Select Page

“L’Eglise est plongée dans l’obscurité du Vendredi saint” — Par Laurent Dandrieu / Cardinal Sarah: “The Church is plunged into the darkness of Good Friday”

“L’Eglise est plongée dans l’obscurité du Vendredi saint” — Par Laurent Dandrieu / Cardinal Sarah: “The Church is plunged into the darkness of Good Friday”
Advertisement

À l’occasion de la sor­tie de son nou­veau livre, le Préfet de la con­gré­ga­tion pour le culte divin, l’une des voix les plus fortes de l’Église, nous a reçu à Rome pour un entre­tien exclusif.

Ama­teurs de langue de buis, s’abstenir ! Si les livres de prélats catholiques sus­ci­tent sou­vent un ennui poli par leur tiédeur de tisane, le Soir approche et déjà le jour baisse, le nou­veau livre d’entretiens du car­di­nal Robert Sarah avec Nico­las Diat, fait fig­ure d’alcool fort. Rap­pelant qu’un monde qui oublie Dieu va à sa perte, ren­voy­ant dos à dos la « bar­barie matéri­al­iste » et la « bar­barie islamiste », exhor­tant l’Eglise à remet­tre le Christ au cen­tre, dénonçant le pacte de Mar­rakech soutenu par le Vat­i­can ou met­tant en garde con­tre l’ordination d’hommes mar­iés que cer­tains voudraient expéri­menter à l’occasion du prochain syn­ode sur l’Amazonie, le car­di­nal Sarah invite à une véri­ta­ble résis­tance spir­ituelle, rap­pelant que seul le Christ est l’Espérance du monde.

Pourquoi avoir choisi un titre aus­si som­bre, au risque d’effrayer le lecteur ?
Ce livre est d’abord un appel à la lucid­ité et à la clair­voy­ance. L’Église tra­verse une grande crise. Les vents sont d’une vio­lence rare. Rare sont les journées sans scan­dale, réels ou men­songers. Les fidèles peu­vent donc légitime­ment s’interroger. J’ai voulu ce livre pour eux. Je souhaite qu’ils puis­sent sor­tir de cette lec­ture avec la joie que donne le Christ : « Reste avec nous, Seigneur : le soir approche et déjà le jour baisse. » C’est la résur­rec­tion du Fils de Dieu qui donne l’Espérance dans l’obscurité.

Le choix de ce ver­set extrait de l’Évangile des pèlerins d’Emmaüs, est-ce pour vous une manière d’indiquer que l’Eglise ne met pas suff­isam­ment le Christ et la prière au cen­tre ?
Je crois fer­me­ment que la sit­u­a­tion que nous vivons au sein de l’Eglise ressem­ble en tout point à celle du Ven­dre­di saint, quand les apôtres ont aban­don­né le Christ, que Judas l’a trahi, car le traître voulait un Christ à sa manière, un Christ préoc­cupés par des ques­tions poli­tiques. Aujourd’hui, nom­bre de prêtres et d’évêques sont lit­térale­ment ensor­celés par des ques­tions poli­tiques ou sociales. En réal­ité, ces ques­tions ne trou­veront jamais de répons­es en dehors de l’enseignement du Christ. Il nous rend plus sol­idaires, plus frater­nels ; tant que nous n’avons pas le Christ comme grand-frère, le pre­mier-né d’une mul­ti­tude de frères, il n’y a pas de char­ité solide, pas d’altérité véri­ta­ble. Le Christ est la seule lumière du monde. Com­ment l’Eglise pour­rait-elle se détourn­er de cette lumière ? Com­ment peut-elle pass­er son temps à se per­dre dans des ques­tions pure­ment matérialistes ?

Certes, il est impor­tant d’être sen­si­bles aux per­son­nes dans la souf­france. Je pense en par­ti­c­uli­er aux hommes qui quit­tent leur pays. Mais pourquoi s’éloignent-ils de leur terre ? Parce que des puis­sances sans foi, qui ont per­du Dieu, pour qui il n’y a que l’argent et le pou­voir qui comptent, ont désta­bil­isé leurs nations. Ces dif­fi­cultés sont immenses. Mais, je le répète, l’Église doit d’abord redonner aux hommes la capac­ité de regarder vers le Christ : « Quand je serai élevé, j’attirerai tous les hommes ». C’est le Christ cru­ci­fié qui nous apprend à prier et à dire : « Par­donne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». C’est en regar­dant le Fils de Dieu que l’Eglise pour­ra appren­dre à porter les hommes vers la prière et à par­don­ner comme le Christ. Ce livre veut essay­er de redonner à l’Église le sens de sa grande mis­sion divine. Pour qu’elle puisse porter les hommes au Christ qui est l’Espérance. Voilà la sig­ni­fi­ca­tion du titre de notre livre : aujourd’hui tout est som­bre, dif­fi­cile, mais quelles que soient les dif­fi­cultés que nous tra­ver­sons, il y a une seule per­son­ne qui peut venir à notre sec­ours. Il faut qu’il y ait une insti­tu­tion pour con­duire à cette per­son­ne : c’est l’Eglise.

Rap­pel­er l’Eglise à sa vraie mis­sion : c’est une manière de dire qu’elle s’en écarte par­fois. Vous allez jusqu’à dénon­cer les pas­teurs qui trahissent leurs bre­bis, ce que beau­coup de catholiques ont du mal à croire…
Votre remar­que n’est pas pro­pre à notre temps : regardez l’ancien Tes­ta­ment, qui abonde en mau­vais pas­teurs, ces hommes qui aiment bien prof­iter de la viande ou de la laine de leur bre­bis, sans pren­dre soin d’elles ! Il y a tou­jours eu des trahisons dans l’Eglise. Aujourd’hui, je ne crains pas d’affirmer que des prêtres, des évêques et même des car­dinaux ont peur de proclamer ce que Dieu enseigne et de trans­met­tre la doc­trine de l’Eglise. Ils ont peur d’être dés­ap­prou­vés, d’être vus comme des réac­tion­naires. Alors ils dis­ent des choses floues, vagues, impré­cis­es, pour échap­per à toute cri­tique, et ils épousent l’évolution stu­pide du monde. C’est une trahi­son : si le pas­teur ne con­duit pas son trou­peau vers les eaux tran­quilles, vers les prés d’herbe fraîche dont par­le le psaume, s’il ne le pro­tège pas con­tre les loups, c’est un pas­teur crim­inel qui aban­donne ses bre­bis. S’il n’enseigne pas la foi, s’il se com­plait dans l’activisme au lieu de rap­pel­er aux hommes qu’ils sont faits pour prier, il trahit sa mis­sion. Jésus dit : « Je frap­perai le berg­er, et les bre­bis seront dis­per­sées. » C’est ce qui se passe aujourd’hui. On ne sait plus vers qui se tourner.

À l’évidence, il existe une forte majorité de prêtres qui restent fidèle à leur mis­sion d’enseignement, de sanc­ti­fi­ca­tion et de gou­verne­ment. Mais il y a aus­si un petit nom­bre qui cède à la ten­ta­tion mor­bide et scélérate d’aligner l’Eglise sur les valeurs des sociétés occi­den­tales actuelles.

N’y a‑t-il pas aujourd’hui, plus spé­ci­fique­ment, la ten­ta­tion chez cer­tains d’aligner l’Eglise sur les valeurs du monde, afin de ne plus être en con­tra­dic­tion avec lui ?
À l’évidence, il existe une forte majorité de prêtres qui restent fidèle à leur mis­sion d’enseignement, de sanc­ti­fi­ca­tion et de gou­verne­ment. Mais il y a aus­si un petit nom­bre qui cède à la ten­ta­tion mor­bide et scélérate d’aligner l’Eglise sur les valeurs des sociétés occi­den­tales actuelles. Ils veu­lent avant tout que l’on dise que l’Église est ouverte, accueil­lante, atten­tive, mod­erne. Mais l’Eglise n’est pas faite pour écouter, elle est faite pour enseign­er : elle est Mater et mag­is­tra, mère et édu­ca­trice. Certes, la maman écoute son enfant, mais elle est d’abord présente pour enseign­er, ori­en­ter et diriger, car elle sait mieux que ses enfants la direc­tion à pren­dre. Cer­tains ont adop­té les idéolo­gies du monde actuel sous le pré­texte fal­lac­i­eux de s’ouvrir au monde ; mais il faudrait plutôt porter le monde à s’ouvrir à Dieu qui est la source de notre existence.

