilleure compréhension des victimes de traite en Suisse
Advertisement

Poadcast du 28 septembre 2021

by Joana Her­rmann, Psy­cho­logue à la Fon­da­tion du Cœur des Grottes à Genève et Mon­sieur Michel Veuthey, Ambas­sadeur de l’Ordre de Malte chargé de com­bat­tre la traite des per­son­nes | La traite des êtres humains et l’activité de la Fon­da­tion du Cœur des Grottes à Genève dans le cadre du soin psy­chologique des per­son­nes accueil­lies en état de traumatisme

Les sous-titres dans le menu “CC” de Vimeo sont disponibles en français, alle­mand et anglais.

Pod­cast du 28 sep­tem­bre 2021 — Joana Her­rmann, Psy­cho­logue à la Fon­da­tion du Cœur des Grottes à Genève répond aux ques­tions de Michel Veuthey, Ambas­sadeur de l’Ordre de Malte chargé de com­bat­tre la traite des per­son­nes — La traite des êtres humains et l’activité de la Fon­da­tion du Cœur des Grottes à Genève dans le cadre du soin psy­chologique des per­son­nes accueil­lies en état de traumatisme.

Podcast du 28 septembre 2021

Joana Herrmann, Psychologue à la Fondation du Cœur des Grottes à Genève et Michel Veuthey, Ambassadeur de l’Ordre de Malte chargé de combattre la traite des personnes

 

La traite des êtres humains et l’activité de la Fondation du Cœur des Grottes à Genève 

dans le cadre du soin psychologique des personnes accueillies en état de traumatisme

Cet événe­ment a été organ­isé dans le cadre des semaines d’ac­tion con­tre la traite des êtres humains en Suisse. Plus d’in­for­ma­tions sur www.18oktober.ch

 

 

MICHEL VEUTHEY : Bon­jour Madame,

 

JOANA HERRMANN : Bon­jour Mon­sieur Veuthey,

 

MICHEL VEUTHEY : Je suis heureux de vous accueil­lir aujourd’hui pour ce pod­cast à l’occasion de la Semaine d’action con­tre la traite. Nous par­lerons des per­son­nes hébergées par le Cœur des Grottes à Genève. Et Madame Joana Her­rmann, vous êtes psy­cho­logue au Cœur des Grottes et mer­ci d’avance de votre témoignage d’aujourd’hui. Per­me­t­tez moi de vous pos­er cette pre­mière ques­tion pourquoi le Cœur des Grottes veut-il faire davan­tage con­naître son accom­pa­g­ne­ment des vic­times ? Par­ler du vécu de ces femmes vic­times de la traite sex­uelle ou aujourd’hui, plus spé­ciale­ment, de l’exploitation des forces de travail ?

 

JOANA HERRMANN : Mer­ci. Aujourd’hui, on estime à près de 22 mil­lions de per­son­nes les vic­times de traite, ce qui représente env­i­ron trois fois la pop­u­la­tion suisse. Bien que le nom­bre de recherch­es soit crois­sant, les don­nées sont encore large­ment lacu­naires sur ce sujet et a for­tiori con­cer­nant le vécu des vic­times de traite par l’exploitation de la force du tra­vail au sein du Cœur des Grottes. Nous accueil­lons et accom­pa­gnons les vic­times de traite aux fins d’exploitation sex­uelle, mais égale­ment d’exploitation par la force du travail.

 

À l’occasion de cette Semaine d’action con­tre la traite, nous par­lerons spé­ci­fique­ment des femmes vic­times de traite par l’exploitation de la force du tra­vail que nous ren­con­trons. Bien évidem­ment, nous ne par­lerons pas d’une femme en par­ti­c­uli­er et cette présen­ta­tion ne se veut pas exhaus­tive. Nous avons sim­ple­ment souhaité rassem­bler cer­tains aspects des par­cours et des souf­frances dont elles témoignent afin de les partager et ain­si par­ticiper à en pro­mou­voir une meilleure recon­nais­sance. Je veux, je vous pro­pose ain­si de nous arrêter quelques min­utes pour pren­dre la mesure de ce que cela représente 22 mil­lions de per­son­nes qui vivent sous le sceau de l’exploitation, la manip­u­la­tion de la pri­va­tion de lib­erté, des vio­lences sous toutes ses formes.

