Select Page

60 ans des CDE, Colloque Paxa Europa / Université de Tours, Présentation de Michel Veuthey — 9 novembre 2023

60 ans des CDE, Colloque Paxa Europa / Université de Tours, Présentation de Michel Veuthey — 9 novembre 2023

« Traite des êtres humains et conflits armés »

Michel Veuthey[1]

La traite des êtres humains est présente dans neuf con­flits sur dix.[1] Si l’esclavage était un pays européen, il aurait la pop­u­la­tion de l’Es­pagne et une pro­duc­tion économique un peu inférieure à celle du Por­tu­gal.[2] L’esclavage con­tem­po­rain est le troisième pro­duc­teur de CO2 après la Chine et les États-Unis.[3]

QU’EST-CE QUE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS ?

  • Une forme con­tem­po­raine d’esclavage[4]
  • Invis­i­ble (volon­taire­ment ou pas)[5]
  • Partout dans le monde.[6]

La traite des êtres humains est un fléau, un phénomène mon­strueux qui ne cesse d’évoluer et de grandir.

Il n’y a jamais eu autant d’esclaves dans toute l’histoire qu’aujourd’hui : 50 mil­lions de per­son­nes sont vic­times de l’esclavage mod­erne selon les esti­ma­tions de l’Organisation inter­na­tionale du Tra­vail (OIT), de la Fon­da­tion Walk Free et de l’Organisation inter­na­tionale pour les migra­tions (OIM).[7] Les prof­its illé­gaux générés par le tra­vail for­cé, estimés à 150 mil­liards de dol­lars améri­cains en 2014, sont main­tenant 37% plus élevés, à 236 mil­liards de dol­lars…[8]

Le fléau de la traite des êtres humains est encore exac­er­bé par :

  • Les con­flits armés,[9] les sit­u­a­tions de vio­lence et d’instabilité économique et poli­tique[10]

    • Les con­séquences de la pandémie de COVID-19 (Isole­ment et usage accru d’internet)[11]

    • Les change­ments cli­ma­tiques (aug­men­tant con­flits, pau­vreté, vul­néra­bil­ité)[12]
    • Les vagues migra­toires (nationales, régionales, inter­na­tionales) [13]

    • Les dif­fi­cultés accrues de pro­tec­tion des per­son­nes vul­nérables et des vic­times, vu l’af­faib­lisse­ment voire la dis­pari­tion de l’é­tat de droit[14]

  • La trop grande impunité[15] des trafi­quants (pénale et civile) : 1 pour­suite sur 2’150 cas (0,05 %), par­fois reposant sur la cor­rup­tion[16]
  • Les mau­vais­es util­i­sa­tions des tech­nolo­gies (tant par les trafi­quants que par les vic­times)[17]
  • L’absence de lim­ites à l’exploitation économique de per­son­nes vul­nérables, tant en sit­u­a­tions de con­flits qu’en temps de paix.[18]

Les dif­férentes formes ​ de la traite des êtres humains se retrou­vent, ampli­fiées, dans les con­flits armés

  • Tra­vail for­cé :[19] Femmes, hommes, enfants, dans l’in­dus­trie, l’a­gri­cul­ture, la con­struc­tion, la pêche, le tra­vail domes­tique[20]
  • Exploita­tion sex­uelle :[21] Pros­ti­tu­tion for­cée, mariage for­cé, mater­nité for­cée, par­fois util­isée pour détru­ire et hum­i­li­er des com­mu­nautés et groupes eth­niques[22]
  • Recrute­ment et enrôle­ment d’en­fants-sol­dats[23]
  • Achat et vol d’en­fants[24]pour adop­tion,[25] abus, vente[26]
  • Prélève­ments et trafics d’or­ganes[27] pour la trans­plan­ta­tion et la vente[28]
  • Pornogra­phie infan­tile,[29] prin­ci­pale­ment sur Inter­net[30]
  • Crim­i­nal­ité for­cée : men­dic­ité, vol, traf­ic de drogue, actes de ter­ror­isme.[31]

    La Représen­tante spé­ciale du Secré­taire général pour la ques­tion des enfants et des con­flits armés, Madame Vir­ginia Gam­ba, soumet chaque année un rap­port à l’Assemblée générale des Nations Unies. Dans le rap­port Les enfants et les con­flits armés (A/HRC/55/57) en date du 28 décem­bre 2023, qui cou­vre la péri­ode allant de décem­bre 2022 à décem­bre 2023, elle relève sa col­lab­o­ra­tion avec les tit­u­laires de man­dat au titre des procé­dures spé­ciales du Con­seil des droits de l’homme afin d’échanger des infor­ma­tions et de recenser les sujets de préoc­cu­pa­tion com­muns. Elle a ren­con­tré plusieurs tit­u­laires de man­dat thé­ma­tique, notam­ment la Rap­por­teuse spé­ciale sur la traite des êtres humains, en par­ti­c­uli­er les femmes et les enfants, la Rap­por­teuse spé­ciale sur la pro­mo­tion et la pro­tec­tion des droits de l’homme et des lib­ertés fon­da­men­tales dans la lutte antiter­ror­iste, le Rap­por­teur spé­cial sur les droits des per­son­nes hand­i­capées et la Rap­por­teuse spé­ciale sur la vio­lence con­tre les femmes et les filles, ses caus­es et ses con­séquences. Elle a égale­ment ren­con­tré des tit­u­laires de man­dat par pays, notam­ment l’Experte indépen­dante chargée d’examiner la sit­u­a­tion des droits de l’homme en Soma­lie et le Rap­por­teur spé­cial sur la sit­u­a­tion des droits de l’homme en Afghanistan.[32]

Par­mi les dif­fi­cultés ren­con­trées, elle men­tionne : « Au cours de la péri­ode con­sid­érée, des dizaines de mil­liers d’enfants dans le monde ont été touchés par un con­flit armé et ont été vic­times de sévices odieux et de vio­la­tions de leurs droits les plus fon­da­men­taux. Les enfants ont con­tin­ué d’être grave­ment touchés par des con­flits pluridi­men­sion­nels de longue durée et par des crises human­i­taires chroniques. Dans cer­tains cas, la reprise ou l’escalade d’un con­flit a eu des effets dévas­ta­teurs sur les enfants et leur com­mu­nauté. Les scis­sions au sein de groupes armés exis­tants ou l’émergence de nou­veaux acteurs armés, la vio­lence inter­com­mu­nau­taire, la prop­a­ga­tion des hos­til­ités, l’emploi d’armes explo­sives et la présence de restes explosifs de guerre ont con­tribué au nom­bre élevé de vio­la­tions graves des droits des enfants. Les dif­fi­cultés d’accès aux zones touchées par un con­flit ont fait obsta­cle à la sur­veil­lance des vio­la­tions graves des droits des enfants touchés par les con­flits, à la com­mu­ni­ca­tion d’informations sur ces vio­la­tions et à la four­ni­ture de ser­vices aux enfants con­cernés. »[33]

Elle men­tionne ses vis­ites en Éthiopie, en Iraq, en Israël et dans les Ter­ri­toires pales­tiniens occupés, au Myan­mar, aux Philip­pines, en Soma­lie, en Ukraine, en Russie, au Yémen, en Ara­bie saou­dite. Par­mi les ten­dances tou­jours préoc­cu­pantes, elle cite :

« 18. Ces dernières années, cer­taines ten­dances et pra­tiques néfastes ont pris une ampleur préoc­cu­pante, notam­ment les attaques con­tre l’éducation, le refus de l’accès human­i­taire aux enfants et la déten­tion d’enfants qui ont un lien réel ou sup­posé avec des groupes armés. 

19. Les attaques visant des écoles et des hôpi­taux et leur per­son­nel ont con­tin­ué de soulever de vives préoc­cu­pa­tions, en par­ti­c­uli­er en Ukraine, au Burk­i­na Faso, en Israël et dans le Ter­ri­toire pales­tinien occupé, au Myan­mar, au Mali et en Afghanistan. Dans toutes les sit­u­a­tions cou­vertes par le man­dat, les forces de l’État étaient les prin­ci­paux auteurs de ces attaques, impli­quant de plus en plus des frappes aéri­ennes et l’utilisation d’engins explosifs à large ray­on d’impact dans des zones peu­plées. Le nom­bre d’attaques per­pétrées con­tre des écoles, y com­pris les attaques visant des élèves et des mem­bres du per­son­nel édu­catif, est demeuré élevé au fil des ans, et l’utilisation d’écoles à des fins mil­i­taires est dev­enue de plus en plus fréquente, ce qui a privé les enfants de leur droit à l’éducation et a réduit le nom­bre d’espaces sûrs et adap­tés aux enfants. En rai­son de normes de genre préju­di­cia­bles, l’éducation des filles a sou­vent été visée, notam­ment sous la forme d’attaques con­tre des écoles de filles et d’enlèvements de filles à l’école ou sur le chemin de l’école. Ces attaques font courir des risques aux enfants, puisqu’elles les empêchent d’accéder à des ser­vices essen­tiels, aggravent leur vul­néra­bil­ité à d’autres vio­la­tions graves et, à terme, com­pro­met­tent leur avenir.

  1. Le nom­bre de refus d’accès human­i­taire est resté alar­mant, et les forces gou­verne­men­tales en sont les prin­ci­pales respon­s­ables. Dans cer­tains cas, l’accès human­i­taire a été très large­ment entravé pen­dant de longues péri­odes, ce qui a empêché les enfants de recevoir une aide vitale et a eu des con­séquences sur leur crois­sance et leur développe­ment. La sit­u­a­tion risque de s’aggraver en rai­son de l’adoption de lois, de décrets et de régle­men­ta­tions à car­ac­tère restric­tif qui ren­for­cent le con­trôle de l’action human­i­taire et des tra­vailleurs human­i­taires, notam­ment en Afghanistan, au Myan­mar, dans cer­taines par­ties du Yémen et dans la bande de Gaza. 

    21. De nom­breux enfants ont con­tin­ué d’être placés en déten­tion en rai­son de leur lien réel ou sup­posé avec des groupes armés, notam­ment des groupes extrémistes vio­lents, ou pour des raisons de sécu­rité nationale. Le nom­bre élevé d’enfants dont il a été établi qu’ils étaient détenus en Iraq, en Israël, au Myan­mar, en République arabe syri­enne et en Soma­lie est par­ti­c­ulière­ment préoc­cu­pant. Par exem­ple, au début de la péri­ode con­sid­érée, plus de 600 enfants, y com­pris des étrangers, étaient apparem­ment tou­jours détenus pour leur lien sup­posé avec des groupes armés, prin­ci­pale­ment Daech, dans le nord-est de la République arabe syri­enne, et plus de 55 500 per­son­nes, dont env­i­ron 31 000 enfants ayant des liens famil­i­aux pré­sumés avec Daech, étaient tou­jours détenues dans les camps de Hol et de Roj, dans le nord-est du pays. Dans ces camps et dans les lieux de déten­tion du nord-est, la sit­u­a­tion en matière de sécu­rité était insta­ble, l’eau pro­pre et les den­rées ali­men­taires man­quaient et il n’y avait pas assez de ser­vices médi­caux et essen­tiels, l’accès des parte­naires human­i­taires étant tou­jours extrême­ment lim­ité. Selon des infor­ma­tions crédi­bles, les garçons étaient séparés de force de leur mère, les con­di­tions de déten­tion étaient dif­fi­ciles, des per­son­nes se voy­aient refuser l’accès à des soins médi­caux adéquats, et l’accès à l’éducation était très lim­ité pour les enfants vivant dans les camps. Des actes de vio­lence, y com­pris des meurtres, des atteintes physiques, des actes d’intimidation et des vio­lences sex­uelles, sont régulière­ment com­mis sans qu’aucune enquête ne soit menée et sans qu’aucune mesure ne soit prise pour prévenir les récidives. 

  2. La pre­mière mesure à pren­dre devrait être de réin­té­gr­er effec­tive­ment les enfants qui sont pré­sumés liés à ces groupes armés. Lorsqu’un enfant est accusé d’une infrac­tion, toute procé­dure judi­ci­aire doit être menée dans le respect des garanties d’une procé­dure régulière, des normes rel­a­tives au droit à un procès équitable et des normes inter­na­tionales rel­a­tives à la jus­tice pour mineurs. En con­séquence, la déten­tion d’enfants doit tou­jours être une mesure de dernier recours, appliquée pour une durée aus­si brève que pos­si­ble et guidée par l’intérêt supérieur de l’enfant. En toutes cir­con­stances, les enfants devraient être traités prin­ci­pale­ment comme des vic­times de vio­la­tions du droit inter­na­tion­al, dans la droite ligne de la réso­lu­tion 2427 (2018) du Con­seil de sécu­rité, des Principes et lignes direc­tri­ces sur les enfants asso­ciés aux forces armées ou aux groupes armés (Principes de Paris), de la Con­ven­tion rel­a­tive aux droits de l’enfant et des instru­ments et normes du droit inter­na­tion­al des droits de l’homme et du droit inter­na­tion­al humanitaire.”

