Select Page

PRESENTATION OF THE BOOK — DU LIVRE of/de KEVIN BALES “BLOOD AND EARTH” “SANG ET TERRE” 2016- LA RELATION ENTRE LA DESTRUCTION DE L’ENVIRONNEMENT ET L’ESCLAVAGE MODERNE : Le secteur de l’esclavage moderne est le troisième plus grand producteur mondial de CO2, après la Chine et les États-Unis

PRESENTATION OF THE BOOK — DU LIVRE of/de KEVIN BALES “BLOOD AND EARTH” “SANG ET TERRE” 2016- LA RELATION ENTRE LA DESTRUCTION DE L’ENVIRONNEMENT ET L’ESCLAVAGE MODERNE : Le secteur de l’esclavage moderne est le troisième plus grand producteur mondial de CO2, après la Chine et les États-Unis
Advertisement

Today’s Slaves Often Work For Enterprises That Destroy The Environment — JANUARY 2020

by KEVIN BALES

« SANG ET TERRE »

L’esclavage moderne et la relation avec l’écocide de notre planète, le secret pour sauver le monde

Kevin Bales, 2016

 Note : you can find the Eng­lish ver­sion of this arti­cle below. 

Kevin Bri­an Bales  (né en 1952) est l’une des per­son­nal­ités qui a le plus étudié et doc­u­men­té la prob­lé­ma­tique de l’esclavage mod­erne. Il est pro­fesseur « d’esclavage con­tem­po­rain » à l’U­ni­ver­sité de Not­ting­ham, co-auteur du Glob­al Slav­ery Index et cofon­da­teur et ancien prési­dent de Free the Slaves. Free the Slaves est l’or­gan­i­sa­tion sœur améri­caine d’An­ti-Slav­ery Inter­na­tion­al.

 

Si l’esclavage était un État améri­cain, il aurait la pop­u­la­tion de la Cal­i­fornie et la pro­duc­tion économique du Dis­trict de Colum­bia, mais il serait le troisième plus grand pro­duc­teur mon­di­al de CO2, après la Chine et les États-Unis. Et pour les arrêter, nous n’avons pas besoin de plus de lois. Nous devons met­tre fin à l’esclavage.

 

Est-il logique que l’esclavage et la destruc­tion de l’environnement ail­lent de pair? D’une cer­taine façon, ils provi­en­nent de la même racine. Notre économie de con­som­ma­tion est ali­men­tée à son niveau le plus élé­men­taire par l’extraction des ressources, en tirant des choses de la terre, une extrac­tion que nous ne voyons jamais. Nous retirons de la nour­ri­t­ure de la terre, bien sûr, mais nos télé­phones cel­lu­laires de la terre, nos vête­ments, nos ordi­na­teurs, nos téléviseurs à écran plat, nos voitures — tout vient de la terre, même si nous l’oublions aujourd’hui. Dans notre économie mod­erne de la con­som­ma­tion, la com­péti­tion est exac­er­bée et les coûts sont réduits au min­i­mum, surtout au bas de la chaîne d’approvisionnement qui con­stitue un monde caché qui garde ses secrets.

Pour arrêter l’esclavage, il faut le com­pren­dre. Ma com­préhen­sion ini­tiale de cette com­bi­nai­son mortelle était pure­ment cir­con­stan­cielle. Je savais ce que je pen­sais avoir vu dans le monde entier, cette rela­tion dépré­da­trice entre esclavage et destruc­tion de l’environnement. Mais les soupçons n’étaient pas suff­isants, j’avais besoin de recueil­lir des preuves réelles et pré­cis­es, car si le lien entre la destruc­tion de l’environnement et l’esclavage s’avérait réel et que notre con­som­ma­tion pou­vait être démon­trée pour per­pétr­er ce crime, rompre ces liens pour­rait con­tribuer à résoudre deux des prob­lèmes les plus graves de notre monde. J’ai pen­sé que si nous pou­vions déter­min­er com­ment fonc­tionne ce cer­cle vicieux de la mis­ère humaine et de la destruc­tion de l’environnement, nous pour­rions aus­si décou­vrir com­ment y met­tre fin.

Il a fal­lu sept ans pour obtenir une image claire.

Éton­nam­ment, l’esclavage est à l’origine d’une grande par­tie de la destruc­tion du monde naturel. Mais com­ment 35,8 mil­lions d’esclaves dans le monde peu­vent-ils être si destruc­teurs? Après tout, alors que 35,8 mil­lions de per­son­nes sont nom­breuses, ce n’est qu’une infime frac­tion de la pop­u­la­tion mon­di­ale, et les esclaves ont ten­dance à tra­vailler avec des out­ils prim­i­tifs, des sci­es, des pelles et des pioches, ou avec leurs pro­pres mains.

