Select Page

The Distributist Review — EUGENICS: THE WAR OF CAPITALISM AND SOCIALISM AGAINST HUMANITY AND ITS NEW FORM AS TRANSHUMANISM / EUGÉNISME : LA GUERRE DU CAPITALISME ET DU SOCIALISME CONTRE L’HUMANITÉ ET SA NOUVELLE FORME EN TANT QUE TRANSHUMANISME

The Distributist Review — EUGENICS: THE WAR OF CAPITALISM AND SOCIALISM AGAINST HUMANITY AND ITS NEW FORM AS TRANSHUMANISM / EUGÉNISME : LA GUERRE DU CAPITALISME ET DU SOCIALISME CONTRE L’HUMANITÉ ET SA NOUVELLE FORME EN TANT QUE TRANSHUMANISME
Advertisement

Click on the fol­low­ing image to get the orig­nal article :

Vous trou­verez la tra­duc­tion française à la suite du texte anglais.

EUGENICS: THE WAR OF CAPITALISM AND SOCIALISM AGAINST HUMANITY

Eugen­ics is gen­er­al­ly asso­ci­at­ed with Social­ism, par­tic­u­lar­ly Nation­al Social­ism as it was the guid­ing sci­ence applied by the Third Reich. In fact, the Holo­caust was not pri­mar­i­ly based on race, that was an effect not a cause, rather the cause was the pur­suit of a false sci­ence, which is pro­mot­ed even more strong­ly today than ear­li­er in the 20th cen­tu­ry. It has only gone under­ground. Rudolph Hess, the deputy Führer of the third Reich put it, “Nation­al Social­ism is noth­ing oth­er than applied biol­o­gy.” The Nazi’s were not just con­vinced that they were pur­su­ing sci­ence, but that they were assist­ing evo­lu­tion with the “sci­ence” of eugen­ics. Hitler, how­ev­er, did not come up with this out of the blue, he was inspired, as he says in Mein Kampf, by the laws already on the books in over 30 Amer­i­can States (put in place dur­ing the Free Mar­ket Roar­ing 20’s) to force those con­sid­ered “fee­ble-mind­ed”, or whose fam­i­ly had birth defects or chil­dren with low test scores to be forcibly ster­il­ized. Like the mon­ey which would even­tu­al­ly be donat­ed to Ger­many to fund Joseph Men­gele, the angel of death, the fund­ing and polit­i­cal pres­sure for forced ster­il­iza­tion laws were fund­ed by wealthy Cap­i­tal­ists, the Rock­e­feller foun­da­tion and Carnegie Mellon.

Most peo­ple today are under the impres­sion that Eugen­ics died with Hitler, but this is not the case. It is alive and well, fund­ed by the Cap­i­tal­ist sys­tem and pushed by Social­ist phi­los­o­phy. To under­stand why that is we have to look at exact­ly what Eugen­ics is, and how it started.

The first step in that process is to trace the roots of the found­ing of Eugen­ics, and that starts with Thomas Robert Malthus.

Malthus was a cler­gy­man and a pro­fes­sor of his­to­ry who wrote An Essay on Pop­u­la­tion(1798) where he pred­i­cat­ed, based pure­ly on arith­metic that the world’s pop­u­la­tion will dou­ble every 25 years while food can nev­er catch up. As such mis­ery will increase and dis­ease will take its toll. For Malthus, this is a good thing and should be assisted:

Instead of rec­om­mend­ing clean­li­ness to the poor, we should encour­age con­trary habits. In our towns we should make the streets nar­row­er, crowd more peo­ple into the hous­es, and court the return of the plague. In the coun­try, we should build our vil­lages near stag­nant pools, and par­tic­u­lar­ly encour­age set­tle­ments in all marshy and unwhole­some sit­u­a­tions. But above all, we should repro­bate spe­cif­ic reme­dies for rav­aging dis­eases; and those benev­o­lent, but much mis­tak­en men, who have thought they were doing a ser­vice to mankind by pro­ject­ing schemes for the total extir­pa­tion of par­tic­u­lar diseases.

He adds in the Essay on Pop­u­la­tion:

It does not … by any means seem impos­si­ble that by an atten­tion to breed, a cer­tain degree of improve­ment, sim­i­lar to that among ani­mals, might take place among men. Whether intel­lect could be com­mu­ni­cat­ed may be a mat­ter of doubt; but size, strength, beau­ty, com­plex­ion, and per­haps longevi­ty are in a degree trans­mis­si­ble…. As the human race, how­ev­er, could not be improved in this way with­out con­demn­ing all the bad spec­i­mens to celiba­cy, it is not prob­a­ble that an atten­tion to breed should ever become general.

Apart from being uncon­cerned with human beings, Malthus was a cap­i­tal­ist philoso­pher advo­cat­ing a solu­tion to cap­i­tal­ist prob­lems. Thus the pop­u­la­tion buzz insti­gat­ed by Malthus comes to present an eco­nom­ic prob­lem. It also has polit­i­cal real­i­ties which come to bear on our sub­ject, name­ly the con­trol of resources. Kissinger advo­cat­ed a depop­u­la­tion of Africa so that the US and Europe could main­tain con­trol of Africa’s resources, even by using food as a weapon in his Nixon era mem­o­ran­dum NSM 200.