Elle relève enfin les effets de l’insécurité cli­ma­tique sur les enfants touchés par un con­flit : « 29. Dans son précé­dent rap­port au Con­seil des droits de l’homme, la Représen­tante spé­ciale a souligné les réper­cus­sions néga­tives de l’urgence cli­ma­tique sur les con­flits, en ce sens qu’elle mul­ti­plie les risques. Par la suite, le Bureau de la Représen­tante spé­ciale a pub­lié un doc­u­ment de tra­vail qui plaçait la ques­tion des enfants touchés par un con­flit au cœur des débats relat­ifs au cli­mat, à la paix et à la sécu­rité, et explo­rait les effets de l’insécurité cli­ma­tique sur les six vio­la­tions graves des droits de l’enfant com­mis­es lors de con­flits armés. Le doc­u­ment a été présen­té en novem­bre 2023 à la man­i­fes­ta­tion de haut niveau organ­isée con­join­te­ment avec l’Andorre, la Colom­bie, le Mozam­bique et la Suisse. 30. Le doc­u­ment con­fir­mait que les liens entre l’insécurité cli­ma­tique et ses réper­cus­sions glob­ales sur les enfants touchés par un con­flit en tant que groupe par­ti­c­uli­er de tit­u­laires de droits étaient mal con­nus. Il con­clu­ait que la fréquence et la grav­ité crois­santes des événe­ments cli­ma­tiques, exac­er­bées par la hausse mon­di­ale des tem­péra­tures, aggra­vaient les risques et vul­néra­bil­ités aux­quels étaient exposés les enfants vivant dans des sit­u­a­tions de con­flit. Ce phénomène était par­ti­c­ulière­ment vis­i­ble dans les liens entre l’enrôlement et l’utilisation d’enfants et le refus d’accès humanitaire.

  1. Des recherch­es menées au Burk­i­na Faso, en Éthiopie, au Myan­mar, en République arabe syri­enne et en Soma­lie ont mon­tré que la perte de moyens de sub­sis­tance résul­tant des fac­teurs de stress cli­ma­tique influ­ençait la déci­sion des enfants et des mem­bres de leur famille et de leur com­mu­nauté d’intégrer ou de réin­té­gr­er des groupes armés. Elles ont aus­si mon­tré que les fac­teurs de stress liés au cli­mat avaient des effets négat­ifs sur la capac­ité des per­son­nes à se réin­té­gr­er de manière durable lorsqu’elles retour­naient dans leur région d’origine, par exem­ple en République arabe syri­enne, où les ter­res agri­coles sont dev­enues inex­ploita­bles en rai­son de l’effet con­jugué des inon­da­tions et du grand nom­bre d’engins non explosés issus du con­flit. Le cas de la Soma­lie a mon­tré que les groupes armés étaient, à tout le moins, con­scients des con­séquences d’une diminu­tion des ressources, telles que l’eau, sur les enfants, leur famille et leur com­mu­nauté, et pou­vaient donc instru­men­talis­er l’accès à ces ressources dans leurs inter­ac­tions avec eux. 32. S’appuyant sur les exem­ples de l’Éthiopie, du Myan­mar, des Philip­pines, de la République arabe syri­enne et de la Soma­lie, les recherch­es ont mis en lumière les effets de la con­ju­gai­son d’événements cli­ma­tiques et d’un con­texte de con­flit sur l’accès des enfants touchés à l’aide humanitaire”

Selon une étude récente de l’esclavage con­tem­po­rain dans les con­flits armés, un ensem­ble de don­nées soutenue par l’u­ni­ver­sité de Not­ting­ham, la traite  des êtres humains affecte 90 % des con­flits armés qui ont eu lieu entre 1989 et 2016.[34]  Cer­taines formes de traite sont par­ti­c­ulière­ment présentes dans le con­texte des con­flits armés comme les vic­times de l’ex­ploita­tion sex­uelle, esclavage, mariage for­cé, tra­vail for­cé pour soutenir l’ar­mée,  le recrute­ment et l’ex­ploita­tion d’en­fants sol­dats,  et le prélève­ment d’or­ganes pour soign­er  les com­bat­tants blessés ou financer des opéra­tions.  Mal­heureuse­ment, même les casques bleus et le per­son­nel de l’ONU ont exploité sex­uelle­ment et abusé des citoyens qu’ils étaient chargés de pro­téger.  Les forces de main­tien de la paix de l’ONU ont fait l’ob­jet d’al­lé­ga­tions d’abus sex­uels d’ex­ploita­tion ou d’abus dans des pays tels que les Balka­ns, l’Angola, la Bosnie—Herzégovine, le Cam­bodge, le Koso­vo, le Libéria, le Mozam­bique, la République démoc­ra­tique du Con­go, la République cen­trafricaine, Haïti, la Sier­ra Léone, la Soma­lie, le Sud-Soudan et le Tim­or-Leste.[35]

Selon le rap­port du Coun­cil of For­eign Rela­tions 2019 Com­pren­dre la traite des êtres humains en sit­u­a­tion de con­flits — Les impli­ca­tions de la traite des êtres humains sur la sécu­rité[36],  les groupes armés ont sou­vent exploité les mem­bres des minorités eth­niques, les per­son­nes qui ten­tent de fuir les con­flits.  Les per­son­nes enlevées sont for­cées de servir de por­teurs, de trans­porter de lour­des charges mil­i­taires et d’aider au pil­lage et à la destruc­tion.  En République démoc­ra­tique du Con­go, des groupes armés ont for­cé des per­son­nes déplacées à l’in­térieur de leur pays à tra­vailler dans les mines d’or et de min­erais. Dans les sit­u­a­tions d’après-con­flit, lorsque les pays com­men­cent à recon­stru­ire les infra­struc­tures, la demande de main-d’œu­vre bon marché s’ac­croît.  Cela peut égale­ment entraîn­er une aug­men­ta­tion de la traite des êtres humains.  En Irak, des ouvri­ers du bâti­ment ukrainiens ont été retenus con­tre leur gré et soumis au tra­vail for­cé sur des chantiers de construction. 

L’Of­fice des Nations Unies con­tre la drogue et le crime (ONUDC) souligne que la traite des êtres humains dans les con­flits armés (directe­ment ou indi­recte­ment liée aux hos­til­ités) a reçu davan­tage d’attention, et que la présence de groupes armés peut don­ner lieu à toutes les formes d’exploitation et que cer­taines formes d’ex­ploita­tion sem­blent être spé­ci­fiques à ces sit­u­a­tions de con­flits :[37]

- l’ex­ploita­tion sex­uelle des femmes et des filles par des mem­bres de groupes armés et ter­ror­istes ;[38]

- l’u­til­i­sa­tion d’en­fants vic­times de la traite comme enfants sol­dats ;[39]

- le tra­vail for­cé ;[40]

- le prélève­ment d’or­ganes pour soign­er les com­bat­tants blessés ou financer la guerre ;[41]

- l’esclavage comme tac­tique ter­ror­iste, notam­ment pour exploiter et hum­i­li­er des minorités eth­niques et religieuses.[42]

Le Haut-Com­mis­sari­at des Nations Unies aux droits de l’homme ajoute que la traite existe dans les con­flits mais affecte aus­si les per­son­nes fuyant les con­flits et même les sit­u­a­tions post-con­flictuelles : « La traite des êtres humains est un phénomène de plus en plus sou­vent présent dans les con­flits mod­ernes, qu’ils soient inter­na­tionaux ou non. Les formes exis­tantes de traite et les fac­teurs de vul­néra­bil­ité préex­is­tants, allant de la vio­lence fondée sur le genre à la dis­crim­i­na­tion en pas­sant par l’absence de débouchés économiques, sont, avant, pen­dant et après un con­flit, exacerbés.

De sur­croît, les con­flits ont ten­dance à favoris­er l’impunité, l’effondrement de l’ordre pub­lic et la destruc­tion des insti­tu­tions et des com­mu­nautés, ce qui crée des con­di­tions prop­ices à la traite, qui per­siste sou­vent bien après la fin des hos­til­ités. Le manque d’accès à des fil­ières de migra­tion sûres et légales oblige de nom­breuses per­son­nes fuyant un con­flit à recourir aux ser­vices de facil­i­ta­teurs illé­gaux, s’exposant ain­si davan­tage encore au risque d’être vic­times d’exploitation, y com­pris de traite. »[43]

De nom­breux instru­ments juridiques inter­na­tionaux — leurs mécan­ismes de mise en œuvre — pour­raient être mieux util­isés pour prévenir et com­bat­tre la traite des êtres humains en temps de con­flit armé, à com­mencer par :

  • les instru­ments uni­versels[44] et régionaux des Droits de l’homme, [45] applic­a­bles aus­si bien en temps de paix et de con­flit armé, selon l’opinion de la Cour inter­na­tionale de Jus­tice dans deux Avis con­sul­tat­ifs[46]
  • le droit inter­na­tion­al human­i­taire applic­a­ble dans les con­flits armés, à com­mencer par l’Article 3 com­mun aux qua­tre Con­ven­tions de Genève, con­sid­éré par la Cour inter­na­tionale de Jus­tice comme « con­sid­éra­tions élé­men­taires d’humanité »[47] et applic­a­ble en toute sit­u­a­tion de con­flit armé.

La Règle 94 (« L’esclavage et la traite des esclaves ») de la base de don­nées du droit inter­na­tion­al human­i­taire cou­tu­mi­er du CICR stip­ule : « L’esclavage et la traite des esclaves sous toutes leurs formes sont inter­dits », ajoutant que cette règle « con­stitue une norme de droit inter­na­tion­al cou­tu­mi­er applic­a­ble dans les con­flits armés tant inter­na­tionaux que non internationaux.

L’interdiction de l’esclavage fig­u­rait déjà dans les Arti­cles 23, 42 et 59 du Code Lieber en 1863.[48]

Les dis­po­si­tions de la Troisième (Arti­cles 49 à 68 et 109 à 119) et de la Qua­trième (Arti­cles 40, 51–52, 95–96, 132–135) Con­ven­tion de Genève de 1949 con­cer­nant le tra­vail des pris­on­niers de guerre et des civils, leur libéra­tion et leur rap­a­triement, ain­si que l’interdiction dans l’Article 45 du Règle­ment de La Haye de 1907 de con­train­dre la pop­u­la­tion d’un ter­ri­toire occupé à prêter ser­ment à la Puis­sance enne­mie, pré­sup­posent l’interdiction de l’esclavage.

L’interdiction de « l’esclavage et [de] la traite des esclaves sous toutes leurs formes » est recon­nue dans le Pro­to­cole addi­tion­nel II en tant que garantie fon­da­men­tale pour les civils et les per­son­nes hors de com­bat dans l’Article 4 (par. 2, al. f) du Pro­to­cole II (1977).

Tous les États  Par­ties aux Con­ven­tions de 1949 ont la respon­s­abil­ité indi­vidu­elle et col­lec­tive de respecter et de faire respecter, de garan­tir  le respect du droit inter­na­tion­al human­i­taire, en ver­tu de l’Article Pre­mier com­mun de ces Con­ven­tions.[49] La Cour inter­na­tionale de Jus­tice a relevé, dans l’Arrêt Nicaragua,[50] le devoir de s’abstenir de pro­mou­voir des vio­la­tions, et, dans l’Avis con­sul­tatif sur le Mur israélien, le devoir de chaque État Par­tie aux Con­ven­tions d’agir pour faire cess­er ces violations :

157. En ce qui con­cerne le droit inter­na­tion­al human­i­taire, la Cour rap­pellera que, dans son avis con­sul­tatif sur la Licéité de la men­ace ou de l’emploi d’armes nucléaires, elle a indiqué qu’a un grand nom­bre de règles du droit human­i­taire applic­a­ble dans les con­flits armés sont si fon­da­men­tales pour le respect de la per­son­ne humaine et pour des « con­sid­éra­tions élé­men­taires d’hu­man­ité»…», qu’elles « s’im­posent … à tous les États, qu’ils aient ou non rat­i­fié les instru­ments con­ven­tion­nels qui les expri­ment, parce qu’elles con­stituent des principes intrans­gress­ibles du droit inter­na­tion­al cou­tu­mi­er » (C.I.J. Recueil 1996 (I), p. 257, par. 79). De l’avis de la Cour, les règles en ques­tion incor­porent des oblig­a­tions revê­tant par essence un car­ac­tère erga omnes. 158. La Cour soulign­era par ailleurs qu’aux ter­mes de l’ar­ti­cle Pre­mier de la qua­trième con­ven­tion de Genève, dis­po­si­tion com­mune aux qua­tre con­ven­tions de Genève, «[l]es Hautes Par­ties con­trac­tantes s’en­ga­gent à respecter et à faire respecter la présente con­ven­tion en toutes cir­con­stances)). Il résulte de cette dis­po­si­tion l’oblig­a­tion de chaque État par­tie à cette con­ven­tion, qu’il soit par­tie ou non à un con­flit déter­miné, de faire respecter les pre­scrip­tions des instru­ments concernés. 