Vous par­lez dans votre livre d’une crise de la théolo­gie morale : est-ce que ce n’est pas avant tout la ten­ta­tion de sac­ri­fi­er la doc­trine à la pas­torale, c’est-à-dire le con­tenu au con­tenant, et une fausse con­cep­tion de la mis­éri­corde, telle­ment soucieuse d’afficher sa com­préhen­sion qu’elle en oublie de rap­pel­er les règles de la vie bonne ?
Toute pas­torale est comme une mai­son : s’il n’y a pas de fon­da­tions, la mai­son s’écroule. La pas­torale doit être con­stru­ite sur l’enseignement de l’Eglise. On oublie trop sou­vent la doc­trine pour se focalis­er seule­ment sur la pas­torale ; mais c’est alors une pas­torale vide, puérile et bête. On ne peut pas sac­ri­fi­er la doc­trine à une pas­torale qui serait réduite à la por­tion con­grue de la mis­éri­corde : Dieu est mis­éri­cordieux, mais dans la seule mesure où nous recon­nais­sons que nous sommes pécheurs. Pour per­me­t­tre à Dieu d’exercer sa mis­éri­corde, il faut revenir à Lui, comme l’enfant prodigue. Il y a une ten­dance per­verse qui con­siste à fauss­er la pas­torale, à l’opposer à la doc­trine, et à présen­ter un Dieu mis­éri­cordieux qui n’exige rien : mais il n’y a pas un père qui n’exige rien de ses enfants ! Dieu, comme tout bon père, est exigeant, parce qu’il nour­rit des ambi­tions immenses pour nous. Le Père veut que nous soyons à son image et à sa ressemblance.

Vous par­lez d’affadissement de la foi des fidèles, ce que Benoît XVI appelait un « chris­tian­isme bour­geois » ou ce que le pape François appelle la « pagan­i­sa­tion de la vie chré­ti­enne ». Ces chré­tiens qui ne veu­lent plus être le sel de la Terre mais préfèrent en être le sucre, n’est-ce pas un défi encore plus grand que les hérésies d’autrefois ?
Cette espèce de mol­lesse ou d’affadissement fait par­tie de la cul­ture actuelle : il faut être tolérant, respecter les gens, évoluer avec eux. Certes, nous avons le devoir d’être com­préhen­sif, de marcher au pas des gens, mais il faut en même temps les aider à ren­forcer leurs mus­cles. Il faut des mus­cles pour faire de l’alpinisme. Les mêmes qual­ités sont req­ui­s­es pour mon­ter sur la mon­tagne Dieu : il faut les mus­cles de la foi, de la volon­té, de l’espérance, et de l’amour. Il est impor­tant qu’on ne trompe pas les fidèles avec une reli­gion molle, sans exi­gence, sans morale. L’Evangile est exigeant : « Si ton œil est pour toi une occa­sion de chute, arrache-le ! Si ta main droite est une occa­sion de chute, coupe-la ! » Notre rôle est juste­ment de porter le peu­ple à cette exi­gence évangélique.

Vous écrivez que « l’Occident fait l’expérience de la soli­tude rad­i­cale et délibéré­ment voulue des damnés » : com­ment par­ler de Dieu à des gens qui comme vous l’écrivez, « n’éprouvent pas le besoin d’être sauvés » ?
Regardez le Christ : vous croyez que les gens qu’il avait devant lui voulaient l’écouter ? L’opposition à Dieu, à la Vérité, existe depuis tou­jours. En Occi­dent, il est dif­fi­cile de par­ler de Dieu, parce que la société émol­liente du bien-être croit ne pas avoir besoin de Lui. Mais ce con­fort matériel ne suf­fit pas. Il existe un bon­heur caché que les gens cherchent con­fusé­ment sans le savoir. L’Eglise doit faire décou­vrir à l’homme ces besoins intérieurs, ces richess­es de l’âme qui le ren­dent pleine­ment homme, qui le ren­dent pleine­ment heureux. Saint Irénée dit que « Dieu s’est fait homme pour que l’homme devi­enne Dieu » ; c’est la mis­sion de l’Eglise de guider l’homme dans cette mon­tée vers Dieu. Mais si les prêtres sont englués dans le matéri­al­isme, ils ne pour­ront pas guider le monde vers le bon­heur véritable.

La vraie réforme porte sur notre pro­pre con­ver­sion. Si nous ne changeons pas nous-mêmes, toutes les réformes de struc­ture seront inutiles. Laïcs, prêtres, car­dinaux, nous devons tous revenir vers Dieu.

Cette désaf­fec­tion vis-à-vis de l’Eglise, les respon­s­ables catholiques ont sou­vent ten­dance à la met­tre sur le dos du matéri­al­isme ambiant, des évo­lu­tions de la société. Ne serait-il pas utile que l’Eglise s’interroge aus­si sur ses respon­s­abil­ités, sur la façon dont elle a pu éloign­er les fidèles en désacral­isant la liturgie, en tour­nant le dos à la pitié pop­u­laire ou en affadis­sant sa prédi­ca­tion ?
Je suis con­va­in­cu que la respon­s­abil­ité pre­mière de cet écroule­ment de la foi doit être assumée par les prêtres. Dans les sémi­naires ou dans les uni­ver­sités catholiques, nous n’avons pas tou­jours enseigné la doc­trine. Nous avons enseigné ce qui nous plai­sait ! Le catéchisme aux enfants a été aban­don­né. La con­fes­sion a été méprisée. D’ailleurs, il n’y avait plus de prêtres dans les con­fes­sion­naux ! Nous sommes donc par­tielle­ment respon­s­ables de cet effon­drement. Dans les années soix­ante-dix et qua­tre-vingt en par­ti­c­uli­er, chaque prêtre fai­sait ce qu’il voulait à la messe. Il n’y avait pas deux mess­es qui se ressem­blaient : voilà ce qui a découragé tant de fidèles d’y venir. Le pape Benoît XVI dit que la crise de la liturgie a provo­qué la crise de l’Eglise. Lex oran­di, lex cre­den­di : comme on prie, on croit. S’il n’y a plus de foi, la liturgie est réduite à un show, à un folk­lore, et les fidèles se détour­nent. Nous avons prob­a­ble­ment été coupables de nég­li­gence. La désacral­i­sa­tion de la liturgie a tou­jours des con­séquences graves. Nous avons voulu human­is­er la messe, la ren­dre com­préhen­si­ble, mais elle reste un mys­tère qui est au-delà de la com­préhen­sion. Quand je dis la messe, quand je donne l’absolution, je sai­sis les mots que je dis, mais le mys­tère que ces mots réalisent, l’intelligence ne peut pas le com­pren­dre. Si nous ne ren­dons pas jus­tice à ce grand mys­tère, nous ne pou­vons pas amen­er le peu­ple à une vraie rela­tion à Dieu. Aujourd’hui encore, nous avons une pas­torale trop hor­i­zon­tale : com­ment voulez-vous que les gens pensent à Dieu, si ce sont unique­ment les ques­tions sociales qui occu­pent l’Eglise ?