Voici l’explication de ces ter­ri­bles con­séquences: les pro­prié­taires d’esclaves sont des crim­inels qui agis­sent en dehors de toute loi ou régle­men­ta­tion. Lorsqu’ils exploitent l’or, ils sat­urent des mil­liers d’acres de mer­cure tox­ique. Lorsqu’ils coupent le bois, ils le coupent et brû­lent, empor­tant quelques arbres de grande valeur et lais­sant der­rière eux un écosys­tème mort.

En matière de réchauf­fe­ment cli­ma­tique, ces esclaves dépassent tous les grands pol­lueurs. L’addition de la déforesta­tion basée sur l’esclavage et d’autres crimes pro­duc­teurs de CO2 aboutit à une con­clu­sion qui donne à réfléchir. Si l’esclavage était un État améri­cain, il aurait la pop­u­la­tion de la Cal­i­fornie et la pro­duc­tion économique du Dis­trict de Colum­bia, mais il serait le troisième plus grand pro­duc­teur mon­di­al de CO2, après la Chine et les États-Unis. Il n’est pas éton­nant que nous lut­tions et que nous ne par­ve­nions sou­vent pas à stop­per les change­ments cli­ma­tiques et à réduire la quan­tité de car­bone dans l’atmosphère. L’esclavage, l’un des plus grands pro­duc­teurs de gaz à effet de serre au monde, nous est caché. Les envi­ron­nemen­tal­istes ont rai­son de réclamer des lois et des traités qui s’appliqueront à la com­mu­nauté des nations, mais ce n’est pas suff­isant. Nous devons égale­ment com­pren­dre que les esclaves — qui ne respectent pas ces lois et traités — sont une cause majeure de la destruc­tion du monde naturel. Et pour les arrêter, nous n’avons pas besoin de plus de lois. Nous devons met­tre fin à l’esclavage.

Mais il n’y a pas de secrets sur le moteur qui con­duit ce cer­cle vicieux: C’est nous, la cul­ture de con­som­ma­tion de l’hémisphère nord, riche et con­som­ma­teur de toutes les ressources de la planète.

Dans mon livre, je col­lecte des preuves et de nom­breux exem­ples pour amen­er le lecteur à la réflex­ion. Par exem­ple, ce n’est jamais un moment de bon­heur quand on achète une pierre tombale. L’Allemagne manque de pier­res tombales…

Ajoutez à cela une demande crois­sante pour des comp­toirs de cui­sine en gran­it en Amérique et en Europe.

Aux États-Unis, le coût moyen d’installation de ces comp­toirs varie de 2 000 $ à 8 000 $, mais le prix fac­turé par les expor­ta­teurs indi­ens pour du gran­it rouge poli est de seule­ment 5 $ à 15 $ le mètre car­ré, ce qui équiv­aut à env­i­ron 100 $ pour tout le gran­it dont votre cui­sine a besoin.

Les pier­res tombales en gran­it rouge qui se vendent pour 500 $ à 1 000 $ aux États-Unis, et plus en Europe, sont achetées en vrac en Inde pour aus­si peu que 50 $, plus un droit d’importation améri­cain de seule­ment 3,7 pour cent.

L’esclavage dans les car­rières de gran­it est une affaire de famille imposée par un strat­a­gème déli­cat basé sur la dette. Lorsqu’une famille pau­vre vient chercher du tra­vail, les patrons de la car­rière sont prêts à l’aider avec une «avance» sur salaire pour l’aider à s’installer. Le riz et les hari­cots qu’ils man­gent, les débris de pier­res qu’ils utilisent pour con­stru­ire une hutte sur le côté de la car­rière, les marteaux et les pieds-de-biche dont ils ont besoin pour faire leur tra­vail, tout cela est fourni par le patron et ajouté à la dette de la famille. Cette servi­tude pour dettes est illé­gale, mais les tra­vailleurs anal­phabètes ne le savent pas.

L’esclavage est un excel­lent moyen de réduire vos coûts, mais il y a une autre rai­son pour laque­lle le gran­it est si bon marché — les car­rières elles-mêmes sont illé­gales, elles ne paient ni per­mis d’exploitation minière ni tax­es. Les parcs forestiers pro­tégés de l’État et les parcs forestiers nationaux reposent sur des dépôts de gran­it, et un pot-de-vin ici et là encour­age la police locale et les gardes forestiers fer­ment les yeux.