  1. Vu la nature et l’im­por­tance des droits et oblig­a­tions en cause, la Cour est d’avis que tous les États sont dans l’oblig­a­tion de ne pas recon­naître la sit­u­a­tion illicite découlant de la con­struc­tion du mur dans le ter­ri­toire pales­tinien occupé, y com­pris à l’in­térieur et sur le pour­tour de Jérusalem-Est. Ils sont égale­ment dans l’oblig­a­tion de ne pas prêter aide ou assis­tance au main­tien de la sit­u­a­tion créée par cette con­struc­tion. II appar­tient par ailleurs à tous les États de veiller, dans le respect de la Charte des Nations Unies et du droit inter­na­tion­al, à ce qu’il soit mis fin aux entrav­es, résul­tant de la con­struc­tion du mur, à l’ex­er­ci­ce par le peu­ple pales­tinien de son droit à l’au­todéter­mi­na­tion. En out­re, tous les États par­ties à la con­ven­tion de Genève rel­a­tive a la pro­tec­tion des per­son­nes civiles en temps de guerre, du 12 août 1949, ont l’oblig­a­tion, dans le respect de la Charte des Nations Unies et du droit inter­na­tion­al, de faire respecter par Israël le droit inter­na­tion­al human­i­taire incor­poré dans cette con­ven­tion. »[51]

 

Et aus­si :

  • le droit du tra­vail[52]
  • le droit pénal nation­al et inter­na­tion­al[53]
  • le droit mar­itime inter­na­tion­al[54]
  • le droit des réfugiés,[55] des migrants et des per­son­nes déplacées à l’intérieur de leur pays[56]
  • le droit inter­na­tion­al de l’environnement[57]
  • la Con­ven­tion des Nations Unies con­tre le crime organ­isé et les deux Pro­to­coles de Palerme[58]
  • sans oubli­er la jus­tice restau­ra­tive.[59]

Les per­son­nes impliquées dans la traite peu­vent faire l’ob­jet de pour­suites pénales pour
• crimes de guerre[60]

  • crimes con­tre l’hu­man­ité[61]
  • crime de géno­cide[62]

Les tri­bunaux nationaux[63] ont juri­dic­tion sur ces crimes et sur la traite des êtres humains en général.[64]

La Cour pénale inter­na­tionale (CPI) men­tionne l’esclavage et des pra­tiques de traite des êtres humains dans son Statut, adop­té à Rome en 1998, et dans les Élé­ments des crimes adop­tés à New York en 2002 et à Kam­pala en juin 2010.

CRIME DE GUERRE, Selon l’ar­ti­cle 8 du Statut de la CPI “La Cour a compétence à l’é­gard des crimes de guerre, en par­ti­c­uli­er lorsque ces crimes s’in­scrivent dans le cadre d’un plan ou d’une poli­tique ou lorsqu’ils font par­tie d’une série de crimes ana­logues com­mis sur une grande échelle”.

La traite pour­rait con­stituer un crime de guerre :

  • selon l’Article 8, 2, b, x) : « Le fait de soumet­tre des per­son­nes d’une par­tie adverse tombées en son pou­voir à des muti­la­tions ou à des expériences médicales ou sci­en­tifiques quelles qu’elles soient qui ne sont ni motivées par un traite­ment médical, den­taire ou hos­pi­tal­ier, ni effectuées dans l’intérêt de ces per­son­nes, et qui entraînent la mort de celles-ci ou met­tent sérieusement en dan­ger leur santé ;
  • selon l’Article 8, 2, b, xxi) : Les atteintes à la dig­nité de la per­son­ne, notam­ment les traite­ments humiliants et dégradants ; 

xxii) Le viol, l’esclavage sex­uel, la pros­ti­tu­tion forcée, la grossesse forcée, telle que définie à l’ar­ti­cle 7, para­graphe 2, alinéa f), la stérilisation forcée ou toute autre forme de vio­lence sex­uelle con­sti­tu­ant une infrac­tion grave aux Con­ven­tions de Genève ; 

xxvi) Le fait de procéder à la con­scrip­tion ou à l’enrôlement d’en­fants de moins de 15 ans dans les forces armées nationales ou de les faire par­ticiper active­ment à des hostilités

• et, c) En cas de con­flit armé ne présentant pas un caractère inter­na­tion­al,
- les vio­la­tions graves de l’ar­ti­cle 3 com­mun aux qua­tre Con­ven­tions de Genève du 12 août 1949, 

- i) Les atteintes à la vie et à l’intégrité cor­porelle, notam­ment le meurtre sous toutes ses formes, les muti­la­tions, les traite­ments cru­els et la torture ; 

- ii) Les atteintes à la dig­nité de la per­son­ne, notam­ment les traite­ments humiliants et dégradants ; 

-iii) Les pris­es d’otages

- vii) Le fait de procéder à la con­scrip­tion ou à l’enrôlement d’en­fants de moins de 15 ans dans les forces armées ou dans des groupes armés ou de les faire par­ticiper active­ment à des hostilités

- xi) Le fait de soumet­tre des per­son­nes d’une autre par­tie au con­flit tombées en son pou­voir à des muti­la­tions ou à des expériences médicales ou sci­en­tifiques quelles qu’elles soient qui ne sont ni motivées par un traite­ment médical, den­taire ou hos­pi­tal­ier, ni effectuées dans l’intérêt de ces per­son­nes, et qui entraînent la mort de celles-ci ou met­tent sérieusement en dan­ger leur santé.



CRIME CONTRE L’HUMANITE Le crime con­tre l’humanité est une vio­la­tion grave des droits de l’homme. Selon l‘article 7 du Statut de Rome, le crime con­tre l’humanité est défi­ni comme suit : « lorsqu’il est com­mis dans le cadre d’une attaque général­isée ou sys­té­ma­tique lancée con­tre toute pop­u­la­tion civile et en con­nais­sance de cette attaque ». Sont rat­tachées à cela les actions suiv­antes : meurtre, exter­mi­na­tion, réduc­tion en esclavage, dépor­ta­tion ou trans­fert for­cé de pop­u­la­tion, empris­on­nement, tor­ture, viol, esclavage sex­uel, grossesse for­cée, stéril­i­sa­tion for­cée, per­sé­cu­tion d’un groupe dis­tinct, dis­pari­tions for­cées de per­son­nes, etc.

GENOCIDE Selon l’article 2 de la Con­ven­tion pour la préven­tion et la répres­sion du crime de géno­cide, « le géno­cide s’entend de l’un quel­conque des actes ci-après, com­mis dans l’intention de détru­ire, en tout ou en par­tie, un groupe nation­al, eth­nique, racial ou religieux, comme tel:

(a) meurtre de mem­bres du groupe ; 

(b) atteinte grave à l’intégrité physique ou men­tale de mem­bres du groupe ;

© soumis­sion inten­tion­nelle du groupe à des con­di­tions d’existence devant entraîn­er sa destruc­tion physique totale ou partielle ;

(d) mesures visant à entraver les nais­sances au sein du groupe ; 

(e) trans­fert for­cé d’enfants du groupe à un autre groupe.»

Bien qu’il soit uni­verselle­ment recon­nu que la traite des êtres humains est une vio­la­tion grave des droits de l’homme et de la dig­nité humaine, elle n’est pas con­sid­érée comme une pri­or­ité par la Cour pénale inter­na­tionale. En rai­son des exi­gences strictes qui doivent être cer­ti­fiées pour mon­tr­er qu’un cas de traite des êtres humains est un crime con­tre l’hu­man­ité, tel que défi­ni dans le Statut de Rome, de nom­breux cas restent impu­nis. En out­re, selon l’an­ci­enne Rap­por­teuse Spé­ciale des Nations Unies sur la traite des per­son­nes, Mme Joy Ngozi Ezei­lo, les remèdes adéquats et effi­caces sont sou­vent inac­ces­si­bles pour les per­son­nes vic­times de la traite, mal­gré les nom­breuses vio­la­tions des droits de l’homme qu’elles ont subies.[65] Même si le droit à un recours effec­tif est une norme bien établie en ver­tu du droit inter­na­tion­al, il existe en réal­ité un large fos­sé entre la loi et sa mise en œuvre vis-à-vis des per­son­nes vic­times de la traite.[66]

Et selon un expert bri­tan­nique, Kevin Hyland, pre­mier Com­mis­saire indépen­dant chargé de la lutte con­tre l’esclavage au Royaume-Uni :

“La traite des êtres humains est un crime ignoré car il touche des per­son­nes mar­gin­al­isées et nous prof­i­tons tous quelque part de ce crime… Mais dans le monde entier, en 2020, moins de 10.000 pour­suites ont été engagées pour la traite des êtres humains par les États, sur 40 mil­lions de crimes poten­tiels (0,25 pour mille). Ce n’est rien et cela dimin­ue chaque année. » […] « Et si nous regar­dons les vic­times iden­ti­fiées par les canaux offi­ciels, c’est 118 000. Ce qui, sur 40 mil­lions, ne représente même pas un pour cent. Donc, il y a 99,98 % de chances d’im­punité, et 99 % de chances de ne pas être iden­ti­fié. Ce sont les chiffres à retenir. Et c’est pour cela que cette crim­i­nal­ité est si prospère. »[67]

Et selon le juge Faus­to Pocar, Prési­dent hon­o­raire de l’Institut inter­na­tion­al de droit human­i­taire, un expert recon­nu en droit inter­na­tion­al pénal : « L’esclavage est peut-être, si ce n’est le plus ancien, l’un des plus anciens crimes con­tre l’hu­man­ité, large­ment avant que le con­cept même de crime con­tre l’hu­man­ité n’ex­iste. Alors pourquoi rien ou peu de choses se passent ? Peut-être qu’il y a une rai­son. Le prob­lème est que, à mon avis, les auteurs de ce crime ne sont pas des per­son­nal­ités de haut niveau. Il y a une ten­dance dans la vie inter­na­tionale à accorder plus de poids à pour­suiv­re des per­son­nes de haut niveau. »[68]

Selon Maria Grazia Giammari­naro, Rap­por­teuse spé­ciale sur la traite des êtres humains, en par­ti­c­uli­er les femmes et les enfants, dans son rap­port (A/78/172) à l’Assemblée générale des Nations Unies en 2023 (« Ren­forcer l’application du principe de respon­s­abil­ité en matière de traite d’êtres humains dans les sit­u­a­tions de con­flit »), « Le Plan d’action mon­di­al des Nations Unies pour la lutte con­tre la traite des per­son­nes adresse un appel aux États pour qu’ils veil­lent à ce que les auteurs de la traite des per­son­nes, quels qu’ils soient, soient dûment tenus respon­s­ables de leurs actes « con­for­mé­ment aux instru­ments inter­na­tionaux per­ti­nents » 1 . Cepen­dant, les auteurs de la traite des per­son­nes dans les sit­u­a­tions de con­flit con­tin­u­ent d’opérer dans une rel­a­tive impunité. Cette impunité per­ma­nente a comme con­séquence un accès lim­ité à la jus­tice et aux voies de recours pour les vic­times et une inca­pac­ité per­sis­tante à prévenir la traite et à pro­téger les vic­times. […] [69]
« Pour l’heure, la Cour pénale inter­na­tionale n’a pas encore engagé de pour­suites pour le crime de la traite des per­son­nes, que ce soit au titre des crimes con­tre l’humanité que sont la réduc­tion en esclavage ou l’esclavage sex­uel, ou au titre d’autres crimes per­ti­nents et con­nex­es. À quelques excep­tions près, les mécan­ismes d’enquête et d’établissement des faits du Con­seil des droits de l’homme, qui ont un rôle essen­tiel à jouer dans la pro­mo­tion de l’application du principe de respon­s­abil­ité, n’ont pas enquêté sur l’ampleur du phénomène de la traite des per­son­nes, même dans les sit­u­a­tions présen­tant des indi­ca­teurs impor­tants de l’existence de la traite des per­son­nes. Dans les sit­u­a­tions d’après-conflit et de tran­si­tion, les mécan­ismes de jus­tice tran­si­tion­nelle ont pour rôle de faire en sorte que les respon­s­abil­ités soient établies et que les vic­times de la traite des per­son­nes liée à un con­flit aient accès à la jus­tice. Au niveau nation­al, la traite fait l’objet de pour­suites soit comme un crime de droit interne, soit comme un crime transna­tion­al, mais peu de mesures sont pris­es pour recon­naître la traite comme un crime inter­na­tion­al.”[70]

Les con­flits armés accrois­sent la vul­néra­bil­ité à la traite des êtres humains comme les mou­ve­ments de pop­u­la­tions que les con­flits provoquent.

Sur le ter­rain, pour com­pren­dre jusqu’où et com­ment le viol sys­té­ma­tique peut être util­isé, je cit­erai l’exemple du médecin gyné­co­logue con­go­lais le Doc­teur Denis Muk­wege, Prix Nobel de la Paix 2018, surnom­mé « l’homme qui répare les femmes » en République démoc­ra­tique du Con­go. Dans son dis­cours de remise du prix Nobel de la Paix en 2018, il soulig­nait : « Je fais par­tie d’un des pays les plus rich­es de la planète et pour­tant le peu­ple de mon pays fait par­tie des plus pau­vres du monde. Il n’y a pas de paix durable sans jus­tice. Les ten­sions en RDC ont provo­qué la mort de 6 mil­lions de per­son­nes et le déplace­ment de 4 mil­lions d’individus à l’intérieur du pays. Cette tragédie humaine se pour­suit sans que tous les respon­s­ables ne soient pour­suiv­is. »[71]

La traite a été, depuis 2014, l’ob­jet de délibéra­tions et réso­lu­tions du Con­seil de sécu­rité des Nations Unies, notam­ment en rela­tion avec l’usage de la traite comme acte de ter­reur par Daech, Boko Haram et Al-Shabaab.