 

Autant de per­son­nes vivant dans la peur, subis­sant des men­aces con­traintes à exé­cuter sans relâche des tâch­es imposées, rabais­sées et bien sou­vent humil­iées. Des per­son­nes qui se trou­vent isolées, loin de leurs familles et de leurs ressources, dans un pays dont elles ne con­nais­sent rien dans la langue et les codes leur sont incon­nus, livrées à elles-mêmes au sein d’un con­texte inin­tel­li­gi­ble et vio­lent. Ces his­toires de vie peu­vent nous sem­bler si loin de notre représen­ta­tion et la vio­lence dont ces per­son­nes témoignent peu­vent sus­citer en cha­cun un effroi tel qu’il est humain de ten­ter, con­sciem­ment ou non, de les ren­voy­er hors du champ de notre conscience.

 

Mais pour autant, si cela nous préserve à titre indi­vidu­el d’une réal­ité insup­port­able, ces 22 mil­lions de per­son­nes con­tin­u­ent d’exister, con­tin­u­ent à subir tous les jours des traite­ments inhu­mains, à se voir privés de leur dig­nité et de cha­cun de leurs droits fon­da­men­taux. Ain­si, si le sujet de la traite est recon­nu comme impor­tant, il reste encore beau­coup à faire pour prévenir, d’une part, mais égale­ment pour aider les vic­times à se recon­stru­ire. Pour la Fon­da­tion du Cœur des Grottes, cela passe par un développe­ment con­stant des pra­tiques au plus près, des con­nais­sances actu­al­isées et des spé­ci­ficités de chaque femme, mais égale­ment par la néces­sité de par­ler de ces per­son­nes afin de les ramen­er dans le champ de con­science du plus grand nom­bre et ain­si par­ticiper à une meilleure com­préhen­sion de leur vécu.

 

Lorsque les femmes que nous accueil­lons nous con­fient leur vécu, tout com­mence par un con­texte ini­tial pré­car­ité, isole­ment social et famil­ial, absence de per­spec­tives ou encore vécu psy­cho trau­ma­tique. Autant de sit­u­a­tions qui engen­drent une souf­france et un désir de change­ment. Puis, un jour vient une ren­con­tre, un dis­cours, des promess­es, une réas­sur­ance, un espoir, celui d’une vie meilleure, d’un nou­veau départ, l’ouverture de per­spec­tives jusqu’alors impens­ables. Les femmes nous racon­tent comme elles se sont méfiées et com­ment les auteurs de traite ont su argu­menter pour les rassurer.

 

Par­fois, il s’agit d’une per­son­ne con­nue de la famille. Per­son­ne de con­fi­ance, donc, et l’espoir d’une vie meilleure prend le dessus. Elle accepte l’Europe. Elle recherche toutes mieux que ce qu’elle vivait, une meilleure vie pour leurs enfants qui vien­nent avec elle ou la rejoignent une fois leur sit­u­a­tion sta­bil­isée. Pour les plus jeunes, des études dans de grandes écoles, la fierté de la famille ou le souhait d’aider leurs proches. L’espoir tri­om­phe. Puis elle nous relate le départ, le voyage.

 

À ce stade, les femmes sont encore pris­es dans l’appréhension de cette nou­velle vie incon­nue. Ce n’est que bien plus tard, voire par­fois une fois sor­ties de la sit­u­a­tion de traite, qu’elles pren­nent pleine­ment con­science des vio­lences subies à leur arrivée. Elles espèrent encore. Elles tra­vail­lent dur et s’accrochent à leur tra­vail comme ils s’accrochent à leur pro­jet de vie. Elles tien­nent bon, mais les trans­gres­sions s’accumulent. Elles voient non seule­ment que la sit­u­a­tion ne s’améliore pas, mais que leur lib­erté leur est confisquée.