On attend de façon immi­nente une réforme de la curie romaine. Dans votre livre, vous êtes assez scep­tique sur ces réformes de struc­ture…
La vraie réforme porte sur notre pro­pre con­ver­sion. Si nous ne changeons pas nous-mêmes, toutes les réformes de struc­ture seront inutiles. Laïcs, prêtres, car­dinaux, nous devons tous revenir vers Dieu. L’histoire a con­nu deux réfor­ma­teurs : Luther, qui a voulu chang­er la face de l’Eglise et qui a fini par en sor­tir, et François d’Assise qui a trans­for­mé l’Eglise en vivant rad­i­cale­ment l’Evangile. Aujourd’hui, la vraie réforme, c’est une vie rad­i­cale­ment évangélique. Mère Tere­sa, d’une manière dis­crète et hum­ble, a réfor­mé l’Eglise, en ne se las­sant pas de proclamer à la face du monde : ”Occupe-toi des pau­vres, mais avant cela, occupe-toi d’abord de Dieu”. Elle savait par expéri­ence que nous sommes trop pau­vres pour nous occu­per des pau­vres. Tant que nous ne sommes pas enrichis par la présence de Dieu en nous, on ne peut pas s’occuper des plus faibles.

On par­le aus­si beau­coup de syn­odal­ité, de col­lé­gial­ité. Vous pointez dans votre livre le risque que des con­férences épis­co­pales se con­tre­dis­ent entre elles. Craignez-vous qu’une réforme du cen­tral­isme de l’Eglise romaine mette en dan­ger son unité ?
Le Christ a fondé une Église dont le mode de gou­verne­ment est hiérar­chique. Le pre­mier respon­s­able de l’Eglise, c’est le pape. Le pre­mier respon­s­able de l’Eglise locale, c’est l’évêque en son diocèse, et non la Con­férence épis­co­pale, qui est utile pour échang­er, pas pour impos­er une direc­tion. Je pense qu’il faut retrou­ver cette respon­s­abil­ité pre­mière du pape et de chaque évêque. Les grands évêques de l’histoire, Ambroise ou Augustin, ne pas­saient pas leur temps à faire des réu­nions à droite, des com­mis­sions à gauche, des voy­ages con­tin­uels. Il faut que l’évêque soit avec son peu­ple, enseigne son peu­ple, aime son peuple.

Une Con­férence épis­co­pale n’a pas d’autorité juridique, ni de com­pé­tence pro­pre dans le domaine de la doc­trine. D’ailleurs, je con­state tris­te­ment qu’il y a déjà des con­tra­dic­tions entre les con­férences épis­co­pales, ce qui ne favorise pas la sérénité des chré­tiens. « Qu’ils soient uns », a dit le Seigneur, pour que cette unité provoque la foi. Si nous con­tin­uons dans cette direc­tion qui con­siste à met­tre à mal l’unité doc­tri­nale et morale, nous con­tribuerons à accroître l’incroyance.

Qu’avez-vous pen­sé du livre Sodoma ? Pensez-vous qu’on assiste actuelle­ment à une offen­sive général­isée con­tre la fig­ure du prêtre, objet de scan­dale pour une société hyper­sex­u­al­isée ?
Je n’ai pas lu ce livre. Mais je crois qu’il y a un pro­jet par­ti­c­ulière­ment struc­turé de destruc­tion de l’Eglise en décap­i­tant la tête, les car­dinaux, les évêques et les prêtres. On s’acharne à détru­ire le sac­er­doce, et notam­ment à détru­ire le céli­bat, qui serait impos­si­ble et con­tre-nature : parce que si on détru­it le céli­bat, on affecte sans retour une des plus grandes richess­es de l’Eglise. L’abandon du céli­bat aggrav­erait encore la crise de l’Eglise et amoin­dri­rait la posi­tion du prêtre, qui est appelé à être non seule­ment un autre Christ, mais le Christ lui-même, pau­vre, hum­ble et céli­bataire. Si le céli­bat dis­paraît, c’est le témoignage que Jésus a voulu don­ner qui meurt.

Il y a une volon­té d’affaiblir l’Eglise, de mod­i­fi­er son enseigne­ment sur la sex­u­al­ité. Mais quand on voit la quan­tité énorme de prêtres fidèles dans le sac­er­doce, il faut rester sere­in, et pour­suiv­re notre témoignage de don total à Dieu par le céli­bat. Ce témoignage n’est pas com­pris. Il est détesté ? Jésus-Christ lui-même n’a pas été accep­té, puisqu’il est mort sur la Croix. Jésus nous a dit : « Ils m’ont per­sé­cuté, ils vous per­sé­cuteront aussi. »

Il y a des hommes d’Eglise, cer­tains haut placés, qui ont terni l’Eglise, défig­uré le vis­age du Christ, mais Judas ne doit pas nous con­duire à rejeter tous les apôtres. Ces défail­lances graves ne con­damnent pas l’Eglise : au con­traire, cela mon­tre que Dieu fait con­fi­ance, même à des per­son­nes faibles, pour mon­tr­er la puis­sance de son amour pour nous. Il ne con­fie pas son Eglise à des héros excep­tion­nels, mais à des hommes sim­ples, pour mon­tr­er que c’est Lui qui agit à tra­vers eux.

Je suis choqué qu’on ait con­damné Mgr Bar­barin alors que l’horrible prêtre qui a com­mis ces crimes inqual­i­fi­ables n’a tou­jours pas été jugé… Je me tiens au côté du car­di­nal Bar­barin dans la prière, comme je suis au côté des victimes.

Sur la pédophilie, vous par­lez d’un « mys­tère de Judas », en pré­cisant que cette abom­inable trahi­son du sac­er­doce a été précédée par bien d’autres : quelles sont-elles ?
Un prêtre qui a per­du son lien avec Jésus, qui ne prie pas, qui ne prend pas le temps d’être avec le Christ devant le Saint-Sacre­ment, est un prêtre frag­ilisé. « Sans moi, vous ne pou­vez rien faire », dis­ait le Christ. Un prêtre mondain qui n’a plus le temps de méditer la Parole de Dieu, qui bâcle sa messe ou la célèbre de manière pro­fane, qui n’a pas de vie intérieure, ne peut pas tenir. Si on peut arriv­er à des agisse­ments aus­si graves, c’est parce qu’on s’est d’abord détaché de Jésus, de la force qui nous main­tient en lien avec lui. Pour ne pas dis­tribuer les sacre­ments comme un sim­ple fonc­tion­naire, comme s’il s’agissait d’un sim­ple phénomène humain, on a besoin d’une énergie qui vient de notre rela­tion avec l’Esprit saint. Et mal­heureuse­ment, beau­coup d’entre nous ont per­du cette rela­tion intime avec Jésus. L’activisme sac­er­do­tal con­duit à l’autisme cléri­cal, source de toutes les dérives.

Que pensez-vous de la con­damna­tion du car­di­nal Bar­barin ?
Je le con­nais depuis longtemps. J’ai beau­coup d’admiration pour lui. Il m’a accueil­li très ami­cale­ment quand je suis venu à Lyon présen­ter mon livre la Force du silence. Je ne peux pas ne pas souf­frir du mar­tyre qu’on lui impose, d’autant que je suis per­suadé qu’il est inno­cent. Toute l’Eglise porte cette souf­france col­lé­giale­ment. Le pape a eu vrai­ment rai­son de pren­dre la déci­sion de ne pas accepter sa démis­sion pour respecter la pré­somp­tion d’innocence en atten­dant le juge­ment en appel. Et le car­di­nal Bar­barin a été courageux de se met­tre en retrait, en par­tant dans un monastère, pour le bien du diocèse et pour apporter la paix aux vic­times de ces actes abom­inables. Mais je suis choqué qu’on ait con­damné Mgr Bar­barin alors que l’horrible prêtre qui a com­mis ces crimes inqual­i­fi­ables n’a tou­jours pas été jugé… Je me tiens au côté du car­di­nal Bar­barin dans la prière, comme je suis au côté des victimes.

