Select Page

The Distributist Review – EUGENICS: THE WAR OF CAPITALISM AND SOCIALISM AGAINST HUMANITY AND ITS NEW FORM AS TRANSHUMANISM / EUGÉNISME : LA GUERRE DU CAPITALISME ET DU SOCIALISME CONTRE L’HUMANITÉ ET SA NOUVELLE FORME EN TANT QUE TRANSHUMANISME

The Distributist Review – EUGENICS: THE WAR OF CAPITALISM AND SOCIALISM AGAINST HUMANITY AND ITS NEW FORM AS TRANSHUMANISM / EUGÉNISME : LA GUERRE DU CAPITALISME ET DU SOCIALISME CONTRE L’HUMANITÉ ET SA NOUVELLE FORME EN TANT QUE TRANSHUMANISME

Click on the following image to get the orignal article :

Vous trouverez la traduction française à la suite du texte anglais.

EUGENICS: THE WAR OF CAPITALISM AND SOCIALISM AGAINST HUMANITY

Eugenics is generally associated with Socialism, particularly National Socialism as it was the guiding science applied by the Third Reich. In fact, the Holocaust was not primarily based on race, that was an effect not a cause, rather the cause was the pursuit of a false science, which is promoted even more strongly today than earlier in the 20th century. It has only gone underground. Rudolph Hess, the deputy Führer of the third Reich put it, “National Socialism is nothing other than applied biology.” The Nazi’s were not just convinced that they were pursuing science, but that they were assisting evolution with the “science” of eugenics. Hitler, however, did not come up with this out of the blue, he was inspired, as he says in Mein Kampf, by the laws already on the books in over 30 American States (put in place during the Free Market Roaring 20’s) to force those considered “feeble-minded”, or whose family had birth defects or children with low test scores to be forcibly sterilized. Like the money which would eventually be donated to Germany to fund Joseph Mengele, the angel of death, the funding and political pressure for forced sterilization laws were funded by wealthy Capitalists, the Rockefeller foundation and Carnegie Mellon.

Most people today are under the impression that Eugenics died with Hitler, but this is not the case. It is alive and well, funded by the Capitalist system and pushed by Socialist philosophy. To understand why that is we have to look at exactly what Eugenics is, and how it started.

The first step in that process is to trace the roots of the founding of Eugenics, and that starts with Thomas Robert Malthus.

Malthus was a clergyman and a professor of history who wrote An Essay on Population(1798) where he predicated, based purely on arithmetic that the world’s population will double every 25 years while food can never catch up. As such misery will increase and disease will take its toll. For Malthus, this is a good thing and should be assisted:

Instead of recommending cleanliness to the poor, we should encourage contrary habits. In our towns we should make the streets narrower, crowd more people into the houses, and court the return of the plague. In the country, we should build our villages near stagnant pools, and particularly encourage settlements in all marshy and unwholesome situations. But above all, we should reprobate specific remedies for ravaging diseases; and those benevolent, but much mistaken men, who have thought they were doing a service to mankind by projecting schemes for the total extirpation of particular diseases.

He adds in the Essay on Population:

It does not … by any means seem impossible that by an attention to breed, a certain degree of improvement, similar to that among animals, might take place among men. Whether intellect could be communicated may be a matter of doubt; but size, strength, beauty, complexion, and perhaps longevity are in a degree transmissible…. As the human race, however, could not be improved in this way without condemning all the bad specimens to celibacy, it is not probable that an attention to breed should ever become general.

Apart from being unconcerned with human beings, Malthus was a capitalist philosopher advocating a solution to capitalist problems. Thus the population buzz instigated by Malthus comes to present an economic problem. It also has political realities which come to bear on our subject, namely the control of resources. Kissinger advocated a depopulation of Africa so that the US and Europe could maintain control of Africa’s resources, even by using food as a weapon in his Nixon era memorandum NSM 200.