Malthus’ the­o­ries had a huge impact on Charles Dar­win, an admir­er of Malthus, who attempt­ed to explain by a nat­ur­al and bio­log­i­cal mod­el the sci­en­tif­ic appli­ca­tion of Malthus’ eco­nom­ic thought. Irre­spec­tive of one’s think­ing on what con­sti­tutes “Dar­win­ism” today or its truth or fan­ta­sy, (one can the­o­ret­i­cal­ly hold to it with­out sup­port Eugen­ics) Darwin’s aim was to show, as a mem­ber of the nobil­i­ty, why those who were on top of the British Empire were in fact the strongest and the best and deserved their posi­tion. Essen­tial­ly, Malthus high­light­ed an eco­nom­ic prob­lem and Dar­win want­ed to find the eco­nom­ic cause. His work in Ori­gin of Species pro­duced one main doc­trine to keep track of: Sur­vival of the Fittest—that evo­lu­tion comes about through strug­gle, and nature selects the most fit. In a less­er known work by Dar­win, Descent of Man, which is vir­tu­al­ly nev­er read, he argues for what will become Eugenic teach­ing in the future:

Yet he might by selec­tion do some­thing not only for the bod­i­ly con­sti­tu­tion and frame of his off­spring, but for their intel­lec­tu­al and moral qual­i­ties. Both sex­es ought to refrain from mar­riage if they are in any marked degree infe­ri­or in body or mind; but such hopes are Utopi­an and will nev­er be even par­tial­ly realised until the laws of inher­i­tance are thor­ough­ly known. Every­one does good ser­vice, who aids towards this end. When the prin­ci­ples of breed­ing and inher­i­tance are bet­ter under­stood, we shall not hear igno­rant mem­bers of our leg­is­la­ture reject­ing with scorn a plan for ascer­tain­ing whether or not con­san­guineous mar­riages [mar­riages between close rel­a­tives] are inju­ri­ous to man.

Darwin’s teach­ing, with the assis­tance of Thomas Hux­ley (Grand­fa­ther of Julian and Aldous Hux­ley), was spread quick­ly as “sci­ence” all over Eng­land, Europe and the Unit­ed States, and lat­er via Com­mu­nism to Rus­sia and Chi­na. Its influ­ence reached many spheres. Karl Marx explained that his phi­los­o­phy would be impos­si­ble if it were not for the vehi­cle of Dar­win­ian Sci­ence. We’ll return to Marx and com­mu­nism lat­er. It also influ­enced Darwin’s half-cousin Sir Fran­cis Gal­ton, the founder of the sci­ence of Sta­tis­tics. Gal­ton, who was also influ­enced by Malthus, saw a way to make a sci­ence apply­ing Malthus’ eco­nom­ic think­ing, and his half-cousin’s teach­ing on biol­o­gy as a new social sci­ence, name­ly Eugen­ics (From the Greek ευ, good; γενες, race, type, or clan from which today we derive the word “gene”).

For Gal­ton, apply­ing Dar­win, it is obvi­ous that human beings pass on cer­tain traits to the next gen­er­a­tion. So if this can be done with ani­mals, why can we not breed humans? There­fore hered­i­ty could be manip­u­lat­ed by forced mat­ing (breed­ing) in order to pro­duce supe­ri­or human beings. For Gal­ton, this will come in three stages, first., he writes:

If a twen­ti­eth part of the cost and pains were spent in mea­sures for the improve­ment of the human race that is spent on the improve­ment of the breed of hors­es and cat­tle, what a galaxy of genius might we not cre­ate! We might intro­duce prophets and high priests of civ­i­liza­tion into the world, as sure­ly as we can prop­a­gate idiots by mat­ing cretins. Men and women of the present day are, to those we might hope to bring into exis­tence, what the pari­ah dogs of the streets of an East­ern town are to our own high­ly-bred varieties.

The fee­ble nations of the world are nec­es­sar­i­ly giv­ing way before the nobler vari­eties of mankind; and even the best of these, so far as we know them, seem unequal to their work. The aver­age cul­ture of mankind is become so much high­er than it was, and the branch­es of knowl­edge and his­to­ry so var­i­ous and extend­ed, that few are capa­ble even of com­pre­hend­ing the exi­gen­cies of our mod­ern civ­i­liza­tion; much less of ful­fill­ing them. We are liv­ing in a sort of intel­lec­tu­al anar­chy, for the want of mas­ter minds. The gen­er­al intel­lec­tu­al capac­i­ty of our lead­ers requires to be raised, and also to be dif­fer­en­ti­at­ed. We want abler com­man­ders, states­men, thinkers, inven­tors, and artists. The nat­ur­al qual­i­fi­ca­tions of our race are no greater than they used to be in semi-bar­barous times, though the con­di­tions amid which we are born are vast­ly more com­plex than of old. The fore­most minds of the present day seem to stag­ger and halt under an intel­lec­tu­al load too heavy for their pow­ers. No one, I think, can doubt, from the facts and analo­gies I have brought for­ward, that, if tal­ent­ed men were mat­ed with tal­ent­ed women, of the same men­tal and phys­i­cal char­ac­ters as them­selves, gen­er­a­tion after gen­er­a­tion, we might pro­duce a high­ly-bred human race, with no more ten­den­cy to revert to mean­er ances­tral types than is shown by our long-estab­lished breeds of race-hors­es and fox-hounds.

Or, to put it anoth­er way, Malthus dis­cov­ers an eco­nom­ic prob­lem: over­pop­u­la­tion and scarci­ty of resources. This is in fact false as there is no scarci­ty of resources but a scarci­ty of access based on a faulty eco­nom­ic sys­tem. Nev­er­the­less, Dar­win dis­cov­ers the bio­log­i­cal “sci­ence” that explains why there is over­pop­u­la­tion, i.e. some peo­ple do not evolve smart enough to be as wealthy as the British nobil­i­ty, and Gal­ton comes around with the social sci­ence which pred­i­cates how to solve the prob­lem. The ideas were in place, but need­ed mon­ey to be spread around, as they quick­ly would be by both Social­ism and Cap­i­tal­ism. In Eng­land, the Roy­al Soci­ety was eugenic in nature. In Amer­i­ca the Eugen­ics Record office was found­ed to research hered­i­ty in order to deter­mine who should be forcibly sterilized.