Beau­coup de nos con­tem­po­rains voient l’Eglise comme une organ­i­sa­tion total­i­taire, qui va leur impos­er une façon de vivre. Vous affirmez au con­traire que c’est l’Eglise qui est le rem­part con­tre le total­i­tarisme con­tem­po­rain…
Ce sont les idéolo­gies nou­velles qui imposent un change­ment rad­i­cal de la morale, de l’anthropologie humaine, une nou­velle vision de la famille, de la sex­olo­gie, avec des pres­sions impor­tantes, finan­cières et médi­a­tiques. L’Eglise n’impose rien, elle ne fait que pro­pos­er. Mais c’est sa mis­sion de pro­pos­er l’enseignement de Dieu au monde.

Vous allez jusqu’à ren­voy­er dos à dos la « bar­barie islamiste » et la « bar­barie matéri­al­iste », au risque de cho­quer…
En tout cas, c’est ma con­vic­tion ! Ce sont deux démons, qui ont peut-être des méthodolo­gies dif­férentes, mais ils agis­sent dans la même direc­tion. Le matéri­al­isme nous éloigne rad­i­cale­ment de Dieu et de l’homme intérieur. L’islamisme aus­si. Dieu ne peut pas inspir­er la bar­barie. Tuer quelqu’un parce qu’il ne partage pas votre foi ? Faire éclater une bombe dans un bus et tuer des inno­cents au nom d’Allah ? C’est chose impos­si­ble à Dieu.

Mais la bar­barie matéri­al­iste n’a pas pour objec­tif affiché la destruc­tion, elle pré­tend amen­er l’homme au bon­heur de la libéra­tion…
C’est détru­ire un homme que de lui dire : « Tu es libre de choisir ton sexe. » C’est en réal­ité la lib­erté de se détru­ire. Mais Dieu seul nous rend libres ! De nos jours, que de destruc­tions humaines, sous pré­texte de lib­erté ! Au nom de cette même lib­erté, on détru­it beau­coup de jeunes par la pornogra­phie. L’homme s’autodétruit ; Dieu, lui, crée, pour que l’homme ait la vie, et la vie en plénitude.

Vous écrivez aus­si que le monde mod­erne détru­it en s’attaquant aux iden­tités. Vous, au con­traire, défend­ez cet enracin­e­ment que Simone Weil décrivait comme le pre­mier besoin de l’âme humaine. Cela fait de vous une voix un peu isolée dans une Eglise qui sem­ble par­fois dev­enue un sim­ple sup­plétif du par­ti immi­gra­tionniste…
Quand je suis allé en Pologne [en octo­bre 2017, NDLR], pays qui est sou­vent cri­tiqué, j’ai encour­agé les fidèles à affirmer leur iden­tité comme ils l’ont fait pen­dant des siè­cles. Mon mes­sage fut sim­ple : vous êtes d’abord Polon­ais, catholiques, et ensuite seule­ment européens. Vous ne devez pas sac­ri­fi­er ces deux pre­mières iden­tités sur l’autel de l’Europe tech­nocra­tique et apa­tride. La Com­mis­sion de Brux­elles ne pense qu’à la con­struc­tion d’un libre marché au ser­vice des grandes puis­sances finan­cières. L’Union européenne ne pro­tège plus les peu­ples. Elle pro­tège les ban­ques. J’ai voulu redire à la Pologne sa mis­sion sin­gulière dans le plan de Dieu. Elle est libre de dire à l’Europe que cha­cun a été créé par Dieu pour être placé en un endroit pré­cis, avec sa cul­ture, ses tra­di­tions, et son his­toire. Cette volon­té actuelle de glob­alis­er le monde en sup­p­ri­mant les nations, les spé­ci­ficités, est une pure folie. Le peu­ple juif a dû s’exiler, mais Dieu l’a ramené dans son pays. Le Christ a dû fuir Hérode en Egypte, mais il est revenu dans son pays à la mort d’Hérode. Cha­cun doit vivre dans son pays. Comme un arbre, cha­cun a son sol, son milieu où il s’épanouit par­faite­ment. Il vaut mieux aider les gens à s’épanouir dans leur cul­ture, que de les encour­ager à venir dans une Europe en pleine déca­dence. C’est une fausse exégèse que d’utiliser la Parole de Dieu pour val­oris­er la migra­tion. Dieu n’a jamais voulu ces déchirements.

Il faut que nous soyons en tout des résis­tants, que nous pre­nions la direc­tion con­traire du monde sécu­lar­isé, c’est-à-dire la route du Christ, l’unique sauveur du monde. J’encourage les jeunes à regarder vers le Christ.

Vous écrivez que les pays du pacte de Viseg­rad ou l’Italie vont dans la bonne direc­tion, alors que tant de voix dans l’Eglise les con­damnent. Ne pensez-vous pas que l’Eglise y risque son avenir : com­ment évangélis­er des peu­ples en con­damnant leur souci de rester eux-mêmes ?
Les dirigeants qui par­lent comme moi sont-ils aujourd’hui minori­taires ? Je ne le pense pas. Il existe beau­coup de pays qui vont dans cette direc­tion, et cela devrait nous amen­er à réfléchir ! Tous les migrants qui arrivent en Europe sont par­qués, sans tra­vail, sans dig­nité… C’est cela que l’Eglise veut ? L’Eglise ne peut pas coopér­er avec cette nou­velle forme d’esclavage qu’est dev­enue la migra­tion de masse. Si l’Occident con­tin­ue dans cette voie funeste, il y a un grand risque que, faute de natal­ité, elle dis­paraisse, envahie par les étrangers, comme Rome a été envahie par les bar­bares. Je par­le en africain. Mon pays est majori­taire­ment musul­man. Je crois savoir de quelle réal­ité je parle.

Cer­tains, dans l’Eglise, sem­blent s’accommoder de faire une croix sur l’Europe, de la pass­er par pertes et prof­it. Vous écrivez au con­traire que la pagan­i­sa­tion de l’Europe entraîn­erait la pagan­i­sa­tion du monde…
Dieu ne change pas d’avis. Dieu a don­né une mis­sion à l’Europe qui a accueil­li le chris­tian­isme. Puis les mis­sion­naires européens ont apporté le Christ jusqu’aux con­fins du monde. Et ce n’était pas un hasard, mais le plan de Dieu. Cette mis­sion uni­verselle qu’Il a don­née à l’Europe quand Pierre et Paul sont venus s’installer à Rome, à par­tir de laque­lle l’Eglise a évangélisé l’Europe et le monde, elle n’est pas ter­minée. Mais si nous y met­tons un terme en nous enfonçant dans le matéri­al­isme, l’oubli de Dieu et l’apostasie, alors les con­séquences seront graves. Si l’Europe dis­paraît, et avec elle les valeurs ines­timables du vieux con­ti­nent, l’islam envahi­ra le monde, et nous chang­erons totale­ment de cul­ture, d’anthropologie, et de vision morale.

Vous citez très abon­dam­ment Benoît XVI, quand tant de gens con­sid­èrent ce pon­tif­i­cat avorté comme un échec. Quelle est selon vous sa fécon­dité ?
Dieu a vu que le monde s’enfonçait dans une con­fu­sion funeste. Il sait que plus per­son­ne ne sait où nous allons. Il voit bien que nous per­dons tou­jours plus nos iden­tités, nos croy­ances, notre vision de l’homme et du monde… Pour nous pré­par­er à cette sit­u­a­tion, Dieu nous a don­né des papes solides : il nous a don­né Paul VI, qui a défendu la vie et le véri­ta­ble amour, mal­gré des oppo­si­tions très fortes, avec l’encyclique Humanae vitae ; il nous a don­né Jean-Paul II, qui a tra­vail­lé au mariage de la foi et de la rai­son pour qu’elles soient la lumière qui guide le monde vers une véri­ta­ble vision de l’homme — la vie même du grand Pape polon­ais a été un Evangile vivant. Il nous a don­né Benoît XVI, qui a com­posé un enseigne­ment d’une clarté, d’une pro­fondeur et d’une pré­ci­sion sans égales. Aujourd’hui, il nous donne François qui veut lit­térale­ment sauver l’humanisme chré­tien. Dieu n’abandonnera jamais son Eglise.