 

L’émergence de la vio­lence, bien qu’elle ne l’identifie que rarement comme telle à ce stade. Sor­ties con­trôlées, ampli­tude horaire au delà de ce qu’elle avait imag­iné, salaire dérisoire ou absence de salaire en plus des con­di­tions d’hébergement sou­vent sin­istre, déval­ori­sa­tion per­pétuelle par un employeur impos­si­ble à sat­is­faire. Humil­i­a­tions quo­ti­di­ennes des témoignages de vio­lences physiques et sex­uelles nous parvi­en­nent aus­si fréquem­ment chaque jour. Ces femmes se voient reléguées au rang d’objet dont le des­sein est de sat­is­faire les désirs d’un tiers. Leurs besoins, leurs désirs pro­pres et leur per­son­nal­ité leur sont interdits.

 

Elles n’ont plus le droit d’exister en tant qu’individus qu’être humains, et elles intè­grent peu à peu. Elles se révoltent sou­vent, mais leur impuis­sance face à leur sit­u­a­tion les con­traint à s’adapter à ce sys­tème. Elle ter­mine sou­vent le réc­it en exp­ri­mant cette impuis­sance, l’impossibilité pour elle de sor­tir de ce con­texte. Elle exprime le stress, l’appréhension et la peur qui les poussent à s’adapter, à met­tre en place des mécan­ismes psy­chiques de survie afin de sup­port­er la sit­u­a­tion dans l’attente d’une issue.

 

MICHEL VEUTHEY : Mais alors, quels sont les symp­tômes ? Décrivez-nous ces symp­tômes que mal­heureuse­ment ressen­tent ces femmes.

 

JOANA HERRMANN : Eh oui, alors. D’une part, elle se coupe d’elle même, mécan­isme haute­ment utile pour sup­port­er l’insupportable. Pour faire face à l’impensable décon­necter d’une par­tie d’elle même. Comme leurs émo­tions, leur con­science ou leur mémoire, elles se met­tent en état d’hyper vig­i­lance qui vive, per­pétuel pour s’adapter et ten­ter d’anticiper, au mieux pour se pro­téger. Et lorsque les femmes sont accom­pa­g­nées de leurs enfants, ceux ci se trou­vent vic­times directes ou témoins impuis­sants d’une mal­trai­tance quo­ti­di­enne subie par la mère.

 

L’enfant est donc vic­time à part entière de l’exploitation et tout comme sa mère, lui aus­si met en place des mécan­ismes psy­chiques de survie pour con­tr­er la peur et sup­port­er les vio­lences. Enfin, quand elles sor­tent de la sit­u­a­tion, très sou­vent grâce à une per­son­ne qui les informe de leurs droits ou de la police infor­mée par un tiers, le réseau de pro­fes­sion­nels est alors infer­tile et le proces­sus de mise à l’abri s’enclenche donc lorsque les femmes arrivent au foy­er. Elles expri­ment une grande souf­france psy­chique et physique, en plus de prob­lèmes de san­té par­fois très invalidant.

 

Elles souf­frent donc, comme vous l’avez dit, de symp­tômes psy­cho trau­ma­tiques sévères qu’elles ne com­pren­nent sou­vent pas et qui leur font vivre encore une fois une impuissance.

 

MICHEL VEUTHEY : Est-ce que vous pour­riez nous décrire ces symp­tômes post-trau­ma­tiques que vivent mal­heureuse­ment ces femmes, s’il vous plaît ?