As I not­ed, Hitler did not wake up one day and say “Eure­ka! Courts of genet­ic puri­ty! Get these Jews and Slavs out of the mas­ter race gene pool”. For that mat­ter nei­ther did Stal­in or Mao. Rather, they were stu­dents of the false sci­ence per­pet­u­at­ed by the best and bright­est and fund­ed by wealthy cap­i­tal­ists like Rock­e­feller, JP Mor­gan, Carnegie and oth­ers. In Britain, the Roy­al Soci­ety for sci­en­tif­ic stud­ies had for some time invest­ed a great deal of time and ener­gy into the study of eugen­ics, and keep­ing records on the pop­u­la­tion to deter­mine who might be fee­ble-mind­ed. In Britain alone, we can count among the adher­ents of Eugen­ics and its appli­ca­tion (i.e. forced ster­il­iza­tion) econ­o­mist John May­nard Keynes (who served as the direc­tor for the British Eugen­ics soci­ety), Fabi­an social­ists, the play­wright George Bernard Shaw, author H.G. Wells, Win­ston Churchill, Kings Edward VIII and George VI, and last­ly Queen Eliz­a­beth II. Keynes, the Cap­i­tal­ist, called Eugen­ics “the most impor­tant, sig­nif­i­cant and, I would add, gen­uine branch of soci­ol­o­gy which exists[!].” (“Open­ing remarks: The Gal­ton Lec­ture”. Eugen­ics Review 38 (1): 39–40.) This was in 1946, after the Nazi’s prac­tice of Eugen­ics was well-known and the Nurem­berg tri­als were com­ing to a conclusion.

In the Unit­ed States, Eugen­ics went into prac­tice at the begin­ning of the 1900s. Con­necti­cut, my home state, became the first to enact some type of Eugenic leg­is­la­tion and was quick­ly fol­lowed. They enact­ed a law in 1896 for­bid­ding mar­riage to any­one con­sid­ered to be “fee­ble-mind­ed”, a catch phrase for Eugeni­cists to describe any­one with­out high enough test scores or enough good looks. Charles Dav­en­port, a sci­en­tist con­sid­ered the “Father of the Amer­i­can Eugen­ics move­ment”, received fund­ing from Carnegie to found the Sta­tion for Exper­i­men­tal Evo­lu­tion, which he lat­er renamed sim­ply “The Carnegie depart­ment of genet­ics.” Dav­en­port wrote numer­ous sci­en­tif­ic papers advo­cat­ing gov­ern­ment inter­ven­tion to man­age the human stock. He was elect­ed to the Nation­al Acad­e­my of the Sci­ences in 1912, and his work Hered­i­ty in rela­tion to Eugen­ics was used as a text­book in uni­ver­si­ties until World Ward II. Apart from that, Dav­en­port was also involved in the study of Bio­met­rics (which we will get to lat­er) that was also pio­neered by Gal­ton. Dav­en­port became the dar­ling of the Eugen­ics move­ment, and secured fund­ing for many projects includ­ing the Eugen­ics Records Office, which was designed to exam­ine genet­ic records from hun­dreds of thou­sands of Amer­i­can fam­i­lies, even by grave rob­bing, to deter­mine who had genet­ic stocks fit enough to breed. The ivory tow­er eugen­ics researchers then plot­ted whom among hun­dreds of thou­sands of fam­i­lies would be removed from his­to­ry by pos­i­tive law. With the “cut­ting edge research” of Dav­en­port and the main insti­tutes for sci­ence, Indi­ana became the first state of 30 states to pass invol­un­tary eugen­ics laws which would require forced ster­il­iza­tion on any that the state eugen­ics board would deem “fee­ble-mind­ed”. To most of us this sounds like some­thing out of 1984, but this is pre­cise­ly what hap­pened, in 1907! Not only that, the Supreme Court upheld the Vir­ginia forced ster­il­iza­tion law in 1927 in Buck v. Bell, where Supreme Court Jus­tice Oliv­er Wen­dell Holmes wrote for an 8–1 majority:

We have seen more than once that the pub­lic wel­fare may call upon the best cit­i­zens for their lives. It would be strange if it could not call upon those who already sap the strength of the State for these less­er sac­ri­fices, often not felt to be such by those con­cerned, to pre­vent our being swamped with incom­pe­tence. It is bet­ter for all the world, if instead of wait­ing to exe­cute degen­er­ate off­spring for crime, or to let them starve for their imbe­cil­i­ty, soci­ety can pre­vent those who are man­i­fest­ly unfit from con­tin­u­ing their kind. The prin­ci­ple that sus­tains com­pul­so­ry vac­ci­na­tion is broad enough to cov­er cut­ting the Fal­lop­i­an tubes.

How could this hap­pen in the Unit­ed States? Mas­sive fund­ing from entre­pre­neurs, com­bined with the ide­ol­o­gy of Dar­win­ian social­ism. This was the estab­lished sci­ence, held by doc­tors, wealthy donors, and gov­ern­ment. The Vir­ginia law was craft­ed by Har­ry Laugh­lin, the super­in­ten­dent for Davenport’s Eugenic Records Office. Laugh­lin was giv­en high praise by Ger­man doc­tors, and the Third Reich offered him an hon­orary doc­tor­ate from Hei­dle­burg Uni­ver­si­ty in 1936. All in all not a bad day’s work I suppose.

Return­ing to the Third Reich, in 1924 Hitler explic­it­ly cit­ed Amer­i­can eugen­ics laws as the inspi­ra­tion for the gov­ern­ment he would create:

There is today one state in which at least weak begin­nings toward a bet­ter con­cep­tion [of immi­gra­tion] are notice­able. Of course, it is not our mod­el Ger­man Repub­lic, but [the US], in which an effort is made to con­sult rea­son at least par­tial­ly. By refus­ing immi­grants on prin­ci­ple to ele­ments in poor health, by sim­ply exclud­ing cer­tain races from nat­u­ral­iza­tion, it pro­fess­es in slow begin­nings a view that is pecu­liar to the People’s State.