C’est pourquoi nous devons rester sere­ins : l’Église n’est pas en crise, c’est nous qui sommes en crise. Son enseigne­ment reste le même, sa clarté reste la même. C’est vrai que Benoît XVI n’a pas été com­pris ni accep­té, son passé à la Con­gré­ga­tion pour la doc­trine de la foi l’avait fait regarder comme un tra­di­tion­al­iste, un réac­tion­naire, mais il est demeuré calme, sere­in et hum­ble. Il a été un socle pour la doc­trine, pour la vie intérieure, pour l’avenir de l’Eglise.

À l’adresse de la jeunesse catholique, vous citez cette très belle phrase du poète anglais T.S. Eliot : « Dans le monde des fugi­tifs, celui qui prend la direc­tion opposée aura l’air d’un déser­teur. » Les jeunes croy­ants sont-ils voués à être des résis­tants ?
Il faut que nous soyons en tout des résis­tants, que nous pre­nions la direc­tion con­traire du monde sécu­lar­isé, c’est-à-dire la route du Christ, l’unique sauveur du monde. J’encourage les jeunes à regarder vers le Christ. Dans le roman d’Hemingway le Vieil homme et la mer, on voit le héros ten­ter de remor­quer vers le port un gros pois­son qu’il a pêché. Mais il ne peut pas le hiss­er seul hors de l’eau ; le temps qu’il arrive au port, les requins ont dévoré le pois­son. Les jeunes sont frag­ilisés aujourd’hui par telle­ment de sol­lic­i­ta­tions, que s’ils s’isolent, ils courent le risque énorme d’être dévorés. Aujourd’hui, si vous êtes seuls, il y a beau­coup de requins qui vont dévor­er votre foi, vos valeurs chré­ti­ennes, votre espérance. Jésus a créé une com­mu­nauté de douze apôtres et quand il a fal­lu les envoy­er en mis­sion, il les a envoyés deux par deux. Désor­mais, pour défendre notre croy­ance, pour être solide, il faut nous soutenir mutuelle­ment dans la foi, marcher comme une com­mu­nauté unie autour du Christ : « Là où deux ou trois sont réu­nis, je suis au milieu d’eux. » C’est de cette présence que nous pou­vons tir­er notre force. Le soir approche et déjà le jour baisse est une réponse pen­sée et argu­men­tée à cette urgence.

Pro­pos recueil­lis à Rome par Lau­rent Dandrieu


Le soir approche et déjà le jour baisse, du car­di­nal Robert Sarah avec Nico­las Diat, Fayard, 450 pages, 22,90 €.

Cardinal Sarah: “The Church is plunged into the darkness of Good Friday”

 

On the occa­sion of the pub­li­ca­tion of his new book, the Pre­fect of the Con­gre­ga­tion for Divine Wor­ship, one of the strongest voic­es in the Church, received us in Rome for an exclu­sive inter­view.
Lovers of box­wood lan­guage, abstain! If the books of Catholic prelates often cause bore­dom pol­ished by their luke­warm herbal tea, the Evening is approach­ing and already the day is falling, the new book of inter­views of Car­di­nal Robert Sarah with Nico­las Diat, looks like strong alco­hol. Recall­ing that a world that for­gets God is going to its down­fall, turn­ing “mate­ri­al­ist bar­barism” and “Islamist bar­barism” against each oth­er, urg­ing the Church to put Christ back at the cen­tre, denounc­ing the Mar­rakech Pact sup­port­ed by the Vat­i­can or warn­ing against the ordi­na­tion of mar­ried men that some would like to expe­ri­ence at the next Syn­od on the Ama­zon, Car­di­nal Sarah invites us to a true spir­i­tu­al resis­tance, remind­ing us that only Christ is the Hope of the world.

Why did you choose such a dark title, at the risk of scar­ing the read­er?
This book is first and fore­most a call to lucid­i­ty and clair­voy­ance. The Church is in a great cri­sis. The winds are of a rare vio­lence. Rare are days with­out scan­dal, real or false. The faith­ful can there­fore legit­i­mate­ly ques­tion them­selves. I want­ed this book for them. I hope that they will be able to come out of this read­ing with the joy that Christ gives: “Stay with us, Lord: the evening is approach­ing and the day is already falling. “It is the res­ur­rec­tion of the Son of God that gives Hope in the darkness.

Is the choice of this verse from the Gospel of the Emmaus pil­grims a way for you to indi­cate that the Church does not put Christ and prayer suf­fi­cient­ly at the cen­tre?
I firm­ly believe that the sit­u­a­tion we live in the Church is very sim­i­lar to that of Good Fri­day, when the apos­tles aban­doned Christ, when Judas betrayed him, because the trai­tor want­ed a Christ in his own way, a Christ con­cerned about polit­i­cal issues. Today, many priests and bish­ops are lit­er­al­ly bewitched by polit­i­cal or social issues. In real­i­ty, these ques­tions will nev­er be answered out­side of Christ’s teach­ing. It makes us more unit­ed, more fra­ter­nal; as long as we do not have Christ as our great broth­er, the first-born of a mul­ti­tude of broth­ers, there is no sol­id char­i­ty, no true oth­er­ness. Christ is the only light in the world. How could the Church turn away from this light? How can she spend her time get­ting lost in pure­ly mate­ri­al­is­tic matters?

Cer­tain­ly, it is impor­tant to be sen­si­tive to peo­ple in suf­fer­ing. I am think­ing in par­tic­u­lar of men who leave their coun­try. But why are they mov­ing away from their land? Because faith­less pow­ers, who have lost God, for whom only mon­ey and pow­er mat­ter, have desta­bi­lized their nations. These dif­fi­cul­ties are immense. But, I repeat, the Church must first of all restore to men the abil­i­ty to look to Christ: “When I am lift­ed up, I will attract all men”. It is the cru­ci­fied Christ who teach­es us to pray and to say: “For­give them, they do not know what they are doing”. It is by look­ing at the Son of God that the Church will be able to learn to lead peo­ple to prayer and to for­give like Christ. This book is intend­ed to try to restore to the Church the mean­ing of her great divine mis­sion. So that she can bring men to Christ who is Hope. This is the mean­ing of the title of our book: today every­thing is dark, dif­fi­cult, but what­ev­er the dif­fi­cul­ties we are going through, there is only one per­son who can come to our res­cue. There must be an insti­tu­tion to lead to this per­son: it is the Church.

Remind­ing the Church of her true mis­sion: it is a way of say­ing that she some­times devi­ates from it. You go so far as to denounce the pas­tors who betray their sheep, which many Catholics find hard to believe…
Your remark is not spe­cif­ic to our time: look at the Old Tes­ta­ment, which abounds in bad pas­tors, those men who like to enjoy the meat or wool of their sheep, with­out tak­ing care of them! There have always been betray­als in the Church. Today, I am not afraid to say that priests, bish­ops and even car­di­nals are afraid to pro­claim what God teach­es and to trans­mit the doc­trine of the Church. They are afraid of being dis­ap­proved, of being seen as reac­tionar­ies. So they say things that are vague, vague, impre­cise, to avoid any crit­i­cism, and they espouse the stu­pid evo­lu­tion of the world. It is a betray­al: if the pas­tor does not lead his flock to the still waters, to the mead­ows of fresh grass of which the psalm speaks, if he does not pro­tect it from the wolves, he is a crim­i­nal pas­tor who aban­dons his sheep. If he does not teach faith, if he indulges in activism instead of remind­ing peo­ple that they are made to pray, he betrays his mis­sion. Jesus said, “I will strike the shep­herd, and the sheep will be scat­tered. “That’s what’s hap­pen­ing today. We don’t know who to turn to anymore.