 

JOANA HERRMANN : Oui, tout à fait. Alors, les symp­tômes du trou­ble de stress post-trau­ma­tique sont au nom­bre de qua­tre. Tout d’abord, on par­le des revivis­cences, qu’on appelle aus­si les flashs blacks. Il s’agit en fait des sou­venirs qui sont envahissants et qui revi­en­nent per­pétuelle­ment à la con­science de la per­son­ne. Ce sont des sou­venirs qui sont envahissants, comme je l’ai dit, qui peu­vent revenir sous forme de cauchemars, mais aus­si durant la journée, et qui causent une grande détresse chez les personnes.

 

Donc ça, c’est le pre­mier symp­tôme, le sec­ond. On par­le des évite­ments, for­cé­ment. Si une per­son­ne a subi des vio­lences, si elle a dû met­tre en place des mécan­ismes de survie pour s’en sor­tir, elle la mémoris­er, ce vécu-là, et elle va tout faire pour ne pas le revivre. Donc, elle va met­tre en place des évite­ments qui peu­vent être com­porte­men­taux, par exem­ple les évite­ments d’un lieu, d’une per­son­ne ou d’un aspect de leur vécu.

 

Pour nous, extérieur ne com­pren­dront pas for­cé­ment, mais il peut aus­si s’agir d’évitement psy­chique parce que, comme je l’ai dit précédem­ment, les revivis­cences causent une grande détresse et sont envahissantes pour la per­son­ne, donc. Vont par le biais de médica­ments ou, par exem­ple, de pra­tiques sportives extrêmes, ten­ter de les juguler. Ça peut être aus­si des addic­tions, par exem­ple. C’est le sec­ond symp­tôme. Ensuite vient le troisième qui est l’hyper acti­va­tion neu­ro-végé­ta­tive. Là, il s’agit d’une mémoire plus cor­porelle qui va faire que la per­son­ne, avec le sou­venir de cer­tains aspects du trauma.

 

Elle va être dans un cas qui vivent dans une hyper vig­i­lance et par exem­ple, si une porte claque. Si pour nous, cela peut sem­bler anodin peut être que pour la per­son­ne, ça lui rap­pellera un aspect des vio­lences qu’elle a subies et elle aura une réac­tion com­plète­ment dis­pro­por­tion­née avec notre regard, mais qui fera sens si on com­prend son vécu. Le dernier symp­tôme cor­re­spond aux altéra­tions des cog­ni­tions et de l’humeur qui sont asso­ciées à l’événement. For­cé­ment, si une per­son­ne a subi un trau­ma, a for­tiori si le trau­ma a été causé par une per­son­ne de façon inten­tion­nelle, la vic­time per­dra con­fi­ance en l’être humain, per­dra con­fi­ance en le monde dans lequel elle vit et ça engen­dr­era une grande défi­ance dans les liens, dans les per­son­nes au niveau de l’humeur.

 

Sou­vent, les per­son­nes vont délaiss­er cer­taines activ­ités qu’elles fai­saient aupar­a­vant, vont se dés­in­téress­er, vont être irri­ta­bles. Il y a tout un champ d’impact direct sur la per­son­ne. Donc ça, ce sont les qua­tre symp­tômes directs du trou­ble de stress post-trau­ma­tique que l’on ren­con­tre chez les per­son­nes vic­times de traite des êtres humains.

 

MICHEL VEUTHEY : Mer­ci. C’est très intéres­sant. Et alors, com­ment prenez-vous en charge juste­ment, au Cœur des Grottes, ces per­son­nes vic­times, s’il vous plaît ?

 

JOANA HERRMANN : Oui. Alors quand elles arrivent au Cœur des Grottes, elles sont sou­vent dans une grande insécu­rité puisque puisqu’elles ont subi des vio­lences puisqu’elles ont per­du con­fi­ance en l’être humain. Donc, notre pre­mier tra­vail, le pre­mier objec­tif du Cœur des Grottes et de les sécuris­er, les sécuris­er sur un plan direct. Parce que si elles ont été, si elles ont subi la traite de la perte de per­son­nes de la part de per­son­nes qui sont par exem­ple sur Genève, nous, on doit être vig­i­lantes quand on doit être atten­tif à ce qu’elles puis­sent se sen­tir en sécu­rité au sein du foyer.