Hitler avid­ly read Madi­son Grant’s (no rela­tion) work “The Pass­ing of the Great Race”, and even wrote him a fan let­ter. In that text, Grant wrote:

A rigid sys­tem of selec­tion through the elim­i­na­tion of those who are weak or unfit—in oth­er words social failures—would solve the whole ques­tion in one hun­dred years, as well as enable us to get rid of the unde­sir­ables who crowd our jails, hos­pi­tals, and insane asy­lums. The indi­vid­ual him­self can be nour­ished, edu­cat­ed and pro­tect­ed by the com­mu­ni­ty dur­ing his life­time, but the state through ster­il­iza­tion must see to it that his line stops with him, or else future gen­er­a­tions will be cursed with an ever-increas­ing load of mis­guid­ed sen­ti­men­tal­ism. This is a prac­ti­cal, mer­ci­ful, and inevitable solu­tion of the whole prob­lem, and can be applied to an ever-widen­ing cir­cle of social dis­cards, begin­ning always with the crim­i­nal, the dis­eased, and the insane, and extend­ing grad­u­al­ly to types which may be called weak­lings rather than defec­tives, and per­haps ulti­mate­ly to worth­less race types.

This book was not only high­ly inspi­ra­tional to Hitler, but to many in the Amer­i­can sci­en­tif­ic estab­lish­ment. Grant, along with Dav­en­port, Laugh­lin, and of course Mar­garet Sanger (about whom more will be writ­ten in part 2) were high­ly respect­ed. Their laws reigned supreme in a major­i­ty of states and were even held up by the Supreme Court (Buck vs. Bell). Fur­ther­more Nazi sci­en­tists at the Nurem­berg tri­als used Jus­tice Holmes opin­ion in Buck v. Bell as a defense. The Third Reich’s eugen­ics laws were mod­eled very close­ly off of the Vir­ginia law, and received fund­ing for Eugen­ics research from Rock­e­feller and Carnegie-Mel­lon, not to men­tion that IBM pro­vid­ed tremen­dous fund­ing and its key card tech­nol­o­gy as a track­ing sys­tem for con­cen­tra­tion camp inmates as they were exper­i­ment­ed on and mur­dered for sci­ence. The first com­put­ers were a cap­i­tal­ist ven­ture to test a track­ing sys­tem on inno­cent peo­ple in Tre­blin­ka, Sobi­bor and Auschwitz.

Nation­al Socialism’s bloody foot­prints were cre­at­ed from a tri­an­gle of the Malthu­sian night­mare, Dar­win­ian Evo­lu­tion, and Galton’s (even­tu­al­ly Hitler’s) solu­tion for the prob­lem com­bined with big mon­ey from big busi­ness. We need not for­get that Rock­e­feller, IBM and Carnegie, of whom won­der­ful things are writ­ten of in text­books, were self-made men and suc­cess­ful entre­pre­neurs who used their mon­ey to fund Otmar Frei­herr von Ver­schuer and Josef Men­gele (the angel of death who worked in Auschwitz), both of whom escaped pros­e­cu­tion at Nurem­berg because the Allies jumped over each oth­er to see who could pony up more mon­ey to buy more Nazi sci­en­tists. The truth is Eugen­ics did not die with Hitler, even though it has fall­en into dis­re­pute, rather it is alive and well and the base idea for all gov­ern­ment, all busi­ness fund­ing, and our cur­rent eco­nom­ic woes, though it oper­ates on a new name: Transhumanism.