La réso­lu­tion S/RES/2240 (2015), adop­tée par le Con­seil de sécu­rité le 9 octo­bre 2015, autorise « les États Mem­bres agis­sant indi­vidu­elle­ment ou dans le cadre d’organismes régionaux à utilis­er tous les moyens dic­tés par les cir­con­stances spé­ci­fiques pour lut­ter con­tre les trafi­quants de migrants et d’êtres humains ».
Elle a été renou­velée par les réso­lu­tions 2312 (2016), 2380 (2017), 2437 (2019), 2546 (2020).

La réso­lu­tion S/RES/2331 (2016), adop­tée par le Con­seil de sécu­rité le 20 décem­bre 2016, con­damne tous les actes rel­e­vant de la traite, en par­ti­c­uli­er la vente ou le com­merce de per­son­nes tels que l’État islamique d’Iraq et du Lev­ant (EIIL, con­nu égale­ment sous le nom de Daech) et est con­scient qu’il importe de recueil­lir et de con­serv­er les preuves attes­tant de tels actes afin que leurs auteurs en répon­dent. Déclare avoir l’intention d’envisager de pren­dre des sanc­tions con­tre les per­son­nes et les entités se livrant à la traite d’êtres humains dans des zones touchées par un con­flit armé ou à des vio­lences sex­uelles en péri­ode de conflit. 

A la suite de cette réso­lu­tion 2331 (2016), le Secré­taire général des Nations Unies a pub­lié un Rap­port sur la traite des êtres humains en péri­ode de con­flit armé (S/2017/939), du 10 novem­bre 2017. Il nous sem­ble intéres­sant de citer l’introduction de ce rap­port, qui men­tionne ensuite les activ­ités de groupes ter­ror­istes tels que l’ État islamique d’Iraq et du Lev­ant (EIIL, égale­ment con­nu sous le nom de Daech), Boko Haram au Nigéria, des cas en Syrie, en Libye, en Colom­bie, au Yémen, en République démoc­ra­tique du Con­go, aux Philippines : 

« Dans sa réso­lu­tion 2331 (2016), le Con­seil de sécu­rité a con­damné à l’unanimité tous les actes de traite d’êtres humains dans les zones en proie à un con­flit armé, qui con­stituent une vio­la­tion des droits fon­da­men­taux des vic­times et pour­raient con­stituer des crimes de guerre, et souligné que la traite nuit à l’état de droit, con­tribue au finance­ment et aux activ­ités de recrute­ment des groupes ter­ror­istes, exac­erbe les con­flits et nuit au développe­ment. Le Con­seil a engagé les États Mem­bres à rat­i­fi­er les instru­ments juridiques, enquêter sur les actes qui ont été com­mis, désor­gan­is­er et déman­tel­er les réseaux de traite, analyser les liens entre la traite et le finance­ment du ter­ror­isme, et met­tre en place des mécan­ismes solides d’identification des vic­times afin de leur offrir pro­tec­tion et assis­tance. Il a égale­ment demandé à plusieurs entités de l’ONU de se pencher sur la ques­tion dans le cadre de leurs man­dats respec­tifs et encour­agé à forg­er des parte­nar­i­ats solides avec le secteur privé et la société civile. »

A relever aus­si la réso­lu­tion S/RES/2719 (2023), adop­tée le 21 décem­bre 2023 sur la coopéra­tion entre l’ONU et les organ­i­sa­tions régionales et sous-régionales aux fins de main­tien de la paix et de la sécu­rité inter­na­tionales, dont voici les para­graphes 11 et 12 :

11. Insiste sur l’impératif opéra­tionnel pour les opéra­tions de sou­tien à la paix

menées par l’Union africaine util­isant des con­tri­bu­tions des États Mem­bres d’être

plan­i­fiées et menées con­for­mé­ment au Cadre de con­for­mité aux droits de l’homme et

au droit inter­na­tion­al human­i­taire de l’Union africaine, à la Poli­tique de l’Union

africaine sur la con­duite et la dis­ci­pline dans les opéra­tions de sou­tien à la paix, à la

Poli­tique de l’Union africaine sur la préven­tion et la réponse à l’exploitation et aux

abus sex­uels dans les opéra­tions de sou­tien à la paix, et à la poli­tique de diligence

voulue en matière de droits humains en cas d’appui de l’ONU à des forces de sécurité

non onusi­ennes, qui ont été har­mon­isés avec les cadres et poli­tiques per­ti­nents de

l’ONU ;

  1. Souligne qu’au cours des opéra­tions de sou­tien à la paix menées par

l’Union africaine util­isant des con­tri­bu­tions des États Mem­bres, la pro­tec­tion des

civils devrait se voir accorder la pri­or­ité dans la plan­i­fi­ca­tion de telles opéra­tions ainsi

que dans le con­cept d’opérations, les règles d’engagement et les doc­u­ments direc­tifs et d’orientation per­ti­nents, le cas échéant.

Un film ger­mano-cana­di­en « The Whistle­blow­er » (“Seule con­tre tous” en France, ou “La Dénon­ci­a­tion” au Québec), sor­ti en 2011, reprend l’histoire inspirée de faits réels de mem­bres d’une société privée améri­caine de sécu­rité tra­vail­lant dans le cadre de forces de main­tien de la paix de l’ONU en ex-Yougoslavie organ­isant des réseaux de pros­ti­tu­tion for­cée dans des zones de con­flit. Kathryn Bolko­vac,[72] la per­son­ne qui a dénon­cé ce traf­ic, a été licen­ciée, et aucune pour­suite n’a été entamée con­tre les respon­s­ables, cou­verts par l’immunité diplomatique.

A fin mars 2023, au Palais des Nations à Genève, l’Ordre de Malte et Car­i­tas ont organ­isé un événe­ment par­al­lèle sur la traite dans les con­flits armés et les sit­u­a­tions post-con­flictuelles.[73] Et citons une des inter­venantes, Madame Natalia Holyn­s­ka, Respon­s­able des pro­jets de lutte con­tre la traite des êtres humains de Car­i­tas Ukraine :

« J’ai décidé de vous racon­ter les his­toires vraies de vic­times qui ont survécu à la traite des êtres humains en Ukraine, dans un pays en guerre. Je pense que leurs voix devraient être enten­dues. Kse­nia, 19 ans : elle vient de l’ouest de l’Ukraine. Au début de la guerre, elle perd son emploi et se voit pro­pos­er un tra­vail en Pologne, qu’elle a refusé une pre­mière fois. Mais en rai­son de la sit­u­a­tion incer­taine dans le pays et de sa vul­néra­bil­ité, elle a été facile­ment recrutée et est apparue en Pologne dans des maisons clos­es clan­des­tines et a été exploitée sex­uelle­ment pen­dant plusieurs mois. Beau­coup de femmes ukraini­ennes donc, dans un état vul­nérable, par­tent à l’é­tranger. Cer­tains recru­teurs, leur offrent le trans­port gra­tu­it et ou l’héberge­ment, puis com­men­cent à les exploiter comme la servi­tude domes­tique ou sexuelle.»

Une des per­son­nes par­tic­i­pant à cet événe­ment était Madame Vir­ginia Gam­ba, Représen­tante spé­ciale du Secré­taire général des Nations Unies pour les enfants et les con­flits armés. Son man­dat porte sur les six vio­la­tions graves con­tre les enfants dans les con­flits armés y com­pris le recrute­ment et l’u­til­i­sa­tion d’en­fants, le viol et d’autres formes de vio­lence sex­uelle, les meurtres et les muti­la­tions, les attaques con­tre les écoles et les hôpi­taux, les enlève­ments et le refus de l’ac­cès à l’aide human­i­taire.  Ces vio­la­tions sont liées les unes aux autres à plusieurs niveaux.  La dimen­sion trans­frontal­ière crois­sante des con­flits con­stitue une men­ace sup­plé­men­taire à la pro­tec­tion des enfants et néces­site des efforts con­certés au-delà des zones de con­flit afin d’i­den­ti­fi­er et de suiv­re les risques et les vul­néra­bil­ités, notam­ment des enfants qui sont enlevés et qui peu­vent égale­ment tra­vers­er les frontières. 

Dans le dernier rap­port annuel du Secré­taire général sur les enfants et les con­flits armés, 3459 enfants, dont 2399 garçons, 1038 filles et 22 enfants de sexe incon­nu ont été enlevés, ce qui représente une aug­men­ta­tion de 20% par rap­port à l’an­née précé­dente.  L’en­lève­ment des seules filles a aug­men­té de 40%, et presque tous les inci­dents d’en­lève­ment ont été attribués à des groupes armés.  Les chiffres les plus élevés ayant été véri­fiés en République démoc­ra­tique du Con­go, Soma­lie, bassin du lac Tchad, Burk­i­na Faso et au Nige­ria.  L’en­lève­ment est sou­vent le précurseur d’autres vio­la­tions graves.  Un enfant enlevé devient plus vul­nérable au recrute­ment et à l’u­til­i­sa­tion ou à d’autres formes d’ex­ploita­tion, y com­pris le tra­vail for­cé, le mariage for­cé, l’ex­ploita­tion sex­uelle et l’esclavage pour n’en citer que quelques-unes.  Les moti­va­tions des auteurs sont aus­si var­iées que l’ob­jet des vio­la­tions, et l’im­pact sur les enfants est dif­féren­cié se croisant avec des fac­teurs liés au sexe, à la race et l’eth­nic­ité, et le hand­i­cap.  Les enfants réfugiés, déplacés et apa­trides sont par­ti­c­ulière­ment exposés à la traite et à de graves vio­la­tions dans les con­flits tout comme les autochtones et les enfants des minorités. 

En juil­let dernier, aux Nations Unies, Madame Vir­ginia Gam­ba a lancé, en présence du Rap­por­teur spé­cial, une note d’ori­en­ta­tion sur l’en­lève­ment (« Guid­ance Note on Abduc­tion »)[74] des­tinée à ses obser­va­teurs sur le ter­rain.  Cette note d’ori­en­ta­tion est en par­tie un out­il pour com­pren­dre et affin­er les déf­i­ni­tions de l’enlèvement, par­ti­c­ulière­ment lors de l’ex­a­m­en des con­textes trans­frontal­iers, y com­pris en ce qui con­cerne le traf­ic d’enfants et ses liens avec l’en­lève­ment et les autres vio­la­tions graves.   Aux niveaux local, nation­al et région­al, elle soulig­nait la néces­sité de la sen­si­bil­i­sa­tion du pub­lic et les mécan­ismes d’alerte pré­coce qui peu­vent con­tribuer à la préven­tion con­tre l’en­lève­ment, y com­pris ses liens avec la traite des êtres humains et la vio­lence géné­tique à l’en­con­tre des enfants, par exem­ple, en met­tant un terme aux attaques sur les écoles et en préser­vant le droit des enfants à l’é­d­u­ca­tion.  De même, des efforts accrus pour enreg­istr­er les enfants à la nais­sance, en leur accor­dant le droit à l’identité con­for­mé­ment à l’ar­ti­cle 8 de la Con­ven­tion sur les droits de l’en­fant [75]est une pre­mière étape essen­tielle pour assur­er la pro­tec­tion des enfants dans des con­textes prop­ices aux enlève­ments et d’autres vio­la­tions et abus connexes.

Bien davan­tage devrait être fait pour prévenir, pro­téger et réha­biliter les enfants sol­dats.[76]

A la fin du siè­cle dernier, nous avons obtenu deux résul­tats aux­quels per­son­ne ne s’at­tendait.  Il s’agis­sait de deux coali­tions.  En 1997, il s’agis­sait de la Con­ven­tion d’Ottawa inter­dis­ant les mines anti-per­son­nel.  En 1998, c’é­tait la Coali­tion pour le statut de la Cour pénale inter­na­tionale (CPI), le Statut de Rome. Et c’est d’une coali­tion sim­i­laire dont nous avons besoin pour ten­ter d’abolir l’esclavage con­tem­po­rain.  

C’est une coopéra­tion entre toutes les par­ties prenantes qui serait néces­saire pour prévenir, pro­téger et réha­biliter les vic­times et sur­vivants, leur don­ner accès à la jus­tice pénale et civile pour pour­suiv­re les trafi­quants et pour leur obtenir répa­ra­tion.
La for­ma­tion est essen­tielle pour que Gou­verne­ments et société civile et toutes les par­ties prenantes, pren­nent con­science et met­tent en œuvre les instru­ments juridiques, poli­tiques, économiques et soci­aux pour lut­ter con­tre le fléau de la traite de per­son­nes, et, pour la sec­onde fois dans l’his­toire, entre­pren­nent d’éradi­quer l’esclavage.

Il faudrait pour cela une mobil­i­sa­tion de la con­science publique[77] à l’in­star de celles qui avaient amené la cod­i­fi­ca­tion des Con­ven­tions de Genève de 1864 à 1949, de la Déc­la­ra­tion uni­verselle des droits de l’homme et de la Con­ven­tion con­tre le géno­cide. Cette Déc­la­ra­tion et cette Con­ven­tion ont été adop­tées il y a 75 ans en décem­bre 1948. Après les com­mé­mora­tions, comme aimait à le dire le Prési­dent du CICR Cor­ne­lio Som­maru­ga,[78] pas­sons main­tenant des dis­cours à l’ac­tion : “Res non ver­ba”.

[1] Doc­teur en droit (Uni­ver­sité de Genève), Pro­fesseur asso­cié de droit inter­na­tion­al pub­lic (Web­ster, Genève), Ambas­sadeur de l’Ordre sou­verain de Malte pour lut­ter con­tre la traite des êtres humains.