Voici com­ment se présente la ver­sion du vingt et unième siè­cle des maîtres-esclaves: ils sont pro­pres, bien nour­ris et fiers de leur méti­er. Cette car­rière, en Inde tail­lée dans une forêt nationale pro­tégée, pro­duit non pas du gran­it, mais des grandes dalles de grès util­isées dans les villes européennes pour paver des places et des places. Son pro­prié­taire est fier de nous faire vis­iter son entre­prise, il appa­raît sur une pho­to, bien habil­lé, au som­met de sa car­rière, devant des familles d’esclaves avec leurs enfants, qui découpent, por­tent et polis­sent les pier­res qui seront ensuite envoyées en Occi­dent à leurs clients. Son sys­tème d’esclavage basé sur la dette sem­ble lui don­ner toute légitim­ité morale, il est un entre­pre­neur à succès.

Les cinéastes alle­mands qui ont fait des recherch­es sur la pénurie de pier­res tombales ont décou­vert des con­di­tions de tra­vail médié­vales et des familles en esclavage. Soudaine­ment, le fait de se sou­venir et d’honorer la vie d’un être cher a pris une tour­nure affreuse, entachée par les images d’en­fants esclaves qui façon­naient et polis­saient la pierre qui devaient célébr­er ces tombes et leurs défunts.

Nous savons que, même s’il vient de l’Inde, le gran­it pro­duit en esclavage est bon marché. Nous savons aujourd’hui que, s’il faut polir et sculpter habile­ment les noms et les dates, ces pier­res tombales lour­des, dens­es et pointues seront d’abord manip­ulées par les enfants, qui en pren­dront “grand soin”, bien sûr, puisque le maître des esclaves les observe.

Les télé­phones cel­lu­laires sont devenus des cor­dons ombil­i­caux élec­tron­iques qui nous relient à nos enfants, nous pen­sons à Steve Jobs, à des Iphones utiles et mer­veilleux… nous pen­sons générale­ment à ces objets en rela­tion avec le lieu où nous les avons ren­con­trés pour la pre­mière fois, au mag­a­sin, au cen­tre com­mer­cial, à l’épicerie.

Les crevettes, le pois­son, l’or, les dia­mants, l’aci­er, le bœuf, le sucre et les autres fruits de l’esclavage et de la dévas­ta­tion envi­ron­nemen­tale afflu­ent dans nos marchés de l’Amérique du Nord, de l’Eu­rope, du Japon et, de plus en plus, de la Chine. Les prof­its générés par le com­merce de ces matières sont réin­vestis dans la chaîne pour en aug­menter la capac­ité pro­duc­tive et ali­mentent davan­tage encore les dépra­va­tions con­tre le monde naturel, poussent plus de gens vers l’esclavage. Nos dépens­es ali­mentent une machine crim­inelle dans mou­ve­ment per­pétuel qui mange les gens et la nature comme un cancer.

Eh bien, aujourd’hui nous savons et nous pou­vons prou­ver que le change­ment envi­ron­nemen­tal fait par­tie du moteur de l’esclavage, surtout dans les pays où la cor­rup­tion est omniprésente. Les pau­vres sont les pre­miers touchés par les change­ments envi­ron­nemen­taux. C’est ce qui s’est pro­duit dans des pays comme le Mali, l’Asie en général, le Brésil où les change­ments cli­ma­tiques lais­sent les fer­miers dans le deuil et les ren­dent vulnérables.

Les esclaves attirés ou cap­turés par­mi des migrants vul­nérables sont alors con­traints d’ar­racher la terre ou de nivel­er les forêts, achevant ain­si ce cycle de destruction.

Ce sont des exem­ples solide­ment doc­u­men­tés et les his­toires des hommes et des femmes qui tombent dans les pièges d’hommes d’affaires sans scrupules que je racon­te dans mon livre.

“Blood and Earth”, un livre pas­sion­nant et par­mi les mieux doc­u­men­tés sur l’esclavage mod­erne que nous vous encour­a­geons à lire. 

https://www.amazon.com/Blood-Earth-Modern-Slavery-Ecocide/dp/0812995767/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1521110813&sr=8-1&keywords=kevin+bales&dpID=51SpwiJi03L&preST=_SY291_BO1,204,203,200_QL40_&dpSrc=srch

BLOOD AND EARTH : Modern slavery, ecocide and the secret to saving the world

Kevin Bales, 2016

 

Does It makes sense that slav­ery and envi­ron­men­tal destruc­tion would go hand in hand ? In some ways they spring from the same root. Our con­sumer econ­o­my is dri­ven at its most basic lev­el by resource extrac­tion, pulling things from the earth, an extrac­tion that we nev­er actu­al­ly see. We pull food from the earth, of course, but we also pull our cell­phones from the earth, our cloth­ing, our com­put­ers, our flat-screen tele­vi­sions, our cars—it all comes from the earth.  Costs are dri­ven down as low as they can go, espe­cial­ly at the bot­tom of the sup­ply chain: It’s a hid­den world that keeps its secrets.