EUGÉNISME : LA GUERRE DU CAPITALISME ET DU SOCIALISME CONTRE L’HUMANITÉ

Le 22 mai 2012, 

L’eugénisme est générale­ment asso­cié au social­isme, en par­ti­c­uli­er au nation­al-social­isme car c’é­tait la sci­ence direc­trice appliquée par le Troisième Reich. En fait, l’Holo­causte n’é­tait pas prin­ci­pale­ment fondé sur la race, c’é­tait un effet et non une cause, mais plutôt sur la pour­suite d’une fausse sci­ence, dont la pro­mo­tion est encore plus forte aujour­d’hui qu’au début du XXe siè­cle. Elle n’a fait que pass­er sous terre. Rudolph Hess, le député Führer du troisième Reich a dit : “Le nation­al-social­isme n’est rien d’autre que la biolo­gie appliquée.” Les nazis n’é­taient pas seule­ment con­va­in­cus qu’ils pour­suiv­aient la sci­ence, mais qu’ils aidaient l’évo­lu­tion avec la “sci­ence” de l’eugénisme. Hitler, cepen­dant, n’est pas arrivé à cela de façon inat­ten­due, il a été inspiré, comme il le dit dans Mein Kampf, par les lois déjà en vigueur dans plus de 30 États améri­cains (mis­es en place pen­dant les années 20 du libre marché) pour forcer ceux con­sid­érés comme “faibles d’e­sprit”, ou dont la famille avait des défauts de nais­sance ou des enfants à faible score aux tests à être stéril­isés par la force. Tout comme l’ar­gent qui serait finale­ment don­né à l’Alle­magne pour financer Joseph Men­gele, l’ange de la mort, le finance­ment et la pres­sion poli­tique pour des lois de stéril­i­sa­tion for­cée ont été financés par de rich­es cap­i­tal­istes, la fon­da­tion Rock­e­feller et Carnegie Mel­lon.
La plu­part des gens aujour­d’hui ont l’im­pres­sion que l’eugénisme est mort avec Hitler, mais ce n’est pas le cas. Elle est bien vivante, financée par le sys­tème cap­i­tal­iste et poussée par la philoso­phie social­iste. Pour com­pren­dre pourquoi c’est le cas, nous devons exam­in­er ce qu’est exacte­ment l’eugénisme et com­ment il a com­mencé.
La pre­mière étape de ce proces­sus con­siste à retrac­er les racines de la fon­da­tion de l’eugénisme, et cela com­mence avec Thomas Robert Malthus.
Malthus était un ecclési­as­tique et un pro­fesseur d’his­toire qui a écrit An Essay on Pop­u­la­tion (1798) où il a prédit, en se bas­ant unique­ment sur l’arith­mé­tique, que la pop­u­la­tion mon­di­ale dou­blera tous les 25 ans alors que la nour­ri­t­ure ne pour­ra jamais rat­trap­er. Ain­si, la mis­ère aug­mentera et la mal­adie fera des rav­ages. Pour Malthus, c’est une bonne chose et il faut l’aider :
Au lieu de recom­man­der la pro­preté aux pau­vres, nous devri­ons encour­ager les habi­tudes con­traires. Dans nos villes, nous devri­ons ren­dre les rues plus étroites, entass­er plus de gens dans les maisons et cour­tis­er le retour de la peste. Dans le pays, nous devri­ons con­stru­ire nos vil­lages près des mares stag­nantes, et encour­ager par­ti­c­ulière­ment les étab­lisse­ments humains dans toutes les sit­u­a­tions marécageuses et mal­saines. Mais par-dessus tout, nous devri­ons réprou­ver les remèdes spé­ci­fiques pour rav­ager les mal­adies ; et ces hommes bien­veil­lants, mais beau­coup d’hommes erronés, qui ont pen­sé qu’ils rendaient ser­vice à l’hu­man­ité en pro­je­tant des plans pour la dis­pari­tion totale de mal­adies par­ti­c­ulières.
Il ajoute dans son Essai sur la pop­u­la­tion :
Il ne sem­ble en aucun cas impos­si­ble que par une atten­tion à la race, un cer­tain degré d’amélio­ra­tion, sem­blable à celui des ani­maux, puisse avoir lieu chez les hommes. Que l’in­tel­lect puisse être com­mu­niqué peut être une ques­tion de doute ; mais la taille, la force, la beauté, le teint, et peut-être la longévité sont dans un degré trans­mis­si­bles.….. Cepen­dant, l’e­spèce humaine ne pou­vant être améliorée de cette façon sans con­damn­er au céli­bat tous les mau­vais spéci­mens, il est peu prob­a­ble qu’une atten­tion à la race se généralise un jour.
En plus d’être indif­férent aux êtres humains, Malthus était un philosophe cap­i­tal­iste qui pré­con­i­sait une solu­tion aux prob­lèmes cap­i­tal­istes. Ain­si, le buzz démo­graphique ini­tié par Malthus vient pos­er un prob­lème économique. Il y a aus­si des réal­ités poli­tiques qui s’ap­pliquent à notre sujet, à savoir le con­trôle des ressources. M. Kissinger a pré­con­isé un dépe­u­ple­ment de l’Afrique afin que les États-Unis et l’Eu­rope puis­sent garder le con­trôle des ressources de l’Afrique, même en util­isant la nour­ri­t­ure comme une arme dans son mémoran­dum NSM 200 de l’ère Nixon.
Les théories de Malthus ont eu un impact énorme sur Charles Dar­win, un admi­ra­teur de Malthus, qui a ten­té d’ex­pli­quer par un mod­èle naturel et biologique l’ap­pli­ca­tion sci­en­tifique de la pen­sée économique de Malthus. Quelle que soit sa pen­sée sur ce qui con­stitue aujour­d’hui le “dar­win­isme”, sa vérité ou sa fan­taisie (on peut théorique­ment s’y tenir sans sou­tien eugénique), le but de Dar­win était de mon­tr­er, en tant que mem­bre de la noblesse, pourquoi ceux qui étaient au pou­voir dans l’Em­pire bri­tan­nique étaient en fait les plus forts, les meilleurs et méri­taient leur posi­tion. Essen­tielle­ment, Malthus a mis en lumière un prob­lème économique et Dar­win voulait en trou­ver la cause économique. Son tra­vail sur l’O­rig­ine des espèces a pro­duit une doc­trine prin­ci­pale à suiv­re : Survie du Fittest-que l’évo­lu­tion est le fruit d’une lutte et que la nature sélec­tionne les plus aptes. Dans une œuvre moins con­nue de Dar­win, Descente de l’homme, qui n’est pra­tique­ment jamais lue, il plaide pour ce qui devien­dra l’en­seigne­ment eugénique dans le futur :
Pour­tant, il pour­rait, par sélec­tion, faire quelque chose non seule­ment pour la con­sti­tu­tion cor­porelle et le cadre de sa progéni­ture, mais aus­si pour ses qual­ités intel­lectuelles et morales. Les deux sex­es devraient s’ab­stenir de se mari­er s’ils sont, à quelque degré que ce soit, inférieurs de corps ou d’e­sprit ; mais de tels espoirs sont utopiques et ne se réalis­eront jamais, même par­tielle­ment, tant que les lois de l’héritage ne seront pas par­faite­ment con­nues. Tout le monde rend un bon ser­vice, qui aide à cette fin. Lorsque les principes de l’él­e­vage et de l’héritage seront mieux com­pris, nous n’en­ten­drons pas des mem­bres igno­rants de notre lég­is­la­ture rejeter avec mépris un plan visant à déter­min­er si les mariages consanguins[mariages entre par­ents proches] sont préju­di­cia­bles ou non à l’homme.