Malthus’ theories had a huge impact on Charles Darwin, an admirer of Malthus, who attempted to explain by a natural and biological model the scientific application of Malthus’ economic thought. Irrespective of one’s thinking on what constitutes “Darwinism” today or its truth or fantasy, (one can theoretically hold to it without support Eugenics) Darwin’s aim was to show, as a member of the nobility, why those who were on top of the British Empire were in fact the strongest and the best and deserved their position. Essentially, Malthus highlighted an economic problem and Darwin wanted to find the economic cause. His work in Origin of Species produced one main doctrine to keep track of: Survival of the Fittest—that evolution comes about through struggle, and nature selects the most fit. In a lesser known work by Darwin, Descent of Man, which is virtually never read, he argues for what will become Eugenic teaching in the future:

Yet he might by selection do something not only for the bodily constitution and frame of his offspring, but for their intellectual and moral qualities. Both sexes ought to refrain from marriage if they are in any marked degree inferior in body or mind; but such hopes are Utopian and will never be even partially realised until the laws of inheritance are thoroughly known. Everyone does good service, who aids towards this end. When the principles of breeding and inheritance are better understood, we shall not hear ignorant members of our legislature rejecting with scorn a plan for ascertaining whether or not consanguineous marriages [marriages between close relatives] are injurious to man.

Darwin’s teaching, with the assistance of Thomas Huxley (Grandfather of Julian and Aldous Huxley), was spread quickly as “science” all over England, Europe and the United States, and later via Communism to Russia and China. Its influence reached many spheres. Karl Marx explained that his philosophy would be impossible if it were not for the vehicle of Darwinian Science. We’ll return to Marx and communism later. It also influenced Darwin’s half-cousin Sir Francis Galton, the founder of the science of Statistics. Galton, who was also influenced by Malthus, saw a way to make a science applying Malthus’ economic thinking, and his half-cousin’s teaching on biology as a new social science, namely Eugenics (From the Greek ευ, good; γενες, race, type, or clan from which today we derive the word “gene”).

For Galton, applying Darwin, it is obvious that human beings pass on certain traits to the next generation. So if this can be done with animals, why can we not breed humans? Therefore heredity could be manipulated by forced mating (breeding) in order to produce superior human beings. For Galton, this will come in three stages, first., he writes:

If a twentieth part of the cost and pains were spent in measures for the improvement of the human race that is spent on the improvement of the breed of horses and cattle, what a galaxy of genius might we not create! We might introduce prophets and high priests of civilization into the world, as surely as we can propagate idiots by mating cretins. Men and women of the present day are, to those we might hope to bring into existence, what the pariah dogs of the streets of an Eastern town are to our own highly-bred varieties.

The feeble nations of the world are necessarily giving way before the nobler varieties of mankind; and even the best of these, so far as we know them, seem unequal to their work. The average culture of mankind is become so much higher than it was, and the branches of knowledge and history so various and extended, that few are capable even of comprehending the exigencies of our modern civilization; much less of fulfilling them. We are living in a sort of intellectual anarchy, for the want of master minds. The general intellectual capacity of our leaders requires to be raised, and also to be differentiated. We want abler commanders, statesmen, thinkers, inventors, and artists. The natural qualifications of our race are no greater than they used to be in semi-barbarous times, though the conditions amid which we are born are vastly more complex than of old. The foremost minds of the present day seem to stagger and halt under an intellectual load too heavy for their powers. No one, I think, can doubt, from the facts and analogies I have brought forward, that, if talented men were mated with talented women, of the same mental and physical characters as themselves, generation after generation, we might produce a highly-bred human race, with no more tendency to revert to meaner ancestral types than is shown by our long-established breeds of race-horses and fox-hounds.

Or, to put it another way, Malthus discovers an economic problem: overpopulation and scarcity of resources. This is in fact false as there is no scarcity of resources but a scarcity of access based on a faulty economic system. Nevertheless, Darwin discovers the biological “science” that explains why there is overpopulation, i.e. some people do not evolve smart enough to be as wealthy as the British nobility, and Galton comes around with the social science which predicates how to solve the problem. The ideas were in place, but needed money to be spread around, as they quickly would be by both Socialism and Capitalism. In England, the Royal Society was eugenic in nature. In America the Eugenics Record office was founded to research heredity in order to determine who should be forcibly sterilized.