 

Donc ça, c’est le pre­mier aspect, sécu­rité directe, mais aus­si sécu­rité matérielle, parce que sou­vent, ce sont des per­son­nes qui arrivent et qui ont vécu une pré­car­ité, une grande pré­car­ité. Donc, le foy­er leur apporte le néces­saire pour vivre digne­ment. Et enfin, il y a la sécuri­sa­tion rela­tion­nelle où là, il y a tout un tra­vail à faire pour leur per­me­t­tre de réap­pren­dre à avoir con­fi­ance en les per­son­nes qui les entourent. Et ça, c’est le socle de base pour pou­voir après accéder à la deux­ième étape qui est celle de la stabilisation.

 

Parce que quand elles arrivent, elles sont encore dans une sit­u­a­tion de survie. Et une fois qu’elles sont sécurisées, là, on passe à un tra­vail. On va dire un peu plus pro­fond où on va pou­voir gér­er. Appren­dre. Leur appren­dre à gér­er leurs émo­tions, à gér­er quand elles font des crises d’angoisse liées aux symp­tômes qu’on a décrits juste avant. Et tout ça, ça va faire par­tie de l’étape de sta­bil­i­sa­tion qui va être une étape longue et dont on ne peut pas prévoir le temps de durer.

 

Enfin, la dernière étape est celle du développe­ment du pou­voir d’agir. Ou là, on va tra­vailler avec les per­son­nes à les aider à repren­dre en main leur vie, à refaire des pro­jets, à se pro­jeter dans l’avenir. Parce que pour cer­taines, c’est même très dif­fi­cile de se pro­jeter et à faire l’expérience de réus­site pour pou­voir les aider à ren­tr­er dans un cer­cle vertueux pour aller vers l’autonomie et l’indépendance.

 

MICHEL VEUTHEY : Oui, c’est très intéres­sant, mais je crois qu’un autre fac­teur que vous soulignez est le fac­teur temps. Oui, parce que sou­vent, on sous-estime, parce qu’on pense qu’effectivement, il suf­fit de laiss­er une semaine ou deux à une per­son­ne. Et puis tout ira bien… Cette per­son­ne doit se sen­tir en sécu­rité et alors ? Je crois que vous pou­vez évo­quer des durées qui sont même par­fois en et en années et en années.

 

JOANA HERRMANN : Oui, tout à fait. On dit sou­vent que pour une per­son­ne qui vit un trau­ma, c’est à dire une per­son­ne qui a pu se con­stru­ire nor­male­ment donne dans de bonnes con­di­tions et qui vivra un événe­ment trau­ma­tique. Il faut un tra­vail psy­chologique de 1 à 2 ans. En tout cas, ça se compte en années. Donc, même si ça dépend et c’est très vari­able, évidem­ment, on ne peut pas faire de général­ités. On sait que pour des trau­mas aus­si sévères que ceux que subis­sent les vic­times de traite des êtres humains, le tra­vail d’accompagnement ne se comptera évidem­ment pas en mois, mais en années. Et là, le Cœur des Grottes inter­vient pour le coup sur une durée en moyenne de 10 mois. Et donc, le Cœur des Grottes apporte à ces per­son­nes ten­tent d’apporter à ces per­son­nes-là une par­tie du sou­tien dont elles ont besoin. Mais c’est là aus­si où, pour le Cœur des Grottes, c’est très impor­tant de tra­vailler en réseau puisque les per­son­nes vont être accom­pa­g­nées par des médecins spé­cial­isés, par des psy­cho­logues, par tout le réseau genevois qui entoure le Cœur des Grottes et avec lequel on tra­vaille au quotidien.