[1] SMITH, Ang­harad, Mon­ti Narayan DATTA, and Kevin BALES. 2020. “Intro­duc­ing Con­tem­po­rary Slav­ery in Armed Con­flicts: Intro­duc­ing the CSAC Dataset, 1989–2016.” Unpub­lished man­u­script. Dataset, Key Find­ings: “Slav­ery and human traf­fick­ing are present in 90 per cent of mod­ern wars.” […] ”Slav­ery and war are tight­ly con­nect­ed – but we had no idea just how much until we crunched the data.” The Con­ver­sa­tion, August 22, 2022

[2] Voir Kevin BALES. Blood and Earth. Mod­ern Slav­ery, Eco­cide, and the Secret to Sav­ing the World.
New York, Ran­dom House, 2016: “If slav­ery were an Amer­i­can State, it would have the pop­u­la­tion of Cal­i­for­nia and the eco­nom­ic out­put of the Dis­trict of Colum­bia, but it would be the world’s third-largest pro­duc­er of CO2, after Chi­na and the Unit­ed States.”

[3] Ibid.

[4] Voir notam­ment
- DECAUX, Emmanuel, Les formes con­tem­po­raines de l’esclavage. La Haye, Mar­t­i­nus Nijhoff, Col­lec­tion Académie de Droit Inter­na­tion­al de La Haye, 2010, 258 p.

- MARCHADIER, Fabi­en (Dir.). La pro­hi­bi­tion de l’esclavage et de la traite des êtres humains. Paris, Pedone, 2022, 304 p.
- OHCHR. Fiche d’information No. 14 – Formes con­tem­po­raines d’esclavage

[5] Voir
- COMMISSION EUROPÉENNE. Met­tre un terne à la traite des êtres humains. Bris­er la chaîne invis­i­ble.
Cam­pagne de sen­si­bil­i­sa­tion
27 mars 2024
- CONTRE LA TRAITE. Invis­i­bles : Traite des mineurs en France. Court métrage disponible en DVD.

[6] Voir le Rap­port annuel du Départe­ment d’État sur la traite de per­son­nes (2023 Traf­fick­ing in Per­sons Report)

[7] OIT, Walk Free, OIM. Esti­ma­tions mon­di­ales de l’esclavage mod­erne. Tra­vail for­cé et mariage for­cé. Résumé ana­ly­tique, Genève, Sep­tem­bre 2022, 14 p. Rap­port com­plet disponible en anglais : Glob­al Esti­mates of Mod­ern Slav­ery. Forced Labour and Forced Mar­riage. 131 p.

[8] Le rap­port de l’OIT de 2014 Prof­its et pau­vreté : l’économie du tra­vail for­cé (Prof­its and Pover­ty: The Eco­nom­ics of Forced Labour), indi­quait que deux tiers des 150 mil­liards de dol­lars estimés, soit 99 mil­liards, provi­en­nent de l’exploitation sex­uelle à des fins com­mer­ciales, tan­dis que les 51 autres mil­liards résul­tent de la traite à des fins d’exploitation économique, y com­pris le tra­vail domes­tique, l’agriculture et d’autres activ­ités économiques. La nou­velle étude pub­liée en 2024 Prof­its et pau­vreté : la dimen­sion économique du tra­vail for­cé révèle une hausse de 37 pour cent des prof­its illé­gaux depuis 2014

[9] Voir notam­ment :
- BIGIO, Jamille and Rachel VOGELSTEIN, Under­stand­ing human traf­fick­ing in con­flict. New York, Coun­cil on For­eign Rela­tions, 2019, 9 p.

- GLOBAL SLAVERY INDEX. Mod­ern Slav­ery: A Weapon and Con­se­quence of War. Walk Free Foun­da­tion (2023)

- MANNING, Chan­dra. What This Cru­el War Was Over: Sol­diers, Slav­ery, and the Civ­il War.
Vin­tage, 2008, 350 p.

- OIM. Ini­tia­tive pour les migrants dans les pays en crise (MICIC). Lignes direc­tri­ces rel­a­tives à la pro­tec­tion des migrants dans les pays touchés par un con­flit ou une cat­a­stro­phe naturelle. Genève, 12 avril 2024, 150 p.

- SOS INTERNATIONAL. War and Human Traf­fick­ing: How Glob­al Con­flict Fuels Exploita­tion
- UNODC. Traf­fick­ing in per­sons in the con­text of armed con­flict”. Vien­na, 2018, 28 p.
- SECOURS CATHOLIQUE-CARITAS France. La traite des êtres humains dans les sit­u­a­tions de con­flits et post-con­flits. Paris, 2016, 42 p.

[10] Voir

- Vital NSHIMIRIMANA. “L’instabilité poli­tique hand­i­cape l’État de droit et freine le développe­ment des pays d’Afrique de l’Ouest » CNCD 11.11.11. 11 avril 2023
- Jean-François VERNE. « Insta­bil­ités poli­tiques, guerre et crois­sance économique : le cas du Liban et des pays du Moyen-Ori­ent ». Revue d’économie poli­tique. 2016/6 (Vo. 126) pp. 1077–1103

 

[11] Voir le Rap­port du Pro­fesseur Tomoya OBOKOTA, Rap­por­teur spé­cial sur les formes con­tem­po­raines d’esclavage, y com­pris leurs caus­es et leurs con­séquences. Impact de la pandémie de mal­adie à coro­n­avirus sur les formes con­tem­po­raines d’esclavage et les pra­tiques ana­logues à l’esclavage. (A/HRC/45/8, 4 août 2020), 22 p.

[12] ONUDC. Vision stratégique de l’ONUDC pour l’Afrique 2030,

[13] Voir
- ACADEMIE PONTIFICALE DES SCIENCES SOCIALES
Mod­ern Slav­ery and Cli­mate Change: The Com­mit­ment of Cities (2015)
Resilience of Peo­ple and Ecosys­tems under Cli­mate Stress (2022)
From Cli­mate Cri­sis to Cli­mate Resilience (2024)
- Younes AHOUGA. Gou­vern­er les migra­tions pour per­pétuer la modi­al­i­sa­tion. Ges­tion migra­toire et Organ­i­sa­tion inter­na­tion­al pour les migra­tions. Ottawa. Les Press­es de l’Université d’Ottawa. 2024, 250 p. Ouvrage libre­ment disponible en ligne : https://library.oapen.org/handle/20.500.12657/90022
- ANTI-SLAVERY & INTERNATIONAL INSTITUTE FOR ENVIRONMENT AND DEVELOPMENT
Cli­mate-induced migra­tion and mod­ern slav­ery. A toolk­it for pol­i­cy-mak­ers. (Sept. 2021)
- BALES, Kevin, Ben­jamin K. SOVACOOL
From Forests to fac­to­ries: How mod­ern slav­ery deep­ens the cri­sis of cli­mate change.”
Ener­gy Research & Social Sci­ences, Vol. 77, July 2021
- BANQUE MONDIALE
Groundswell. Prepar­ing for Inter­nal Cli­mate Migra­tion. Wash­ing­ton, D.C., 2018, 222 p.
- CONTRE LA TRAITE. “La traite et le con­texte migra­toire actuel. Aujourd’hui un grand nom­bre des vic­times de la traite sont des migrants » (2024),
- OSCE, « Recom­man­da­tions du Représen­tant spé­cial et Coor­di­na­teur de l’OSCE pour la lutte con­tre la traite des êtres humains rel­a­tives à la néces­sité de ren­forcer la préven­tion de la traite dans les flux migra­toires mas­sifs » (SEC.GAL/39/22 9 mars 2022)
- Domini­ka PSZCÓLKOWSKA. How migrants choose their des­ti­na­tions. Fac­tors influ­enc­ing post-EU acces­sion choic­es and deci­sions to remain. New York, Rout­ledge, 2024, 209 p. (en libre accès sur library.open.org)

[14] Voir

- THE WARNATH GROUP. Glob­al Col­lec­tion of Human Traf­fick­ing Laws (August 2023), inclu­ant en ver­sion anglaise des traités inter­na­tionaux et régionaux (African Union, ASEAN, Bali Process, Coor­di­nat­ed Mekong Min­is­te­r­i­al Ini­tia­tive Against Traf­fick­ing, Coun­cil of Baltic Sea States, Coun­cil of Europe, ECOWAS, Euro­pean Union, Finan­cial Action Task Force, ICC, ILO, Khar­toum Process, League of Arab States, OSCE, OAS, Puebla Process, SADC, UN), et les lois nationales de l’Albanie au Zim­bab­we.
- SHAVERS, Anna W. (2012) “Human Traf­fick­ing, the Rule of Law, and Cor­po­rate Social Respon­si­bil­i­ty,” South Car­oli­na Jour­nal of Inter­na­tion­al Law and Busi­ness: Vol. 9 : Iss. 1, Arti­cle 6

- COMMISSION EUROPÉENNE. “La Com­mis­sion salue l’accord poli­tique décisif prévoy­ant des règles plus strictes afin de lut­ter con­tre la traite des êtres humains » 23 jan­vi­er 2024

[15] Voir

- CONSEIL DE L’EUROPE. Assem­blée Par­lemen­taire. Rap­port de M. Ver­non COAKER. « Action con­certée con­tre la traite des êtres humains et le traf­ic illicite des migrants » (Doc. 15023, 6 jan­vi­er 2020)

- OSCE. Bureau du Représen­tant spé­cial et Coor­di­na­teur pour la lutte con­tre la traite des êtres humains. Points clés de la 20e Con­férence de l’Alliance con­tre la traite des per­son­nes. Met­tre un terne à l’impunité. Ren­dre jus­tice en pour­suiv­ant les auteurs de traite des êtres humains. 37 p.

[16] Voir le rap­port de l’OCDE qui présente les “Principes Directeurs pour com­bat­tre la cor­rup­tion en lien avec la traite de per­son­nes » ain­si que deux études de cas en Thaï­lande et aux Philip­pines :
OECD (2016), Traf­fick­ing in Per­sons and Cor­rup­tion. Break­ing the Chain. OECD Pub­lic Gov­er­nance Reviews, Édi­tions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/9789264253728-en.

 

[17] Voir

- CONSEIL DE L’EUROPE. GRETA. (2022) Online and tech­nol­o­gy-facil­i­tat­ed traf­fick­ing in human beings. The report was pre­pared by Dr. Pao­lo CAMPANA, Asso­ciate Pro­fes­sor, Uni­ver­si­ty of Cam­bridge, UK.
La traite des êtres humains en ligne et facil­itée par les tech­nolo­gies. Résumé et recom­man­da­tions.

- EUROPOL (2020) The chal­lenges of coun­ter­ing human traf­fick­ing in the dig­i­tal era

- GIROD, Kat­ri­na. The Role of Tech­nol­o­gy in Human Traf­fick­ing. Bor­gen Project, July 21, 2023

- ICAT (2019) Human Traf­fick­ing and Tech­nol­o­gy: Trends, Chal­lenges and Oppor­tu­ni­ties. Issue 07/2019

- LATONERO, Mark, WEX, Bron­wyn, DANK, Mered­ith, POUCKI, Sasha (2015). Tech­nol­o­gy and Labor Traf­fick­ing in a Net­work Soci­ety. Gen­er­al Overview, Emerg­ing Inno­va­tions, and Philip­pines Case Study. Uni­ver­si­ty of South­ern Cal­i­for­nia, USC Annen­berg Cen­ter on Com­mu­ni­ca­tion Lead­er­ship & Pol­i­cy, 56 p.

- L’HOIRY, X., MORETTI, A. & ANTONOPOULOS, G.A. Human traf­fick­ing, sex­u­al exploita­tion and dig­i­tal tech­nolo­giesTrends Organ Crim 27, 1–9 (2024). https://doi.org/10.1007/s12117-024–09526‑4

- MARTINUS, Melin­da, ZAHRA-ARIDATI, Indi­ra (2024) Tack­ling tech­nol­o­gy abuse and human traf­fick­ing in ASEAN. East Asia Forum https://doi.org/10.59425/eabc.1708441200

- MILIVOJEVIC, San­ja, MOORE, Heather, and SEGRAVE, Marie (2020) ‘,’ Anti-Traf­fick­ing Review, issue 14, 2020, pp. 16–32, https://doi.org/10.14197/atr.201220142

- OHCHR. L’utilisation de la tech­nolo­gie pour faciliter et prévenir les formes con­tem­po­raines d’esclavage (A/78/161). Rap­port du Rap­por­teur spé­cial sur les formes con­tem­po­raines d’esclavage, y com­pris leurs caus­es et con­séquences, le Pro­fesseur Tomoya OBOKATA (12 juil­let 2023)

- OSCE (2020) Lever­ag­ing inno­va­tion to fight traf­fick­ing in human beings: a com­pre­hen­sive analy­sis of tech­nol­o­gy tools, 75 p.

- THOMSON REUTERS. Tech­nol­o­gy and human traf­fick­ing: Fight­ing the good fight. Jan­u­ary 16, 2024

- UNICEF (2022). Reclaim­ing dig­i­tal spaces to counter human traf­fick­ing and pro­tect its victims

- SARKAR, Sid­dhar­ta (2024). Use of Social Net­work­ing Tech­nol­o­gy in Sex Traf­fick­ing. 138 p.