To stop slav­ery, we have to under­stand it. My ini­tial com­pre­hen­sion of this dead­ly com­bi­na­tion was pure­ly cir­cum­stan­tial. I knew what I thoughtI had seen all over the world, but sus­pi­cions weren’t good enough. I need­ed to col­lect real and care­ful proof, because if the link between envi­ron­men­tal destruc­tion and slav­ery proved realand our con­sump­tion could be demon­strat­ed to per­pet­u­ate this crime, then break­ing these links could con­tribute toward solv­ing two of the most griev­ous prob­lems in our world. I thought if we could pin down how this vicious cycle of human mis­ery and envi­ron­men­tal destruc­tion works, we could also dis­cov­er how to stop it.

To get a clear pic­ture has tak­en sev­en years.

Sur­pris­ing­ly, slav­ery is at the root of much of the nat­ur­al world’s destruc­tion. But how can­the esti­mat­ed 35.8 mil­lion slaves in the world real­ly be that destruc­tive? After all, while 35.8 mil­lion is a lot of peo­ple, it is only a tiny frac­tion of the world’s pop­u­la­tion, and slaves tend to work with prim­i­tive tools, saws, shov­els, and picks, or their own bare hands. Here’s how: slave­hold­ers are crim­i­nals, oper­at­ing firm­ly out­side of any law or reg­u­la­tion. When they mine gold they sat­u­rate thou­sands of acres with tox­ic mer­cury. When they cut tim­ber, they clear-cut and burn, tak­ing a few high-val­ue trees and leav­ing behind a dead ecosystem.

When it comes to glob­al warm­ing, these slave­hold­ers out­pace all but the very biggest pol­luters. Adding togeth­er their slave-based defor­esta­tion and oth­er CO2-pro­duc­ing crimesleads to a sober­ing con­clu­sion. If slav­ery were an Amer­i­can state it would have the pop­u­la­tion of Cal­i­for­nia and the eco­nom­ic out­put of the Dis­trict of Colum­bia, but it would be the world’s third-largest pro­duc­er of CO2, after Chi­na and the Unit­ed States. It’s no won­der  that we strug­gle and often fail to stop cli­mate change and reduce the atmos­pher­ic car­bon count. Slav­ery, one of the world’s largest green­house gas pro­duc­ers, is hid­den from us. Envi­ron­men­tal­ists are right to call for laws and treaties that will apply to the com­mu­ni­ty of nations, but that is not enough. We also have to under­stand that slavers—who don’t adhere to those laws and treaties—are a lead­ing cause of the nat­ur­al world’s destruc­tion. And to stop them, we don’t need more laws. We need to end slavery.

But there’s no secret about the engine dri­ving this vicious cycle. It is us—the con­sumer cul­ture of the rich north.

It’s nev­er a hap­py moment when you’re shop­ping for a tomb­stone. Ger­many has a tomb­stone shortage.

Add to this a grow­ing demand for gran­ite kitchen coun­ter­tops in Amer­i­ca and Europe.

In the Unit­ed States, the aver­age cost of installing those coun­ter­tops runs from $2,000 to $8,000, but the price charged by Indi­an exporters for pol­ished red gran­ite is just $5 to $15 per square meter—that comes to about $100 for all the gran­ite your kitchen needs.

The red gran­ite tomb­stones that sell for $500 to $1,000 in the Unit­ed States, and more in Europe, are pur­chased in bulk from India for as lit­tle as $50, plus a US import duty of just 3.7 percent.

Slav­ery in gran­ite quar­ries is a fam­i­ly affair enforced by a tricky scheme based on debt. When a poor fam­i­ly comes look­ing for work, the quar­ry boss­es are ready to help with an “advance” on wages to help the fam­i­ly set­tle in. The rice and beans they eat, the scrap stones they use to build a hut on the side of the quar­ry, the ham­mers and crow­bars they need to do their work, all of it is pro­vid­ed by the boss and added to the family’s debt. Just when the fam­i­ly feels they may have final­ly found some secu­ri­ty, they are being locked into hered­i­tary slavery.This debt bondage is ille­gal, but illit­er­ate work­ers don’t know this.