L’en­seigne­ment de Dar­win, avec l’aide de Thomas Hux­ley (grand-père de Julien et Aldous Hux­ley), se répan­dit rapi­de­ment comme “sci­ence” dans toute l’An­gleterre, l’Eu­rope et les Etats-Unis, et plus tard via le com­mu­nisme en Russie et en Chine. Son influ­ence s’est éten­due à de nom­breuses sphères. Karl Marx a expliqué que sa philoso­phie serait impos­si­ble sans le véhicule de la sci­ence dar­wini­enne. Nous revien­drons à Marx et au com­mu­nisme plus tard. Il a égale­ment influ­encé le demi-cousin de Dar­win, Sir Fran­cis Gal­ton, le fon­da­teur de la sci­ence de la sta­tis­tique. Gal­ton, qui a égale­ment été influ­encé par Malthus, a vu une façon de faire une sci­ence appli­quant la pen­sée économique de Malthus, et son demi-cousin l’en­seigne­ment de la biolo­gie comme une nou­velle sci­ence sociale, à savoir Eugénisme (Du grec ευ, bon ; γενες, race, type, ou clan dont on tire le mot “gene”).
Pour Gal­ton, en appli­quant Dar­win, il est évi­dent que les êtres humains trans­met­tent cer­tains traits à la généra­tion suiv­ante. Donc, si cela peut être fait avec des ani­maux, pourquoi ne pou­vons-nous pas élever des humains ? Par con­séquent, l’hérédité pour­rait être manip­ulée par l’ac­cou­ple­ment for­cé (repro­duc­tion) afin de pro­duire des êtres humains supérieurs. Pour Gal­ton, cela se fera en trois étapes, d’abord, écrit-il :
Si une vingtième par­tie du coût et des douleurs a été dépen­sée en mesures pour l’amélio­ra­tion de la race humaine qui est dépen­sée sur l’amélio­ra­tion de la race des chevaux et du bétail, quelle galax­ie de génie nous ne pour­rions pas créer ! Nous pour­rions intro­duire des prophètes et des grands prêtres de civil­i­sa­tion dans le monde, aus­si sûre­ment que nous pou­vons propager des idiots par l’ac­cou­ple­ment des crétins. Les hommes et les femmes d’au­jour­d’hui sont, pour ceux que l’on peut espér­er voir naître, ce que les chiens parias des rues d’une ville ori­en­tale sont à nos pro­pres var­iétés haute­ment sélec­tion­nées.
Les nations faibles du monde sont néces­saire­ment en train de céder devant les var­iétés les plus nobles de l’hu­man­ité ; et même les meilleures d’en­tre elles, pour autant que nous les con­nais­sions, sem­blent iné­gales par rap­port à leur tra­vail. La cul­ture moyenne de l’hu­man­ité est dev­enue telle­ment plus élevée qu’elle ne l’é­tait, et les branch­es de la con­nais­sance et de l’his­toire telle­ment var­iées et éten­dues, que peu sont capa­bles de com­pren­dre les exi­gences de notre civil­i­sa­tion mod­erne, encore moins de les sat­is­faire. Nous vivons dans une sorte d’a­n­ar­chie intel­lectuelle, par manque de maîtres esprits. La capac­ité intel­lectuelle générale de nos dirigeants exige d’être élevé, et aus­si d’être dif­féren­cié. Nous voulons des com­man­dants, des hommes d’É­tat, des penseurs, des inven­teurs et des artistes plus aptes. Les qual­i­fi­ca­tions naturelles de notre race ne sont pas plus grandes qu’elles ne l’é­taient à l’époque semi-bar­bar­bare, bien que les con­di­tions dans lesquelles nous sommes nés soient beau­coup plus com­plex­es que par le passé. Les esprits les plus en vue d’au­jour­d’hui sem­blent chancel­er et s’ar­rêter sous une charge intel­lectuelle trop lourde pour leurs pou­voirs. Per­son­ne, je pense, ne peut douter, d’après les faits et les analo­gies que j’ai présen­tés, que si des hommes tal­entueux étaient accou­plés à des femmes tal­entueuses, ayant les mêmes car­ac­tères men­taux et physiques qu’eux, généra­tion après généra­tion, nous pour­rions pro­duire une race humaine haute­ment élevée, sans avoir plus ten­dance que nos races de chevaux et de renards de race établies depuis longtemps à se rabaiss­er aux types ances­traux plus méprisants.
Autrement dit, Malthus décou­vre un prob­lème économique : la sur­pop­u­la­tion et la rareté des ressources. En fait, c’est faux, car il n’y a pas pénurie de ressources, mais pénurie d’ac­cès en rai­son d’un sys­tème économique défail­lant. Néan­moins, Dar­win décou­vre la “sci­ence” biologique qui explique pourquoi il y a sur­pop­u­la­tion, c’est-à-dire que cer­taines per­son­nes n’évolu­ent pas assez intel­ligem­ment pour être aus­si rich­es que la noblesse bri­tan­nique, et Gal­ton arrive avec la sci­ence sociale qui prévoit com­ment résoudre le prob­lème. Les idées étaient en place, mais il fal­lait de l’ar­gent pour les dis­tribuer, comme le social­isme et le cap­i­tal­isme le feraient rapi­de­ment. En Angleterre, la Roy­al Soci­ety était de nature eugénique. En Amérique, le bureau Eugen­ics Record a été fondé pour faire des recherch­es sur l’hérédité afin de déter­min­er qui devrait être stéril­isé de force.
Comme je l’ai dit, Hitler ne s’est pas réveil­lé un jour en dis­ant “Eurê­ka ! Des cours de pureté géné­tique ! Sortez ces Juifs et ces Slaves du pat­ri­moine géné­tique de la race maîtresse”. D’ailleurs, Staline et Mao non plus. Ils étaient plutôt des étu­di­ants de la fausse sci­ence per­pé­tuée par les meilleurs et les plus bril­lants et financée par de rich­es cap­i­tal­istes comme Rock­e­feller, JP Mor­gan, Carnegie et autres. En Grande-Bre­tagne, la Roy­al Soci­ety for sci­en­tif­ic stud­ies avait depuis un cer­tain temps investi beau­coup de temps et d’én­ergie dans l’é­tude de l’eugénisme et dans la tenue de reg­istres sur la pop­u­la­tion pour déter­min­er qui était peut-être faible d’e­sprit. Rien qu’en Grande-Bre­tagne, on compte par­mi les adeptes de l’eugénisme et de son appli­ca­tion (stéril­i­sa­tion for­cée) l’é­con­o­miste John May­nard Keynes (qui a dirigé la société eugénique bri­tan­nique), les social­istes Fabi­an, le dra­maturge George Bernard Shaw, l’au­teur H.G. Wells, Win­ston Churchill, King Edward VIII et George VI, et enfin la reine Eliz­a­beth II. Keynes, le cap­i­tal­iste, appelait l’eugénisme “la branche la plus impor­tante, la plus sig­ni­fica­tive et, j’a­jouterais, la plus authen­tique de la soci­olo­gie qui existe[ !]”. “(“ Mot d’ou­ver­ture : La Con­férence Gal­ton”. Eugen­ics Review 38 (1) : 39–40.) C’é­tait en 1946, après que la pra­tique nazie de l’eugénisme fut bien con­nue et que les procès de Nurem­berg arrivèrent à leur terme.
Aux États-Unis, l’eugénisme est entré en vigueur au début des années 1900. Le Con­necti­cut, mon État d’o­rig­ine, a été le pre­mier à pro­mulguer une lég­is­la­tion eugénique et a été rapi­de­ment suivi. Ils ont pro­mul­gué une loi en 1896 inter­dis­ant le mariage à toute per­son­ne con­sid­érée comme “faible d’e­sprit”, une phrase accrocheuse pour les eugénistes pour décrire toute per­son­ne n’ayant pas des résul­tats d’ex­a­m­en assez élevés ou une apparence assez belle. Charles Dav­en­port, un sci­en­tifique con­sid­éré comme le “père du mou­ve­ment eugénique améri­cain”, a reçu des fonds de Carnegie pour fonder la Sta­tion for Exper­i­men­tal Evo­lu­tion, qu’il a ensuite rebap­tisée sim­ple­ment “The Carnegie depart­ment of genet­ics”. Dav­en­port a rédigé de nom­breux arti­cles sci­en­tifiques pré­con­isant l’in­ter­ven­tion du gou­verne­ment pour gér­er le stock humain. Il a été élu à l’A­cadémie nationale des sci­ences en 1912, et son tra­vail Hérédité en rela­tion avec l’eugénisme a été util­isé comme un manuel dans les uni­ver­sités jusqu’à la Sec­onde Guerre mon­di­ale. En dehors de cela, Dav­en­port