- SARKAR, S. (2015). Use of tech­nol­o­gy in human traf­fick­ing net­works and sex­u­al exploita­tion: A cross-sec­tion­al mul­ti-coun­try studyTransna­tion­al Social Review5(1), 55–68.

https://doi.org/10.1080/21931674.2014.991184

- SHEKHAR, Beu­lah, VARGHESE VINCENT, Vijo, Tech­nol­o­gy and Human Traf­fick­ing: Recon­struct­ing the Nexus. Urban Crime – An Inter­na­tion­al Jour­nal. Vol. 3‑No 1‑May 2022,

- SMITH, Olivia (2023) Human Traf­fick­ing and the Dig­i­tal Divide. Max Bell School of Pub­lic Pol­i­cy, McGill

- UNODC. Work­ing Group on Traf­fick­ing in Per­sons, Vien­na, 12 and 13 Octo­ber 2021. Suc­cess­ful strate­gies for address­ing the use of tech­nol­o­gy to facil­i­tate traf­fick­ing in per­sons and to pre­vent and inves­ti­gate traf­fick­ing in per­sons. Back­ground paper pre­pared by the Sec­re­tari­at. CTOC/COP/WG.4/2021/2

[18] CONSEIL DE L’EUROPE, Exploita­tion par le tra­vail. En novem­bre 2019, le Secré­taire Général du Con­seil de l’Europe a présen­té au Comité des Min­istres une « Feuille de route pour ren­forcer l’ac­tion con­tre la traite des êtres humains à des fins d’ex­ploita­tion par le tra­vail ». Con­for­mé­ment à cette feuille de route, le GRETA a adop­té, en sep­tem­bre 2020, un recueil de bonnes pra­tiques dans le domaine de la lutte con­tre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation par le tra­vail. Le recueil a servi de base à l’élaboration d’une note d’orientation sur la préven­tion et la lutte con­tre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation par le tra­vail, que le GRETA a adop­tée en novem­bre 2020. Le 27 sep­tem­bre 2022, le Comité des Min­istres a adop­té la Recom­man­da­tion CM/Rec(2022)21 sur la préven­tion et la lutte con­tre la traite des êtres humains à des fins d’ex­ploita­tion par le tra­vail, qui appelle les États mem­bres du Con­seil de l’Eu­rope à adopter des lois, poli­tiques et straté­gies nationales pour lut­ter con­tre la traite aux fins d’exploitation par le tra­vail, selon une approche fondée sur les droits de l’homme et cen­trée sur les vic­times. Elle s’ap­puie sur le tra­vail de suivi et les ori­en­ta­tions du GRETA, la jurispru­dence de la Cour européenne des droits de l’homme et les con­clu­sions et déci­sions du Comité européen des droits sociaux

Voir aus­si les Ori­en­ta­tions pas­torales sur la traite des per­son­nes, pub­liées en 2019 par la Sec­tion Migrants & Réfugiés du Vat­i­can et l’article du Car­di­nal Michael CZERNY « La traite des humains et la logique du prof­it » Choisir, 28 mars 2022.

[19] OIT (2016) Normes de l’OIT sur le tra­vail for­cé. Le nou­veau Pro­to­cole et sa recom­man­da­tion en bref.
Voir aus­si le site
www.ilo.org/forcedlabour et ILO (2024) Erad­i­cat­ing Forced Labour : Part­ner­ing strate­gi­cal­ly with ILO. Voir aus­si les rap­ports et doc­u­ments présen­tés à la 112e ses­sion de la Con­férence inter­na­tionale du Tra­vail (Genève, 3–14 juin 2024) sur « Pro­tec­tion con­tre les dan­gers biologiques », « Principes et droits fon­da­men­taux au tra­vail », « Appli­ca­tion des normes » et surtout « Tra­vail décent et économie du soin ».

[20] A/78/172, B. Traite à des fins de tra­vail for­cé (para­gr. 13 et 14)

[21] A/78/172, A. Traite des per­son­nes à des fins d’exploitation sex­uelle et d’esclavage sex­uel (para­gr. 12)

[22] U.S. DEPARTMENT OF STATE. Office to Mon­i­tor and Com­bat Traf­fick­ing in Per­sons. “Mod­ern Slav­ery as a Tac­tic in Armed Con­flicts” (2015)

[23] TIEFENBRUN, Susan. « Child Sol­diers, Slav­ery and the Traf­fick­ing of Chil­dren”, Ford­ham Inter­na­tion­al Law Jour­nal, Vol. 31, Issue 2, 2007, pp. 417–486. Voir aus­si Ahmadou KOUROMA. Allah n’est pas obligé. Paris, Le Seuil, 2000, 240 p.

[24] Voir le rap­port de Maria Grazia GIAMMARINARO, Rap­por­teuse spé­ciale sur la traite des êtres humains, en par­ti­c­uli­er les femmes et les enfants. Ren­forcer la respon­s­abil­ité en matière de traite des per­son­nes dans les sit­u­a­tions de con­flit (A/78/172), en 2023, et, en 2018, Prob­lé­ma­tique femmes-hommes dans la traite des êtres humains en sit­u­a­tion de con­flit et d’après con­flit et l’importance de l’intégration d’une approche fondée sur les droits de l’homme pour lut­ter con­tre la traite des êtres humains dans le cadre du pro­gramme pour les femmes et la paix et la sécu­rité du Con­seil de sécu­rité (A/73/171), ain­si que, en 2017, Vul­néra­bil­ité des enfants face à la vente, la traite et autres formes d’exploitation dans les sit­u­a­tions de con­flit et de crise human­i­taire (A/72/164) et, en 2016, Traite des per­son­nes dans les sit­u­a­tions de con­flit et d’après con­flit : pro­téger les vic­times de la traite et les per­son­nes qui risquent de l’être, en par­ti­c­uli­er les femmes et les enfants (A/71/303), qui traite des formes les plus courantes de la traite en sit­u­a­tion de con­flit, qui sont abor­dées sous les trois angles suiv­ants : a) la traite des per­son­nes qui fuient des con­flits, notam­ment la sit­u­a­tion des per­son­nes déplacées par un con­flit ain­si que des réfugiés et des deman­deurs d’asile fuyant un con­flit; b) la traite durant un con­flit, notam­ment celle d’êtres humains dont des garçons, des filles et des migrants, à des fins d’enrôlement dans les rangs de forces armées, d’exploitation sex­uelle et d’exploitation par le tra­vail; et c) la traite dans les sit­u­a­tions d’après con­flit, notam­ment celle qui met en jeu des sol­dats de la paix.

[25] A/78/172, C. Adop­tion illé­gale (para­gr. 15)

[26] Voir
- Maud DE BOER-BUQUICCHIO. « Sale of Chil­dren and Traf­fick­ing of Chil­dren as Inter­na­tion­al Crimes” in J. WINTERDYK, J. JONES (eds.) The Pal­grave Inter­na­tion­al Hand­book of Human Traf­fick­ing, New York 2019, https://link.springer.com/referenceworkentry/10.1007/978–3‑319–63192-9_75‑1
- Daniel­la BANDELLI & Con­sue­lo CORRADI. “Inputs on ges­tion­al sur­ro­ga­cy for the OHCHR Spe­cial Rap­por­teur on the sale and sex­u­al exploita­tion of chil­dren” (May 2019)

- Kather­ine WADE. “The reg­u­la­tion of sur­ro­ga­cy: a children’s rights per­spec­tiveChild Fam Law Q. 2017 Jun 29; 29(2): 113–131.

[27] Voir notam­ment le rap­port de Dick MARTY pour l’Assemblée par­lemen­taire du Con­seil de l’Europe (Doc. 12462, « Inhu­man treat­ment of peo­ple and illic­it traf­fick­ing in human organs in Koso­vo », du 7 jan­vi­er 2011) des cas allégués au Kosovo

[28] Voir
- Mah­moud ZANI, « La Con­ven­tion du Con­seil de l’Europe con­tre le traf­ic d’organes humains : un instru­ment révo­lu­tion­naire pour la préven­tion et la répres­sion du com­merce illicite de la per­son­ne humaine », Cahiers de la Recherche sur les droits fon­da­men­taux, 14/2016, pp, 101–17 https://doi.org/10.4000/crdf.596

- OMS. Con­seil exé­cu­tif. Cent cinquante-qua­trième ses­sion. Point 7 de l’ordre du jour. Accroître la disponi­bil­ité de cel­lules, de tis­sus et d’organes humains, en élargir l’accès de manière éthique en ren­forcer le con­trôle. EB154(7), 24 jan­vi­er 2024
- RAINHORN, Jean-Daniel et Sami­ra EL BOUDOAMOUSSI. New Can­ni­bal Mar­kets. Glob­al­iza­tion and Com­mod­i­fi­ca­tion of the Human Body. Paris, Mai­son des Sci­ences de l’Homme, 2015, 596 p.

- UNIVERSITÉ DE GENEVE. « Com­ment en finir avec le cer­cle vicieux du traf­ic d’organes » Jour­nal No 85, du 13 au 27 févri­er 2014

[29] Voir notamment :

- Thier­ry GODEL et Carmine GIONATA, « Saisir la pornogra­phie enfan­tine à l’ère du numérique » forumpe­nale. La revue pour les prati­ciens du droit pénal, 2/2021, pp. 130–136

- Loi fédérale por­tant mise en œuvre de l’art. 123b de la Con­sti­tu­tion con­cer­nant l’im­pre­scriptibil­ité des actes d’or­dre sex­uel ou pornographique com­mis sur des enfants impub­ères (Mod­i­fi­ca­tion du code pénal, du code pénal mil­i­taire et du droit pénal des mineurs) du 15 juin 2012

- REPUBLIQUE FRANCAISE. SENAT. « La répres­sion de la pornogra­phie enfan­tine. » Étude de lég­is­la­tion com­parée no 22 – décem­bre 1996

[30] L’Association ital­i­enne Meter (https://associazionemeter.org) a iden­ti­fié 21 mil­lions de pho­tos d’enfants vic­times d’abus sur des serveurs européens et nord-améri­cains.
Voir aus­si
- Mohamed CHAWKI. La pro­tec­tion des mineurs con­tre la pédo­pornogra­phie en ligne. Étude com­par­a­tive. Paris, L’Harmatan, 2024, 196 p.
- GRANDE BIBLIOTHEQUE DU DROIT. Moyens de la lutte con­tre la pédo­pornogra­phie sur l’internet (fr).

[31] Voir le site d’INTERPOL : « La traite d’êtres humains et le traf­ic de migrants sont des activ­ités crim­inelles à faibles risques et à gains élevés qui s’appuient sur des méth­odes et des moyens tech­niques tou­jours plus sophis­tiqués pour élargir leur portée. Ils sont égale­ment liés à d’autres infrac­tions comme les mou­ve­ments de fonds illicites, la cor­rup­tion, la fraude doc­u­men­taire, le traf­ic de marchan­dis­es illicites, la cyber­crim­i­nal­ité et le terrorisme. »

[32] A/HRC/55/57, para­gr. 4

[33] A/HRC/55/57, para­gr. 6

[34] Research by the Uni­ver­si­ty of Nottingham’s Rights Lab has iden­ti­fied that slav­ery and human traf­fick­ing are present in 90 per cent of mod­ern wars. Mod­ern slav­ery experts Pro­fes­sor Kevin Bales, Ang­harad Smith and Dr Mon­ti Narayan Dat­ta spent four years build­ing the now open access online data­base (“Con­tem­po­rary Slav­ery in Armed Con­flict (CSAC) Dataset”), record­ing every case and type of slav­ery across 171 wars and con­flicts fought between 1989 and 2016. It is the first sys­tem­at­ic and large-scale inquiry into var­i­ous types of enslave­ment with­in mod­ern armed conflicts.

[35] Voir “Traite impli­quant des mem­bres des forces de main­tien de la paix » dans le rap­port de Maria Grazia GIAMMARINARO en 2016, Traite des per­son­nes dans les sit­u­a­tions de con­flit et d’après con­flit : pro­téger les vic­times de la traite et les per­son­nes qui risquent de l’être, en par­ti­c­uli­er les femmes et les enfants (A/71/303), para­gr. 41–44 et les références qu’elle cite : Charles A. Smith et Bran­don Miller-de la Cues­ta, « Human Traf­fick­ing in Con­flict Zones: The Role of Peace­keep­ers in the For­ma­tion of Net­works », Human Rights Review, vol. 12, no 3, 2011; Human Rights Watch, « Bosnia and Herze­gov­ina – Hopes Betrayed: Traf­fick­ing of Women and Girls to Post-Con­flict Bosnia and Herze­gov­ina for Forced Pros­ti­tu­tion », 2002; Kei­th Allred, « La lutte con­tre le traf­ic d’êtres humains », Revue de l’OTAN, 2006; et Eliz­a­beth Rehn et Ellen John­son-Sir­leaf, Women, War and Peace: The Inde­pen­dent Experts’ Assess­ment on the Impact of Armed Con­flict on Women and Women’s Role in Peace­build­ing; Fonds de développe­ment des Nations Unies pour la femme (UNIFEM), New York, 2002; Sarah E. Mendel­son, Bar­racks and Broth­els: Peace­keep­ers and Human Traf­fick­ing in the Balka­ns, Cen­tre for Strate­gic and Inter­na­tion­al Stud­ies, 2005; Chiyu­ki Aoi„ Cedric de Con­ing, et Ramesh Thakur, dir., Unin­tend­ed Con­se­quences of Peace­keep­ing Oper­a­tions, Uni­ver­sité des Nations Unies, 2007; Kei­th Allred, « Peace­keep­ers and Pros­ti­tutes: How Deployed Forces Fuel the Demand for Traf­ficked Women and New Hope for Stop­ping It », in Cor­nelius Friesendorf, dir. publ., Strate­gies against Human Traf­fick­ing: The Role of the Secu­ri­ty Sec­tor, Vienne, 2009; Heather M. Smith et Charles A. Smith, « Human Traf­fick­ing: The Unin­tend­ed Effects of Unit­ed Nations Inter­ven­tion », Inter­na­tion­al Polit­i­cal Sci­ence Review, vol. 32, 2011.
Voir encore Major Johanne BOURNIVAL. La vio­lence sex­uelle faite aux femmes par les Casques Bleus : un enjeu sex­ospé­ci­fique. Col­lège des Forces Cana­di­ennes, 21 avril 2010, 152 p., qui con­tient une intéres­sante bib­li­ogra­phie en pp. 138 et suivantes.