Slav­ery is a great way to keep your costs down, but there’s anoth­er rea­son why that gran­ite is so cheap—the quar­ries them­selves are ille­gal, pay­ing no min­ing per­mits or tax­es. The pro­tect­ed state and nation­al for­est parks rest on top of gran­ite deposits, and a bribe here and there means local police and for­est rangers turn a blind eye.

Here’s the twen­ty-first-cen­tu­ry ver­sion of slave mas­ters: clean, well-fed, and proud of his busi­ness. This quar­ry, in India carved out of a pro­tect­ed nation­al for­est, is pro­duc­ing not gran­ite but the big sand­stone slabs used in Euro­pean cities for paving squares and plazas.

Ger­man film­mak­ers research­ing the tomb­stone short­age found medieval work­ing con­di­tions and fam­i­lies in slav­ery. Sud­den­ly, the care tak­en to remem­ber and mark the lives of loved ones took an ugly turn sud­den­ly marred by images of slave chil­dren shap­ing and pol­ish­ing the stone that marked those graves.

We know that, even though it comes all the way from India, slave-pro­duced gran­ite is cheap. We also know that, while some pol­ish­ing and skill­ful carv­ing of names and dates is need­ed, those heavy, dense, and sharp tomb­stones will first be han­dled by chil­dren, though they will be tak­ing “great care,” of course, since the slave mas­ter is watching.

Cell­phones have become elec­tron­ic umbil­i­cal cords con­nect­ing us with our chil­dren, we think of Steve Jobs, use­ful and won­der­ful Iphones… we gen­er­al­ly think of these things as begin­ning where we first encoun­tered them, at the shop, at the mall, in the gro­cery store.

Shrimp, fish, gold, dia­monds, steel, beef, sug­ar, and the oth­er fruits of slav­ery and envi­ron­men­tal dev­as­ta­tion flow into the stores of North Amer­i­ca, Europe, Japan, and, increas­ing­ly, Chi­na. The prof­its gen­er­at­ed when we go shop­ping flow back down the chain and fuel more assaults on the nat­ur­al world, dri­ve more peo­ple toward enslave­ment. Our spend­ing dri­ves a crim­i­nal per­pet­u­al motion machine that eats peo­ple and nature like a cancer.

Well, we know envi­ron­men­tal change is part of the engine of slav­ery, espe­cial­ly in coun­tries where cor­rup­tion is rife. The sharp end of envi­ron­men­tal change, comes first to the poor. This has hap­pened in coun­tries like Mali, over­all Asia, Brazil where cli­mate changes are leav­ing famers bereft and vulnerable.

Slaves lured or cap­tured from the pool of vul­ner­a­ble migrants are then forced to rip up the earth or lev­el the forests, com­plet­ing the cycle.

“Blood and Earth”, a cap­ti­vat­ing and inspir­ing book for pro­mot­ing the end of slav­ery, that we strong­ly encour­age you to read.

 

 

 

 

 

 

 

ADLAUDATOSI INTEGRAL ECOLOGY FORUM WEBINARS

You access our webi­na­rs videos on: https://adlaudatosi.org/#course

 

Religious Helping Trafficking Victims along the Road of Recovery (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Religious Working In International Advocacy Against Human Trafficking (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Trauma (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Healing (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Where Are We Now? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — What can be done? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Best Practices (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Demand As Root Cause For Human Trafficking – Sex Trafficking & Prostitution

OUR MISSION:

THE PURPOSE IS TO SHARE BEST PRACTICES AND PROMOTE ACTIONS AGAINST HUMAN TRAFFICKING.

WE MAKE AVAILABLE TO YOU GUIDES AND RESEARCH ON TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS FROM THE MOST RECOGNISED LEGAL AND OPERATIONAL ACTORS.

Human Trafficking — Interview with Prof. Michel Veuthey, Order of Malta — 44th UN Human Right Council 2020

POPE’S PAYER INTENTION FOR FEBRUARY 2020: Hear the cries of migrants victims of human trafficking

FRANCE — BLOG DU COLLECTIF “CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS”

Church on the frontlines in fight against human trafficking

Holy See — PUBLICATION OF PASTORAL ORIENTATIONS ON HUMAN TRAFFICKING 2019

RIGHT TO LIFE AND HUMAN DIGNITY GUIDEBOOK

Catholic social teaching

Doctrine sociale de l’Église catholique

Register to our series of webinars adlaudatosi on Human Trafficking

 
 

You have successfully registered !