Clear­ly, there is a strong major­i­ty of priests who remain faith­ful to their mis­sion of teach­ing, sanc­ti­fi­ca­tion and gov­ern­ment. But there is also a small num­ber who give in to the mor­bid and evil temp­ta­tion to align the Church with the val­ues of con­tem­po­rary West­ern soci­eties.
Is there not today, more specif­i­cal­ly, the temp­ta­tion for some to align the Church with the val­ues of the world, so that they are no longer in con­tra­dic­tion with it?
Clear­ly, there is a strong major­i­ty of priests who remain faith­ful to their mis­sion of teach­ing, sanc­ti­fi­ca­tion and gov­ern­ment. But there is also a small num­ber who give in to the mor­bid and evil temp­ta­tion to align the Church with the val­ues of con­tem­po­rary West­ern soci­eties. Above all, they want us to say that the Church is open, wel­com­ing, atten­tive and mod­ern. But the Church is not made to lis­ten, she is made to teach: she is Moth­er and Mag­is­tra, moth­er and edu­ca­tor. Of course, the moth­er lis­tens to her child, but she is first present to teach, guide and direct, because she knows bet­ter than her chil­dren the direc­tion to take. Some have adopt­ed the ide­olo­gies of today’s world under the false pre­text of open­ing up to the world; but instead, we should encour­age the world to open itself to God, who is the source of our existence.

You speak in your book of a cri­sis of moral the­ol­o­gy: is it not above all the temp­ta­tion to sac­ri­fice doc­trine for pas­toral care, that is, the con­tent for the con­tain­er, and a false con­cep­tion of mer­cy, so con­cerned about dis­play­ing its under­stand­ing that it for­gets to recall the rules of good life?
All pas­toral work is like a house: if there are no foun­da­tions, the house col­laps­es. Pas­toral care must be built on the teach­ing of the Church. Too often the doc­trine is for­got­ten to focus only on pas­toral care; but it is then an emp­ty, child­ish and sil­ly pas­toral care. Doc­trine can­not be sac­ri­ficed to a pas­toral min­istry that would be reduced to the small por­tion of mer­cy: God is mer­ci­ful, but only to the extent that we rec­og­nize that we are sin­ners. To allow God to exer­cise His mer­cy, we must return to Him, like the prodi­gal child. There is a per­verse ten­den­cy to dis­tort pas­toral care, to oppose it to doc­trine, and to present a mer­ci­ful God who demands noth­ing: but there is not a father who does not demand any­thing from his chil­dren! God, like any good father, is demand­ing, because he has immense ambi­tions for us. The Father wants us to be in his image and likeness.

You speak of a weak­en­ing of the faith of the faith­ful, what Bene­dict XVI called a “bour­geois Chris­tian­i­ty” or what Pope Fran­cis calls the “pagani­za­tion of the Chris­t­ian life”. Those Chris­tians who no longer want to be the salt of the Earth but pre­fer to be its sug­ar, is this not an even greater chal­lenge than the here­sies of the past?
This kind of soft­ness or dulling is part of today’s cul­ture: you have to be tol­er­ant, respect peo­ple, evolve with them. Of course, we have a duty to be under­stand­ing, to walk at peo­ple’s pace, but at the same time we must help them strength­en their mus­cles. You need mus­cles to do moun­taineer­ing. The same qual­i­ties are required to climb the moun­tain God: you need the mus­cles of faith, will, hope, and love. It is impor­tant that we do not deceive the faith­ful with a soft reli­gion, with­out demands, with­out morals. The Gospel is demand­ing: “If your eye is an oppor­tu­ni­ty for you to fall, tear it off! If your right hand is an oppor­tu­ni­ty to fall, cut it off! “Our role is pre­cise­ly to bring the peo­ple to this evan­gel­i­cal demand.

You write that “the West expe­ri­ences the rad­i­cal and delib­er­ate­ly willed soli­tude of the damned”: how can we talk about God to peo­ple who, as you write, “do not feel the need to be saved”?
Look at Christ: do you think the peo­ple in front of him want­ed to lis­ten to him? Oppo­si­tion to God, to the Truth, has always exist­ed. In the West, it is dif­fi­cult to talk about God, because the soci­ety that emol­li­fies well-being believes it does not need Him. But this mate­r­i­al com­fort is not enough. There is a hid­den hap­pi­ness that peo­ple seek con­fus­ing­ly with­out know­ing it. The Church must make man dis­cov­er those inner needs, those rich­es of the soul that make him ful­ly human, that make him ful­ly hap­py. Saint Ire­naeus says that “God became man so that man might become God”; it is the mis­sion of the Church to guide man in this ascent to God. But if priests are stuck in mate­ri­al­ism, they will not be able to guide the world to true happiness.

True reform is about our own con­ver­sion. If we do not change our­selves, all struc­tur­al reforms will be use­less. Lay peo­ple, priests, car­di­nals, we must all return to God.
This dis­af­fec­tion with the Church is often blamed by Catholic lead­ers on the pre­vail­ing mate­ri­al­ism and changes in soci­ety. Would it not be use­ful for the Church to also ques­tion its respon­si­bil­i­ties, how it has been able to dri­ve the faith­ful away by des­e­crat­ing the litur­gy, by turn­ing its back on pop­u­lar pity or by weak­en­ing its preach­ing?
I am con­vinced that the pri­ma­ry respon­si­bil­i­ty for this col­lapse of faith must be assumed by priests. In Catholic sem­i­nar­ies or uni­ver­si­ties, we have not always taught doc­trine. We taught what we liked! The cat­e­chism for chil­dren has been aban­doned. The con­fes­sion was despised. Besides, there were no more priests in the con­fes­sion­als! We are there­fore part­ly respon­si­ble for this col­lapse. In the sev­en­ties and eight­ies in par­tic­u­lar, each priest did what he want­ed at Mass. No two Mass­es were alike: this is what dis­cour­aged so many faith­ful from com­ing to them. Pope Bene­dict XVI says that the cri­sis in the litur­gy has caused the cri­sis in the Church. Lex oran­di, lex cre­den­di: as we pray, we believe. If there is no more faith, the litur­gy is reduced to a show, to folk­lore, and the faith­ful turn away. We were prob­a­bly guilty of neg­li­gence. The desacral­iza­tion of the litur­gy always has seri­ous con­se­quences. We want­ed to human­ize the Mass, make it under­stand­able, but it remains a mys­tery that is beyond com­pre­hen­sion. When I say Mass, when I give abso­lu­tion, I grasp the words I say, but the mys­tery that these words real­ize, the intel­li­gence can­not under­stand it. If we do not do jus­tice to this great mys­tery, we can­not lead the peo­ple to a true rela­tion­ship with God. Even today, we have a pas­toral care that is too hor­i­zon­tal: how can peo­ple think of God, if it is only social issues that occu­py the Church?

A reform of the Roman curia is immi­nent. In your book, you are quite scep­ti­cal about these struc­tur­al reforms.…
True reform is about our own con­ver­sion. If we do not change our­selves, all struc­tur­al reforms will be use­less. Lay peo­ple, priests, car­di­nals, we must all return to God. His­to­ry has seen two reform­ers: Luther, who want­ed to change the face of the Church and even­tu­al­ly emerged from it, and Fran­cis of Assisi, who trans­formed the Church by rad­i­cal­ly liv­ing the Gospel. Today, true reform is a rad­i­cal­ly evan­gel­i­cal life. Moth­er Tere­sa, in a dis­creet and hum­ble way, reformed the Church, nev­er tir­ing of pro­claim­ing before the world: “Take care of the poor, but before that, take care first of God”. She knew from expe­ri­ence that we are too poor to care for the poor. As long as we are not enriched by the pres­ence of God in us, we can­not care for the weakest.