a égale­ment été impliqué dans l’é­tude de la bio­métrie (dont nous par­lerons plus loin) qui a égale­ment été lancé par Gal­ton. Dav­en­port est devenu le chou­chou du mou­ve­ment eugéniste et a obtenu du finance­ment pour de nom­breux pro­jets, y com­pris le Eugen­ics Records Office, qui a été conçu pour exam­in­er les dossiers géné­tiques de cen­taines de mil­liers de familles améri­caines, même par le vol de tombes, afin de déter­min­er qui avait des stocks géné­tiques assez aptes à la repro­duc­tion. Les chercheurs en eugénisme de la tour d’ivoire ont ensuite déter­miné qui, par­mi des cen­taines de mil­liers de familles, serait retiré de l’his­toire par le droit posi­tif. Avec la “recherche de pointe” de Dav­en­port et des prin­ci­paux insti­tuts sci­en­tifiques, l’In­di­ana est devenu le pre­mier des 30 États à adopter des lois sur l’eugénisme involon­taire qui exig­eraient la stéril­i­sa­tion for­cée de tous ceux que le con­seil de l’eugénisme jugerait “faibles d’e­sprit”. Pour la plu­part d’en­tre nous, cela ressem­ble à quelque chose qui date de 1984, mais c’est pré­cisé­ment ce qui s’est passé en 1907 ! De plus, la Cour suprême a con­fir­mé la loi sur la stéril­i­sa­tion for­cée de la Vir­ginie en 1927 dans l’af­faire Buck c. Bell, où le juge Oliv­er Wen­dell Holmes, de la Cour suprême, a obtenu une majorité de 8 con­tre 1 :
Nous avons vu plus d’une fois que le bien-être pub­lic peut faire appel aux meilleurs citoyens pour leur vie. Il serait étrange qu’il ne puisse pas faire appel à ceux qui sapent déjà la force de l’É­tat pour ces sac­ri­fices moin­dres, sou­vent perçus comme tels par les intéressés, pour éviter que nous ne soyons sub­mergés d’in­com­pé­tence. Il vaut mieux pour le monde entier qu’au lieu d’at­ten­dre d’exé­cuter des enfants dégénérés pour com­met­tre des crimes, ou de les laiss­er mourir de faim à cause de leur imbé­cil­lité, la société puisse empêch­er ceux qui sont man­i­feste­ment inaptes de con­tin­uer leur espèce. Le principe qui sou­tient la vac­ci­na­tion oblig­a­toire est suff­isam­ment large pour cou­vrir la coupe des trompes de Fal­lope.
Com­ment cela a‑t-il pu se pro­duire aux États-Unis ? Un finance­ment mas­sif de la part des entre­pre­neurs, com­biné à l’idéolo­gie du social­isme dar­winien. C’é­tait la sci­ence établie, détenue par les médecins, les rich­es dona­teurs et le gou­verne­ment. La loi de Vir­ginie a été élaborée par Har­ry Laugh­lin, le sur­in­ten­dant du Eugenic Records Office de Dav­en­port. Laugh­lin a reçu de grands éloges des médecins alle­mands, et le Troisième Reich lui a offert un doc­tor­at hon­ori­fique de l’U­ni­ver­sité de Hei­dle­burg en 1936. Tout compte fait, ce n’est pas une mau­vaise journée de tra­vail, je sup­pose.
Revenant au Troisième Reich, Hitler, en 1924, a explicite­ment cité les lois eugéniques améri­caines comme source d’in­spi­ra­tion pour le gou­verne­ment qu’il allait créer :
Il y a aujour­d’hui un État où l’on con­state au moins de faibles débuts vers une meilleure conception[de l’im­mi­gra­tion]. Bien sûr, ce n’est pas notre mod­èle de République alle­mande, mais[les États-Unis], dans lequel on s’ef­force de con­sul­ter la rai­son au moins par­tielle­ment. En refu­sant par principe aux immi­grés des élé­ments en mau­vaise san­té, en exclu­ant sim­ple­ment cer­taines races de la nat­u­ral­i­sa­tion, elle pro­fesse, à ses débuts lents, une vision pro­pre à l’É­tat pop­u­laire.
Hitler a lu avec avid­ité l’œu­vre de Madi­son Grant (sans lien de par­en­té) “The Pass­ing of the Great Race”, et lui a même écrit une let­tre de fan. Dans ce texte, Grant a écrit :
Un sys­tème rigide de sélec­tion par l’élim­i­na­tion de ceux qui sont faibles ou inaptes — en d’autres ter­mes, les échecs soci­aux — résoudrait toute la ques­tion en cent ans, tout en nous per­me­t­tant de nous débar­rass­er des indésir­ables qui entassent nos pris­ons, nos hôpi­taux et nos asiles de fous. L’in­di­vidu lui-même peut être nour­ri, éduqué et pro­tégé par la com­mu­nauté de son vivant, mais l’É­tat, par la stéril­i­sa­tion, doit veiller à ce que sa lignée s’ar­rête avec lui, faute de quoi les généra­tions futures seront mau­dites par un sen­ti­men­tal­isme tou­jours plus lourd et malav­isé. C’est une solu­tion pra­tique, mis­éri­cordieuse et inévitable de l’ensem­ble du prob­lème, qui peut s’ap­pli­quer à un cer­cle de plus en plus large de rejets soci­aux, en com­mençant tou­jours par les crim­inels, les malades et les fous, et en s’é­ten­dant pro­gres­sive­ment aux types que l’on peut appel­er les faibles plutôt que les défectueux, et peut-être finale­ment les races sans valeur.
Ce livre n’é­tait pas seule­ment très inspi­rant pour Hitler, mais aus­si pour beau­coup d’autres mem­bres de l’estab­lish­ment sci­en­tifique améri­cain. Grant, ain­si que Dav­en­port, Laugh­lin et, bien sûr, Mar­garet Sanger (dont nous par­lerons plus loin dans la deux­ième par­tie) étaient très respec­tés. Leurs lois rég­naient en maître dans une majorité d’É­tats et ont même été retardées par la Cour suprême (Buck c. Bell). De plus, les sci­en­tifiques nazis présents au procès de Nurem­berg ont util­isé l’opin­ion du juge Holmes dans l’af­faire Buck v. Bell comme défense. Les lois du Troisième Reich sur l’eugénisme ont été mod­elées très étroite­ment sur la loi de la Vir­ginie et ont reçu des fonds pour la recherche eugénique de Rock­e­feller et Carnegie-Mel­lon, sans compter qu’IBM a fourni un finance­ment énorme et sa tech­nolo­gie de carte clé comme sys­tème de suivi pour les détenus des camps de con­cen­tra­tion comme ils étaient expéri­men­tés et tués pour la sci­ence. Les pre­miers ordi­na­teurs ont été une entre­prise cap­i­tal­iste pour tester un sys­tème de pistage sur des inno­cents à Tre­blin­ka, Sobi­bor et Auschwitz.
Les empreintes sanglantes du nation­al-social­isme ont été créées à par­tir d’un tri­an­gle du cauchemar malthusien, de l’évo­lu­tion dar­wini­enne et de la solu­tion de Gal­ton (finale­ment Hitler) au prob­lème com­binée à l’ar­gent des grandes entre­pris­es. N’ou­blions pas que Rock­e­feller, IBM et Carnegie, dont les manuels sco­laires par­lent à mer­veille, étaient des auto­di­dactes et des entre­pre­neurs prospères qui ont util­isé leur argent pour financer Otmar Frei­herr von Ver­schuer et Josef Men­gele (l’ange de la mort qui tra­vail­lait à Auschwitz), qui ont échap­pé aux pour­suites à Nurem­berg car les alliés s’é­taient jetés les uns sur les autres pour trou­ver le moyen de faire pay­er plus de sci­en­tifiques Nazis. La vérité est que l’eugénisme n’est pas mort avec Hitler, même s’il est tombé dans le dis­crédit, mais qu’il est plutôt bien vivant et qu’il est l’idée de base de tout gou­verne­ment, de tout finance­ment com­mer­cial et de nos prob­lèmes économiques actuels, bien qu’il fonc­tionne sous un nou­veau nom : le tran­shu­man­isme.