[36] BIGIO, Jamille, Rachel VOGELSTEIN, The Secu­ri­ty Impli­ca­tions of Human Traf­fick­ing. Dis­cus­sion Paper Octo­ber 2019. COUNCIL ON FOREIGN RELATIONS. New York, 54 p.

[37] UNODC, Glob­al Report on Traf­fick­ing in Per­sons 2018, Book­let 2: Traf­fick­ing in per­sons in the con­text of armed conflict

[38] Op. cit. page 9, 10, 11

[39] Op. cit. page 11–12

[40] Op. cit. page 13–14

[41] A/78/172, D. Prélève­ment d’organes (para­gr. 16)

[42] UNODC, Glob­al Report on Traf­fick­ing in Per­sons 2018, Book­let 2: Traf­fick­ing in per­sons in the con­text of armed con­flict, p. 17

[43] OHCHR. La traite des êtres humains dans les sit­u­a­tions de con­flit et de crise humanitaire

[44] Voir OHCHR. Fiche d’information No. 36 : Droits de l’homme et traite des êtres humains (2014)

Et Com­men­taire. Principes et direc­tives con­cer­nant les Droits de l’Homme et la traite des êtres humains : Recom­man­da­tions. Genève, 2010, 260 p.

[45] Sur le plan inter­na­tion­al :

  • Déc­la­ra­tion uni­verselle des Droits de l’Homme, 1948
  • Pacte Inter­na­tion­al sur les Droits Économiques, Soci­aux et Cul­turels, 1966
  • Pacte Inter­na­tion­al sur les Droits Civils et Poli­tiques, 1966
  • Con­ven­tion sur l’élimination de toutes les formes de dis­crim­i­na­tion à l’égard des femmes, 1979
  • Con­ven­tion con­tre la tor­ture et autres peines ou traite­ments cru­els, inhu­mains ou dégradants, 1984
  • Con­ven­tion rel­a­tive aux droits de l’enfant (CRC), 1989
    • Pro­to­cole fac­ul­tatif con­cer­nant la vente d’enfants, la pros­ti­tu­tion des enfants et la pornogra­phie met­tant en scène des enfants, 2000
    • Pro­to­cole fac­ul­tatif con­cer­nant l’implication d’enfants dans les con­flits armés, 2000

Sur le plan région­al :
• UE/EU, Charte des droits fon­da­men­taux de l’Union Européenne, 2000

  • OEA/OAS, Con­ven­tion améri­caine rel­a­tive aux droits de l’homme (Pacte de San José), 1969
  • UA/AU, Charte africaine des droits de l’homme et des peu­ples, 1981
  • ANASE/ASEAN Human Rights Dec­la­ra­tion (Déc­la­ra­tion des Droits de l’Homme), 2012
  • ANASE/ASEAN Con­ven­tion against Traf­fick­ing in Per­sons (ACTIP), 2015

[46] Voir les déci­sions de la Cour inter­na­tionale de Jus­tice dans l’Avis con­sul­tatif sur les armes nucléaires (C.I.J. Recueil 1996 (I), p. 240, par. 25 :
«la pro­tec­tion offerte par le pacte inter­na­tion­al relatif aux droits civils et poli­tiques ne cesse pas en temps de guerre, si ce n’est par l’ef­fet de I’ar­ti­cle 4 du pacte, qui prévoit qu’il peut être dérogé, en cas de dan­ger pub­lic, a cer­taines des oblig­a­tions qu’im­pose cet instru­ment. Le respect du droit a la vie ne con­stitue cepen­dant pas une pre­scrip­tion a laque­lle il peut être dérogé. En principe, le droit de ne pas être arbi­traire­ment privé de la vie vaut aus­si pen­dant des hos­til­ités. C’est toute­fois, en pareil cas, à la Iex spe­cialis applic­a­ble, a savoir le droit applic­a­ble dans les con­flits armés, conçu pour régir la con­duite des hos­til­ités, qu’il appar­tient de déter­min­er ce qui con­stitue une pri­va­tion arbi­traire de la vie.»
et dans l’Avis con­sul­tatif sur le Mur, p. 178, para­gr. 105 et 106 :
« 106. De manière plus générale, la Cour estime que la pro­tec­tion offerte par les con­ven­tions régis­sant les droits de l’homme ne cesse pas en cas de con­flit armé, si ce n’est par l’ef­fet de claus­es déroga­toires du type de celle fig­u­rant à l’ar­ti­cle 4 du pacte inter­na­tion­al relatif aux droits civils et poli­tiques. Dans les rap­ports entre droit inter­na­tion­al human­i­taire et droits de l’homme, trois sit­u­a­tions peu­vent dès lors se présen­ter : cer­tains droits peu­vent relever exclu­sive­ment du droit inter­na­tion­al human­i­taire ; d’autres peu­vent relever exclu­sive­ment des droits de l’homme ; d’autres enfin peu­vent relever à la fois de ces deux branch­es du droit inter­na­tion­al. Pour répon­dre à la ques­tion qui lui est posée, la Cour aura en l’e­spèce à pren­dre en con­sid­éra­tion les deux branch­es du droit inter­na­tion­al préc­itées, à savoir les droits de l’homme et, en tant que lex spe­cialis, le droit inter­na­tion­al humanitaire. »

[47] Voir les arrêts de la C.I.J. Détroit de Cor­fou, fond, C.I.J. Recueil 1949, p. 22 et Activ­ités mil­i­taires et para­mil­i­taires au Nicaragua et con­tre celui-ci (Nicaragua c. Etats-Unis d’Amérique), fond, para­gr. 218

[48] Le Code Lieber est un acte (« Gen­er­al Orders No. 100. Instruc­tions for the Gov­ern­ment of Armies of the Unit­ed States in the Field”) signé par le Prési­dent Lin­coln le 24 avril 1863 qui

[49] Voir

- Lui­gi CONDORELLI and Lau­rence BOISSON DE CHAZOURNES, « Quelques remar­ques à pro­pos de

l’obligation des États de « respecter et faire respecter » le droit inter­na­tion­al human­i­taire « en toutes

cir­con­stances », in SWINARSKI, Christophe (Ed.) Stud­ies and essays on inter­na­tion­al human­i­tar­i­an law and Red Cross prin­ci­ples, Gene­va, CICR, 1984, pp. 17–35 ;

- Umesh PALWANKAR. “Mea­sures avail­able to States for ful­fill­ing their oblig­a­tion to ensure respect for

inter­na­tion­al human­i­tar­i­an law” IRRC no 298, pp. 9–25 ;

- BOISSON DE CHAZOURNES, Lau­rence, and CONDORELLI, Lui­gi. „Com­mon Arti­cle 1 of the Geneva

Con­ven­tions revis­it­ed: Pro­tect­ing col­lec­tive inter­ests” IRRC, March 2000, Vol. 82, No, 837, pp. 67–87

- VEUTHEY, Michel « Imple­ment­ing Inter­na­tion­al Human­i­tar­i­an Law: Old and New Ways » in : RAMCHARAN, Bertrand G. (Ed.) Human Rights Pro­tec­tion in the Field. Leiden/Boston, Mar­t­i­nus Nijhoff,

2006, pp. 87–117.

[50] Affaire des activ­ités mil­i­taires et para­mil­i­taires au Nicaragua et con­tre celui-ci
(Nicaragua c. Etats-Unis d’Amérique), Fond. Arrêt du 27 juin 1986, para­gr. 220 

[51] Con­séquences juridiques de l’édification d’un mur dans le ter­ri­toire pales­tinien occupé. Avis con­sul­tatif du 9 juil­let 2004, pp. 67–68, para­gr. 158 et 159

[52] OIT/ILO Con­ven­tion (no 97) sur les tra­vailleurs migrants (révisée), 1949

ILO Con­ven­tion (no 143) sur les tra­vailleurs migrants (dis­po­si­tions com­plé­men­taires), 1975

COE, Con­ven­tion européenne rel­a­tive au statut juridique du tra­vailleur migrant, 1977

UE/EU, Direc­tive 2014/36/UE du Par­lement européen et du Con­seil du 26 févri­er 2014 étab­lis­sant les con­di­tions d’entrée et de séjour des ressor­tis­sants de pays tiers aux fins d’un emploi en tant que tra­vailleur saisonnier.

[53] Le Statut de Rome de la Cour Pénale Inter­na­tionale, du 17 juil­let 1998

[54] Con­ven­tion inter­na­tionale pour la sauve­g­arde de la vie humaine en mer (SOLAS), 1974

Con­ven­tion inter­na­tionale sur la recherche et le sauve­tage mar­itimes (SAR), 1979

Con­ven­tion des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS), 1982

Amende­ments aux Con­ven­tions SOLAS et SAR, 2024.
Voir à ce sujet le « Guide des principes et des mesures qui s’appliquent aux migrants et aux réfugiés » pub­lié par l’Organisation Mar­itime Inter­na­tionale (OMI/IMO) et le HCR.

[55] Con­ven­tion rel­a­tive au statut des réfugiés, 1951, et Pro­to­cole relatif au statut des réfugiés, 1967.
Sur le plan région­al, la Con­ven­tion de l’Union Africaine régis­sant les aspects pro­pres aux prob­lèmes des réfugiés en Afrique, 1969, et la Déc­la­ra­tion de Carthagène sur les réfugiés, adop­tée lors du Col­loque sur la pro­tec­tion inter­na­tionale des réfugiés en Amérique cen­trale, au Mex­ique et au Pana­ma, Carthagène des Indes, Colom­bie, le 22 novem­bre 1984.

[56] Le seul traité inter­na­tion­al est la Con­ven­tion de Kam­pala, Con­ven­tion de l’Union Africaine sur la pro­tec­tion et l’assistance aux per­son­nes déplacées en Afrique, 2009.

[57] Con­ven­tion-cadre des N.U. sur les change­ments cli­ma­tiques (CCNUCC / UNFCCC), 1992

[58] Con­ven­tion des Nations Unies con­tre la crim­i­nal­ité transna­tionale organ­isée, adop­tée par la réso­lu­tion 55/25 de l’Assemblée générale le 15 novem­bre 2000, le Pro­to­cole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des per­son­nes, en par­ti­c­uli­er des femmes et des enfants et le Pro­to­cole con­tre le traf­ic illicite de migrants par terre, air et mer

[59] Sur la jus­tice restau­ra­tive, voir notam­ment :
- T.S. BETANCOURT et A. ETTIEN (2010). Tran­si­tion­al jus­tice and youth for­mer­ly asso­ci­at­ed with armed forces and armed groups: accep­tance, mar­gin­al­iza­tion and psy­choso­cial adjust­ment. UNICEF Inno­cen­ti Work­ing Paper, June 2010, 27 p.

- DALBERG. Mak­ing jus­tice more sur­vivor-cen­tric. Apply­ing alter­na­tive jus­tice mod­els to human traf­fick­ing in South East Asia. April 2021, 20 p.

- FISHER, Kirsten J. Tran­si­tion­al Jus­tice for Child Sol­diers. Account­abil­i­ty and Social Recon­struc­tion in Post-Con­flict Con­texts. Pal­grave Macmil­lan, 2013, 228 p.

- Lyn S. GRAYBILL, Reli­gion, Tra­di­tion, and Restora­tive Jus­tice in Sier­ra Leone. Notre Dame, Indi­ana, Uni­ver­si­ty of Notre Dame Press, 2017, 177 p.

- Priscil­la B. HAYNER. Unspeak­able Truths. Con­fronting State Ter­ror and Atroc­i­ty. New York, Rout­ledge, 2001, 340 p.
- Jean Chrysos­tome K. KIYALA. Child Sol­diers and Restora­tive Jus­tice. Par­tic­i­pa­to­ry Action Research in the East­ern Demo­c­ra­t­ic Repub­lic of Con­go. Dur­ban Uni­ver­si­ty of Tech­nol­o­gy / Springer, 2019, 511 p.