We also talk a lot about syn­odal­i­ty, col­le­gial­i­ty. You point out in your book the risk that Epis­co­pal Con­fer­ences may con­tra­dict each oth­er. Do you fear that a reform of the Roman Church’s cen­tral­ism will endan­ger its uni­ty?
Christ found­ed a Church whose mode of gov­ern­ment is hier­ar­chi­cal. The first leader of the Church is the Pope. The first leader of the local Church is the bish­op in his dio­cese, and not the Bish­ops’ Con­fer­ence, which is use­ful for exchange, not for impos­ing lead­er­ship. I think that this pri­ma­ry respon­si­bil­i­ty of the Pope and each bish­op must be restored. The great bish­ops of his­to­ry, Ambrose or Augus­tine, did not spend their time mak­ing meet­ings on the right, com­mis­sions on the left, con­tin­u­ous jour­neys. The bish­op must be with his peo­ple, teach his peo­ple, love his people.

A Bish­ops’ Con­fer­ence has no legal author­i­ty or com­pe­tence in the field of doc­trine. More­over, I sad­ly note that there are already con­tra­dic­tions between the Bish­ops’ Con­fer­ences, which does not favour the seren­i­ty of Chris­tians. “May they be one,” said the Lord, so that this uni­ty may pro­voke faith. If we con­tin­ue in this direc­tion of under­min­ing doc­tri­nal and moral uni­ty, we will help to increase unbelief.

What did you think of the Sodoma book? Do you think that we are cur­rent­ly wit­ness­ing a wide­spread offen­sive against the fig­ure of the priest, an object of scan­dal for a hyper­sex­u­al­ized soci­ety?
I haven’t read this book. But I believe that there is a par­tic­u­lar­ly struc­tured plan to destroy the Church by behead­ing the head, the car­di­nals, the bish­ops and the priests. We are deter­mined to destroy the priest­hood, and in par­tic­u­lar to destroy celiba­cy, which would be impos­si­ble and unnat­ur­al: because if we destroy celiba­cy, we affect with­out return one of the great­est rich­es of the Church. Aban­don­ing celiba­cy would fur­ther aggra­vate the cri­sis of the Church and weak­en the posi­tion of the priest, who is called to be not only anoth­er Christ, but Christ him­self, poor, hum­ble and unmar­ried. If celiba­cy dis­ap­pears, it is the tes­ti­mo­ny Jesus want­ed to give that dies.

There is a desire to weak­en the Church, to change her teach­ing on sex­u­al­i­ty. But when we see the enor­mous num­ber of faith­ful priests in the priest­hood, we must remain serene and con­tin­ue our wit­ness of total gift to God through celiba­cy. This tes­ti­mo­ny is not under­stood. Is he hat­ed? Jesus Christ him­self was not accept­ed, since he died on the Cross. Jesus told us: “They per­se­cut­ed me, they will per­se­cute you too. »

There are men of the Church, some in high places, who have tar­nished the Church, dis­fig­ured the face of Christ, but Judas must not lead us to reject all the apos­tles. These seri­ous fail­ures do not con­demn the Church: on the con­trary, they show that God trusts even weak peo­ple to show the pow­er of his love for us. He does not entrust his Church to excep­tion­al heroes, but to sim­ple men, to show that it is He who acts through them.

I am shocked that Bish­op Bar­barin has been con­demned while the hor­ri­ble priest who com­mit­ted these unspeak­able crimes has still not been judged… I stand by Car­di­nal Bar­barin in prayer, as I stand by the vic­tims.
On pae­dophil­ia, you speak of a “mys­tery of Judas”, spec­i­fy­ing that this abom­inable betray­al of the priest­hood was pre­ced­ed by many oth­ers: what are they?
A priest who has lost his bond with Jesus, who does not pray, who does not take the time to be with Christ before the Blessed Sacra­ment, is a weak­ened priest. “With­out me, there is noth­ing you can do,” said Christ. A world­ly priest who no longer has time to med­i­tate on the Word of God, who fails to cel­e­brate his Mass or cel­e­brates it in a pro­fane way, who has no inner life, can­not hold on. If we can achieve such seri­ous actions, it is because we first detached our­selves from Jesus, from the force that keeps us con­nect­ed to him. In order not to dis­trib­ute the sacra­ments like a sim­ple civ­il ser­vant, as if it were a sim­ple human phe­nom­e­non, we need an ener­gy that comes from our rela­tion­ship with the Holy Spir­it. And unfor­tu­nate­ly, many of us have lost this inti­mate rela­tion­ship with Jesus. Priest­ly activism leads to cler­i­cal autism, the source of all abuses.

What do you think of Car­di­nal Bar­bar­in’s con­vic­tion?
I’ve known him for a long time. I have a lot of admi­ra­tion for him. He wel­comed me very friend­ly when I came to Lyon to present my book La Force du silence. I can­not avoid suf­fer­ing from the mar­tyr­dom imposed on him, espe­cial­ly since I am con­vinced that he is inno­cent. The whole Church car­ries this suf­fer­ing col­lec­tive­ly. The Pope was real­ly right to take the deci­sion not to accept his res­ig­na­tion in order to respect the pre­sump­tion of inno­cence while await­ing the judg­ment on appeal. And Car­di­nal Bar­barin was coura­geous to step back, leav­ing for a monastery, for the good of the dio­cese and to bring peace to the vic­tims of these abom­inable acts. But I am shocked that Bish­op Bar­barin has been con­demned while the hor­ri­ble priest who com­mit­ted these unspeak­able crimes has still not been judged… I stand by Car­di­nal Bar­barin in prayer, as I stand by the victims.

Many of our con­tem­po­raries see the Church as a total­i­tar­i­an orga­ni­za­tion, which will impose a way of life on them. On the con­trary, you affirm that it is the Church that is the bul­wark against con­tem­po­rary total­i­tar­i­an­ism…
It is the new ide­olo­gies that impose a rad­i­cal change in moral­i­ty, human anthro­pol­o­gy, a new vision of the fam­i­ly, sex­ol­o­gy, with sig­nif­i­cant finan­cial and media pres­sures. The Church does not impose any­thing, it only pro­pos­es. But it is its mis­sion to offer God’s teach­ing to the world.

You go so far as to turn “Islamist bar­barism” and “mate­ri­al­ist bar­barism” against each oth­er, at the risk of shock­ing…
In any case, that’s my con­vic­tion! They are two demons, who may have dif­fer­ent method­olo­gies, but they are work­ing in the same direc­tion. Mate­ri­al­ism rad­i­cal­ly dis­tances us from God and from the inner man. Islamism too. God can­not inspire bar­barism. Killing some­one because they don’t share your faith? Blow­ing up a bomb on a bus and killing inno­cent peo­ple in the name of Allah? This is impos­si­ble for God.

But mate­ri­al­ist bar­barism does not have as its stat­ed objec­tive destruc­tion, it claims to bring man to the hap­pi­ness of lib­er­a­tion.…
It is destroy­ing a man to say to him: “You are free to choose your sex. “It is actu­al­ly the free­dom to destroy one­self. But God alone makes us free! Nowa­days, there is so much human destruc­tion, under the pre­text of free­dom! In the name of the same free­dom, many young peo­ple are destroyed by pornog­ra­phy. Man destroys him­self; God cre­ates, so that man may have life, and life in fullness.