 

MICHEL VEUTHEY : Mer­ci, écoutez, c’est très intéres­sant et aus­si on voudrait ren­dre hom­mage à toutes ces per­son­nes tout à l’heure. Vous citiez le doc­teur Escard, des Hôpi­taux uni­ver­si­taires de Genève, mais il y en a bien d’autres aus­si. Il y a aus­si toute une série de per­son­nes qui, je crois, pour­raient inter­venir davan­tage. Et il y a des per­son­nes aus­si qui ne peu­vent pas don­ner beau­coup de pub­lic­ité à leur activ­ité, que ce soit la police, que ce soit des mag­is­trats, que ce soit d’autres per­son­nes ou même par­fois du per­son­nel religieux qui peu­vent accueil­lir ces per­son­nes et essay­er de les réin­sér­er, de leur redonner une dig­nité, de leur redonner le goût de la vie et le sens de l’action.

 

JOANA HERRMANN : Exacte­ment. Et on n’est jamais de trop pour aider ces personnes.

 

MICHEL VEUTHEY : Bien, je vous remer­cie beau­coup. Je voudrais vous ren­dre hom­mage à vous, madame Joana Her­rmann. Ren­dre hom­mage aus­si à ce Cœur des Grottes qui est caché der­rière la gare Cor­navin de Genève, mais qui rem­plit un rôle très impor­tant, vous. On peut aus­si dire que vous avez 40 femmes et 30 enfants. Vous voyez 70 per­son­nes. C’est sep­tante per­son­nes que vous aidez, que vous aidez dans la durée et que vous aidez aus­si avec d’autres, à obtenir non seule­ment une iden­tité per­son­nelle, mais aus­si iden­tité juridique. Être inté­grée aus­si dans la com­mu­nauté genevoise, d’être d’avoir un statut en Suisse. Et je pense que tout ça, c’est très impor­tant. Et dans cette semaine, pour évo­quer la lutte con­tre la traite des êtres humains à l’occasion du 18 octo­bre, qui est la Journée européenne con­tre la traite des êtres humains, je pense que votre témoignage était très impor­tant et nous allons le dif­fuser. Et encore une fois, mer­ci. Et encore une fois, tous nos vœux de suc­cès à vous et à tous vos col­lègues et évidem­ment, aus­si tous nos meilleurs mes­sages à toutes ces per­son­nes que vous accompagner.

 

JOANA HERRMANN : Mer­ci beau­coup, Monsieur.

 

MICHEL VEUTHEY : Mer­ci à vous.

 

ADLAUDATOSI INTEGRAL ECOLOGY FORUM WEBINARS

Religious Helping Trafficking Victims along the Road of Recovery (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Religious Working In International Advocacy Against Human Trafficking (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Trauma (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Healing (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Where Are We Now? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — What can be done? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Best Practices (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Demand As Root Cause For Human Trafficking – Sex Trafficking & Prostitution

OUR MISSION:

THE PURPOSE IS TO SHARE BEST PRACTICES AND PROMOTE ACTIONS AGAINST HUMAN TRAFFICKING.

WE MAKE AVAILABLE TO YOU GUIDES AND RESEARCH ON TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS FROM THE MOST RECOGNISED LEGAL AND OPERATIONAL ACTORS.

Human Trafficking — Interview with Prof. Michel Veuthey, Order of Malta — 44th UN Human Right Council 2020

POPE’S PAYER INTENTION FOR FEBRUARY 2020: Hear the cries of migrants victims of human trafficking

FRANCE — BLOG DU COLLECTIF “CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS”

Church on the frontlines in fight against human trafficking

Holy See — PUBLICATION OF PASTORAL ORIENTATIONS ON HUMAN TRAFFICKING 2019

RIGHT TO LIFE AND HUMAN DIGNITY GUIDEBOOK

Catholic social teaching

Doctrine sociale de l’Église catholique

Register to our series of webinars adlaudatosi on Human Trafficking

 
 

You have successfully registered !