- MINISTERE DE LA JUSTICE. La jus­tice restau­ra­tive pour les mineurs. Paris, 2022, 39 p.
- Eric SOTTAS. « Jus­tice tran­si­tion­nelle et sanc­tion ». La ver­sion anglaise de ce texte a été modifiée et publiée sous le titre « Tran­si­tion­al jus­tice and sanc­tions », Inter­na­tion­al Review of the Red Cross, Vol. 90, N° 870, pp 371–398
- Leonie STEINL. Child Sol­diers as Agents of War and Peace. A Restora­tive Tran­si­tion­al Jus­tice Approach to Account­abil­i­ty for Crimes Under Inter­na­tion­al Law. Ass­er Press, The Hague / Springer, Berlin, 2017, 421 p.

- Desmond TUTU. No Future With­out For­give­ness. New York, Dou­ble­day, 1999, 210 p.

- UNION AFRICAINE. Poli­tique de Jus­tice Tran­si­tion­nelle. Addis Aba­ba, 2019, 46 p.
- UNODC (2020). Hand­book on Restora­tive Jus­tice Pro­grammes. Sec­ond Edi­tion. 116 p.
- ONUDC. Manuel sur les pro­grammes de jus­tice répara­trice. 2008, 107 p.
- WIKIPÉDIA. Jus­tice répara­trice.

[60] Voir CICR. Bases de don­nées de DIH. Règle 156. La déf­i­ni­tion des crimes de guerre.

[61] Voir Julia CRAWFORD. « La CPI face à la traite des êtres humains », JusticeInfo.Net 17 juin 2019

[62] Voir 

- Fab­rice EPSTEIN. Un géno­cide pour l’exemple. Chronique d’un procès rwandais en France. Paris, Cerf, 2019, 308 p.

- Andrea GRAZIOSI (Ed.), Frank E. SYSYN (Ed.). Geno­cide : the pow­er and the prob­lems of a con­cept. Motre­al, McGill-Queen’s Uni­ver­si­ty Press, 2022, 270 p.

- Mar­cel GRONDIN (et al.). Le géno­cide des Amériques : résis­tance et sur­vivance des peu­ples autochtones.
Mon­tréal, Écoso­ciété, 2022, 355 p.

- Adam JONES. Geno­cide: A Com­pre­hen­sive Intro­duc­tion. Fourth edi­tion. New York, Rout­ledge, 2024, 734 p. — Adam JONES. The Scourge of Geno­cide. Essays and reflec­tions. New York, Rout­ledge, 2013, 417 p.
- Mark KIELSGARD. Respond­ing to Mod­ern Geno­cide. At the Con­flu­ence of Law and Pol­i­tics. New York, Rout­ledge, 2016, 255 p.

- Taïcha MAÏGA. La prob­lé­ma­tique de la répres­sion des crimes de guerre et des crimes de géno­cide en Afrique. Dakar, L’Harmattan Séné­gal, 2017, 370 p.

- Méline Renée MASSAMBA. Le géno­cide selon Nurem­berg, l’ex-Yougoslavie et le Rwan­da. Paris, L’Harmattan, 2021, 279 p.

- Agathe PLAUCHUT. L’ONU face au géno­cide rwandais : le silence des machettes. Paris, L’Harmattan, 2019, 233 p.
- Mar­tin SHAW. What is Geno­cide? 2nd edi­tion. Poli­ty Press, 2015, 232 p.
- Mar­tin SHAW. Geno­cide and Inter­na­tion­al Rela­tions. Chang­ing Pat­terns in the Tran­si­tions of the Late Mod­ern World. Cam­bridge Uni­ver­si­ty Press, 2013, 246 p.

- Thomas N. TRZYNA. Pornog­ra­phy and geno­cide: the war against women. Eugene, Ore­gon, Cas­cade Books, 133 p.

[63] Cf. Oktaw­ian KUC. The Inter­na­tion­al Court of Jus­tice and Munic­i­pal Courts. An Inter-Judi­cial Dia­logue. New York Rout­ledge, 2022, 304 p. (Disponible en ligne en libre accès)

[64] Voir
- Margheri­ta CAPACCI. “Traf­ic d’êtres humains en Libye : la CPI promet, les tri­bunaux nationaux agis­sent ». JusticeInfo.Net 17 févri­er 2023

- HUMANRIGHTS.CH Traite des êtres humains en Suisse, 15.11.2023

[65] Open­ing remarks by the Spe­cial Rap­por­teur on Traf­fick­ing in Per­sons, espe­cial­ly Women and Chil­dren, Joy Ngozi Ezei­lo, 25 June 2013.

[66] Webi­naire organ­isé par l’Ambassadeur de l’Ordre de Malte pour prévenir et com­bat­tre la traite des êtres humains, « Jus­tice et traite des êtres humains : le fos­sé entre la loi et sa mise en œuvre dans la pra­tique », 28 juin 2022

[67] Webi­naire organ­isé par l’Ambassadeur de l’Ordre de Malte pour prévenir et com­bat­tre la traite des êtres humains « Pour­suite inter­na­tionale de la traite des êtres humains. Où en sommes-nous ? » le 16 févri­er 2021.

[68] Webi­naire organ­isé par l’Ambassadeur de l’Ordre de Malte pour prévenir et com­bat­tre la traite des êtres humains, « Jus­tice et traite des êtres humains : le fos­sé entre la loi et sa mise en œuvre dans la pra­tique », 28 juin 2022, Inter­ven­tion du Juge Faus­to POCAR. Voir aus­si les inter­ven­tions de Kevin HYLAND et d’Alain WERNER.

[69] A/78/172, par­age. 1

[70] A/78/172, para­gr. 2

[71] Voir l’intégralité du Dis­cours du lau­réat du Prix Nobel de la Paix 2018 Denis MUKWEGE, Oslo, 10 décem­bre 2018 : https://www.nobelprize.org/prizes/peace/2018/mukwege/55723-denis-mukwege-nobel-lecture‑3/ en français et en anglais : https://www.nobelprize.org/prizes/peace/2018/mukwege/lecture/

[72] Cf. son livre: Kathryn BOLKOVAC with Cari LYNN, The Whistle­blow­er: Sex Traf­fick­ing, Mil­i­tary Con­trac­tors and One Wom­an’s Fight for Jus­tice. New York, St. Martin’s Grif­fith, 2011, 256 p.

[73]Human Traf­fick­ing in Armed Con­flicts and Post-Con­flict Sit­u­a­tions. Pre­vent­ing con­di­tions of traf­fick­ing in armed con­flicts and sup­port­ing vic­tims is vital.” Tran­scrip­tions en français.

[74] OFFICE OF THE SPECIAL REPRESENTATIVE OF THE SECRETARY-GENERAL FOR CHILDREN AND ARMED CONFLIT, UNICEF. Guid­ance Note on Abduc­tion. New York, 18 July 2022, 49 p.

[75] Con­ven­tion rel­a­tive aux droits de l’enfant, 21 novem­bre 1989, Arti­cle 8 :
1. Les Etats par­ties s’en­ga­gent à respecter le droit de l’en­fant de préserv­er son iden­tité, y com­pris sa nation­al­ité, son nom et ses rela­tions famil­iales, tels qu’ils sont recon­nus par la loi, sans ingérence illégale.

  1. Si un enfant est illé­gale­ment privé des élé­ments con­sti­tu­tifs de son iden­tité ou de cer­tains d’en­tre eux, les Etats par­ties doivent lui accorder une assis­tance et une pro­tec­tion appro­priées, pour que son iden­tité soit rétablie aus­si rapi­de­ment que possible.

[76] Voir notam­ment :
- GLOBAL ACTION AGAINST MASS ATROCITY CRIMES (GAAMAC). Réha­bil­i­ta­tion des enfants sol­dats : cinq approches qui fonc­tion­nent (20 octo­bre 2021) :
La Plate­forme pour la jus­tice sociale a iden­ti­fié les approches suiv­antes pour aider les anciens enfants sol­dats à se réintégrer :

  1. Fournir un sou­tien com­mu­nau­taire pour la cul­ture et les valeurs: Le sou­tien dans ce domaine devrait prin­ci­pale­ment être ori­en­té vers les ques­tions de droits de l’homme et les pra­tiques cul­turelles dignes. La guerre érode aus­si sou­vent la cul­ture qui unit les gens et con­stru­it une iden­tité partagée, et qui forme le cadre des man­i­fes­ta­tions cul­turelles spé­ci­fiques des défis et des répons­es à ces défis. Le sou­tien aux pra­tiques et aux valeurs cul­turelles peut donc réin­staller la vie com­mu­nau­taire et stim­uler les répons­es coopéra­tives et indigènes aux défis rencontrés.
  2. Con­stru­ire la résilience de la com­mu­nauté,notam­ment en ren­forçant les familles de base, en tra­vail­lant avec les soignants pour qu’ils soient la pre­mière ligne d’acceptation, de pro­tec­tion et de soins pour les anciens enfants sol­dats, et en étab­lis­sant des parte­nar­i­ats avec les com­mu­nautés locales pour résoudre les prob­lèmes aux­quels les anciens enfants sol­dats sont confrontés.
  3. Des sys­tèmes spécialisés/professionnels de réin­té­gra­tiondes anciens enfants sol­dats dans leur famille et leur com­mu­nauté. Cela peut con­duire à la réu­ni­fi­ca­tion, au rétab­lisse­ment et à la réin­té­gra­tion des anciens enfants soldats.
  4. Four­ni­ture d’un sou­tien social :le sou­tien peut aider un ancien enfant sol­dat à accéder à l’éducation, aux soins de san­té et aux com­pé­tences de survie. Cela l’aidera à recen­tr­er son énergie vers une pro­duc­tiv­ité pos­i­tive et à ne pas s’engager dans des guerres/conflits.
  5. Pro­mou­voir la paix pour les jeunes affec­tés par les con­flits :Grâce à des clubs de paix pro­mou­vant des valeurs pos­i­tives, les anciens enfants sol­dats peu­vent partager leur his­toire et être encour­agés à adopter la réso­lu­tion des con­flits, le par­don, l’expression non vio­lente et la par­tic­i­pa­tion civique.

- OFFICE OF THE SPECIAL REPRESENTATIVE OF THE SECRETARY-GENERAL FOR CHILDREN AND ARMED CONFLICT. Prac­ti­cal guid­ance for medi­a­tors to pro­tect chil­dren in sit­u­a­tions of armed con­flict (2020) 62 p.
- Chil­dren and Armed Con­flict (Res­o­lu­tions adopt­ed by the Secu­ri­ty Coun­cil entre 2019 et 2020)
- SECURITY COUNCIL REPORT. Chil­dren and Armed Con­flict. April 2024 Month­ly Fore­cast.
-
SECURITY COUNCIL REPORT. UN Doc­u­ments for Chil­dren and Armed Conflict

- SECURITY COUNCIL. Pro­tec­tion of civil­ians in armed con­flict (2008–2020)

[77] Voir l’article de l’auteur « Pub­lic Con­science in Inter­na­tion­al Law Today » in: FISCHER, Horst, FROISSART, Ulrike, HEINTSCHELL von HEINEGG, Wolff, RAAP (Edi­tors) Krisen­sicherung und Humanitärer Schutz – Cri­sis Man­age­ment and Human­i­tar­i­an Pro­tec­tion. Festschrift für Dieter FLECK, Berlin, Berlin­er Wis­senschafts-Ver­lag (BWV), 2004, pp. 611–642.

[78] Prési­dent du CICR de 1987 à 1999, décédé à Genève le 18 févri­er 2024.

OUR MISSION:

THE PURPOSE IS TO SHARE BEST PRACTICES AND PROMOTE ACTIONS AGAINST HUMAN TRAFFICKING.

WE MAKE AVAILABLE TO YOU GUIDES AND RESEARCH ON TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS FROM THE MOST RECOGNISED LEGAL AND OPERATIONAL ACTORS.

ADLAUDATOSI INTEGRAL ECOLOGY FORUM WEBINARS

FABRICE HADJADJ — VIRTUAL AND REAL WORLDS: HOW TO INHABIT THE DEVASTATED EARTH?

AN EXAMPLE FOR CATHOLIC ENTITIES TO FOLLOW: ERADICATE MODERN SLAVERY IN ALL ITS FORMS FROM THE OPERATIONS AND SUPPLY CHAINS OF CATHOLIC ENTITIES IN AUSTRALIA — PROPOSAL OF ACTION PLAN – MODERN SLAVERY RISK MANAGEMENT PROGRAM FROM 2021 TO 30 JUNE 2023

Adlaudatosi Webinars Videos VIMEO

Videos of the speakers’ interventions adlaudatosi VIMEO

Adlaudatosi Webinars Videos YOUTUBE

Religious Helping Trafficking Victims along the Road of Recovery (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Religious Working In International Advocacy Against Human Trafficking (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Trauma (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Healing (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Where Are We Now? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — What can be done? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Best Practices (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Demand As Root Cause For Human Trafficking – Sex Trafficking & Prostitution

Human Trafficking — Interview with Prof. Michel Veuthey, Order of Malta — 44th UN Human Right Council 2020

POPE’S PAYER INTENTION FOR FEBRUARY 2020: Hear the cries of migrants victims of human trafficking

FRANCE — BLOG DU COLLECTIF “CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS”

Church on the frontlines in fight against human trafficking

Holy See — PUBLICATION OF PASTORAL ORIENTATIONS ON HUMAN TRAFFICKING 2019

RIGHT TO LIFE AND HUMAN DIGNITY GUIDEBOOK

Catholic social teaching

Doctrine sociale de l’Église catholique

Register to our series of webinars adlaudatosi on Human Trafficking

You have successfully registered !