You also write that the mod­ern world destroys by attack­ing iden­ti­ties. On the con­trary, you defend this root­ed­ness that Simone Weil described as the first need of the human soul. This makes you a some­what iso­lat­ed voice in a Church that some­times seems to have become a mere sub­sti­tute for the immi­gra­tion par­ty…
When I went to Poland[in Octo­ber 2017, edi­tor’s note], a coun­try that is often crit­i­cized, I encour­aged the faith­ful to affirm their iden­ti­ty as they have done for cen­turies. My mes­sage was sim­ple: you are first Pol­ish, Catholic, and then only Euro­pean. You must not sac­ri­fice these first two iden­ti­ties at the altar of tech­no­crat­ic and state­less Europe. The Brus­sels Com­mis­sion is only think­ing of build­ing a free mar­ket at the ser­vice of the major finan­cial pow­ers. The Euro­pean Union no longer pro­tects peo­ple. It pro­tects banks. I want­ed to repeat to Poland its sin­gu­lar mis­sion in God’s plan. It is free to tell Europe that every­one has been cre­at­ed by God to be placed in a spe­cif­ic place, with its cul­ture, tra­di­tions, and his­to­ry. This cur­rent desire to glob­al­ize the world by sup­press­ing nations and speci­fici­ties is pure mad­ness. The Jew­ish peo­ple had to go into exile, but God brought them back to his coun­try. Christ had to flee Herod to Egypt, but he returned to his coun­try after Herod’s death. Every­one must live in their own coun­try. Like a tree, every­one has their own soil, their own envi­ron­ment where they flour­ish per­fect­ly. It is bet­ter to help peo­ple to flour­ish in their cul­ture than to encour­age them to come to a Europe in decline. It is a false exe­ge­sis to use the Word of God to val­ue migra­tion. God nev­er want­ed these tears.

We must be resisters in every­thing, we must take the oppo­site direc­tion of the sec­u­lar­ized world, that is, the road of Christ, the only sav­ior of the world. I encour­age young peo­ple to look to Christ.
You write that the coun­tries of the Viseg­rad Pact or Italy are mov­ing in the right direc­tion, while so many voic­es in the Church con­demn them. Do you not think that the Church risks its future there: how to evan­ge­lize peo­ples by con­demn­ing their con­cern to remain them­selves?
Are the lead­ers who speak like me now a minor­i­ty? I don’t think so. There are many coun­tries that are mov­ing in this direc­tion, and this should make us think! All migrants arriv­ing in Europe are parked, with­out work, with­out dig­ni­ty… Is this what the Church wants? The Church can­not coop­er­ate with this new form of slav­ery that mass migra­tion has become. If the West con­tin­ues along this fate­ful path, there is a great risk that, in the absence of a birth rate, it will dis­ap­pear, invad­ed by for­eign­ers, just as Rome was invad­ed by the bar­bar­ians. I speak in African. My coun­try is pre­dom­i­nant­ly Mus­lim. I think I know what real­i­ty I’m talk­ing about.

Some in the Church seem to be able to put an end to Europe, to write it off as a prof­it and loss. On the con­trary, you write that the pagani­za­tion of Europe would lead to the pagani­za­tion of the world…
God does not change his mind. God gave a mis­sion to Europe that wel­comed Chris­tian­i­ty. Then the Euro­pean mis­sion­ar­ies brought Christ to the ends of the earth. And it was not a coin­ci­dence, but God’s plan. This uni­ver­sal mis­sion that He gave to Europe when Peter and Paul came to set­tle in Rome, from which the Church evan­ge­lized Europe and the world, is not over. But if we put an end to it by sink­ing into mate­ri­al­ism, for­get­ting God and apos­ta­sy, then the con­se­quences will be seri­ous. If Europe dis­ap­pears, and with it the price­less val­ues of the old con­ti­nent, Islam will invade the world, and we will total­ly change cul­ture, anthro­pol­o­gy, and moral vision.

You quote Bene­dict XVI very abun­dant­ly, when so many peo­ple con­sid­er this abort­ed pon­tif­i­cate a fail­ure. What do you think is its fer­til­i­ty?
God saw that the world was sink­ing into a dis­as­trous con­fu­sion. He knows that no one knows where we’re going any­more. He can see that we are los­ing more and more our iden­ti­ties, our beliefs, our vision of man and the world… To pre­pare our­selves for this sit­u­a­tion, God has giv­en us sol­id popes: He gave us Paul VI, who defend­ed life and true love, despite very strong oppo­si­tions, with the encycli­cal Humanae vitae; he gave us John Paul II, who worked on the mar­riage of faith and rea­son so that they could be the light that guides the world towards a true vision of man — the very life of the great Pol­ish Pope was a liv­ing Gospel. He gave us Bene­dict XVI, who com­posed a teach­ing of unpar­al­leled clar­i­ty, depth and pre­ci­sion. Today, he gives us Fran­cis who lit­er­al­ly wants to save Chris­t­ian human­ism. God will nev­er aban­don His Church.

That is why we must remain calm: the Church is not in cri­sis, we are in cri­sis. His teach­ing remains the same, his clar­i­ty the same. It is true that Bene­dict XVI was not under­stood or accept­ed, his past at the Con­gre­ga­tion for the Doc­trine of the Faith had made him see him­self as a tra­di­tion­al­ist, a reac­tionary, but he remained calm, serene and hum­ble. It has been a foun­da­tion for doc­trine, for the inte­ri­or life, for the future of the Church.

To Catholic youth, you quote this very beau­ti­ful sen­tence from the Eng­lish poet T.S. Eliot: “In the world of fugi­tives, who­ev­er takes the oppo­site direc­tion will look like a desert­er. “Are young believ­ers des­tined to be resis­tance fight­ers?
We must be resisters in every­thing, we must take the oppo­site direc­tion of the sec­u­lar­ized world, that is, the road of Christ, the only sav­ior of the world. I encour­age young peo­ple to look to Christ. In Hem­ing­way’s nov­el The Old Man and the Sea, we see the hero try­ing to tow a large fish he caught to the port. But he can’t pull it out of the water alone; by the time it gets to port, the sharks have eat­en the fish. Young peo­ple are weak­ened today by so many demands that if they iso­late them­selves, they run the enor­mous risk of being devoured. Today, if you are alone, there are many sharks that will devour your faith, your Chris­t­ian val­ues, your hope. Jesus cre­at­ed a com­mu­ni­ty of twelve apos­tles and when it came time to send them on mis­sion, he sent them two by two. From now on, to defend our belief, to be sol­id, we must sup­port each oth­er in faith, walk as a com­mu­ni­ty unit­ed around Christ: “Where two or three are gath­ered, I am in the midst of them. “It is from this pres­ence that we can draw our strength. The evening is approach­ing and the day is already falling, a thought­ful and rea­soned response to this urgency.

Inter­view in Rome by Lau­rent Dandrieu

The evening is approach­ing and already the day is falling, from Car­di­nal Robert Sarah with Nico­las Diat, Fayard, 450 pages, 22,90 €.

ADLAUDATOSI INTEGRAL ECOLOGY FORUM WEBINARS

OUR MISSION:

THE PURPOSE IS TO SHARE BEST PRACTICES AND PROMOTE ACTIONS AGAINST HUMAN TRAFFICKING.

WE MAKE AVAILABLE TO YOU GUIDES AND RESEARCH ON TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS FROM THE MOST RECOGNISED LEGAL AND OPERATIONAL ACTORS.

  • BIOETHICS
  • SUPPLY CHAINS

Human Trafficking — Interview with Prof. Michel Veuthey, Order of Malta — 44th UN Human Right Council 2020

POPE’S PAYER INTENTION FOR FEBRUARY 2020: Hear the cries of migrants victims of human trafficking

FRANCE — BLOG DU COLLECTIF “CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS”

Church on the frontlines in fight against human trafficking

Holy See — PUBLICATION OF PASTORAL ORIENTATIONS ON HUMAN TRAFFICKING 2019

RIGHT TO LIFE AND HUMAN DIGNITY GUIDEBOOK

Catholic social teaching

Doctrine sociale de l’Église catholique

That Moment Your Inner Activist Awakens: Nobel Peace Prize winner Kailash Satyarthi

Pope Francis joins religious leaders of different faiths, in fight against modern slavery

Michel Veuthey talks about the Order of Malta’s involvement in fighting human trafficking

Register to our series of webinars adlaudatosi on Human Trafficking

 
 

You have successfully registered !