ADLAUDATOSI INTEGRAL ECOLOGY FORUM WEBINARS

OUR MISSION:

THE PURPOSE IS TO SHARE BEST PRACTICES AND PROMOTE ACTIONS AGAINST HUMAN TRAFFICKING.

WE MAKE AVAILABLE TO YOU GUIDES AND RESEARCH ON TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS FROM THE MOST RECOGNISED LEGAL AND OPERATIONAL ACTORS.

  • BIOETHICS
  • SUPPLY CHAINS

Human Trafficking — Interview with Prof. Michel Veuthey, Order of Malta — 44th UN Human Right Council 2020

POPE’S PAYER INTENTION FOR FEBRUARY 2020: Hear the cries of migrants victims of human trafficking

FRANCE — BLOG DU COLLECTIF “CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS”

Church on the frontlines in fight against human trafficking

Holy See — PUBLICATION OF PASTORAL ORIENTATIONS ON HUMAN TRAFFICKING 2019

RIGHT TO LIFE AND HUMAN DIGNITY GUIDEBOOK

Catholic social teaching

Doctrine sociale de l’Église catholique

That Moment Your Inner Activist Awakens: Nobel Peace Prize winner Kailash Satyarthi

Pope Francis joins religious leaders of different faiths, in fight against modern slavery

Michel Veuthey talks about the Order of Malta’s involvement in fighting human trafficking

Register to our series of webinars adlaudatosi on Human Trafficking

 
 

You have successfully registered !