As I noted, Hitler did not wake up one day and say “Eureka! Courts of genetic purity! Get these Jews and Slavs out of the master race gene pool”. For that matter neither did Stalin or Mao. Rather, they were students of the false science perpetuated by the best and brightest and funded by wealthy capitalists like Rockefeller, JP Morgan, Carnegie and others. In Britain, the Royal Society for scientific studies had for some time invested a great deal of time and energy into the study of eugenics, and keeping records on the population to determine who might be feeble-minded. In Britain alone, we can count among the adherents of Eugenics and its application (i.e. forced sterilization) economist John Maynard Keynes (who served as the director for the British Eugenics society), Fabian socialists, the playwright George Bernard Shaw, author H.G. Wells, Winston Churchill, Kings Edward VIII and George VI, and lastly Queen Elizabeth II. Keynes, the Capitalist, called Eugenics “the most important, significant and, I would add, genuine branch of sociology which exists[!].” (“Opening remarks: The Galton Lecture”. Eugenics Review 38 (1): 39–40.) This was in 1946, after the Nazi’s practice of Eugenics was well-known and the Nuremberg trials were coming to a conclusion.

In the United States, Eugenics went into practice at the beginning of the 1900s. Connecticut, my home state, became the first to enact some type of Eugenic legislation and was quickly followed. They enacted a law in 1896 forbidding marriage to anyone considered to be “feeble-minded”, a catch phrase for Eugenicists to describe anyone without high enough test scores or enough good looks. Charles Davenport, a scientist considered the “Father of the American Eugenics movement”, received funding from Carnegie to found the Station for Experimental Evolution, which he later renamed simply “The Carnegie department of genetics.” Davenport wrote numerous scientific papers advocating government intervention to manage the human stock. He was elected to the National Academy of the Sciences in 1912, and his work Heredity in relation to Eugenics was used as a textbook in universities until World Ward II. Apart from that, Davenport was also involved in the study of Biometrics (which we will get to later) that was also pioneered by Galton. Davenport became the darling of the Eugenics movement, and secured funding for many projects including the Eugenics Records Office, which was designed to examine genetic records from hundreds of thousands of American families, even by grave robbing, to determine who had genetic stocks fit enough to breed. The ivory tower eugenics researchers then plotted whom among hundreds of thousands of families would be removed from history by positive law. With the “cutting edge research” of Davenport and the main institutes for science, Indiana became the first state of 30 states to pass involuntary eugenics laws which would require forced sterilization on any that the state eugenics board would deem “feeble-minded”. To most of us this sounds like something out of 1984, but this is precisely what happened, in 1907! Not only that, the Supreme Court upheld the Virginia forced sterilization law in 1927 in Buck v. Bell, where Supreme Court Justice Oliver Wendell Holmes wrote for an 8-1 majority:

We have seen more than once that the public welfare may call upon the best citizens for their lives. It would be strange if it could not call upon those who already sap the strength of the State for these lesser sacrifices, often not felt to be such by those concerned, to prevent our being swamped with incompetence. It is better for all the world, if instead of waiting to execute degenerate offspring for crime, or to let them starve for their imbecility, society can prevent those who are manifestly unfit from continuing their kind. The principle that sustains compulsory vaccination is broad enough to cover cutting the Fallopian tubes.

How could this happen in the United States? Massive funding from entrepreneurs, combined with the ideology of Darwinian socialism. This was the established science, held by doctors, wealthy donors, and government. The Virginia law was crafted by Harry Laughlin, the superintendent for Davenport’s Eugenic Records Office. Laughlin was given high praise by German doctors, and the Third Reich offered him an honorary doctorate from Heidleburg University in 1936. All in all not a bad day’s work I suppose.

Returning to the Third Reich, in 1924 Hitler explicitly cited American eugenics laws as the inspiration for the government he would create:

There is today one state in which at least weak beginnings toward a better conception [of immigration] are noticeable. Of course, it is not our model German Republic, but [the US], in which an effort is made to consult reason at least partially. By refusing immigrants on principle to elements in poor health, by simply excluding certain races from naturalization, it professes in slow beginnings a view that is peculiar to the People’s State.

Hitler avidly read Madison Grant’s (no relation) work “The Passing of the Great Race”, and even wrote him a fan letter. In that text, Grant wrote:

A rigid system of selection through the elimination of those who are weak or unfit—in other words social failures—would solve the whole question in one hundred years, as well as enable us to get rid of the undesirables who crowd our jails, hospitals, and insane asylums. The individual himself can be nourished, educated and protected by the community during his lifetime, but the state through sterilization must see to it that his line stops with him, or else future generations will be cursed with an ever-increasing load of misguided sentimentalism. This is a practical, merciful, and inevitable solution of the whole problem, and can be applied to an ever-widening circle of social discards, beginning always with the criminal, the diseased, and the insane, and extending gradually to types which may be called weaklings rather than defectives, and perhaps ultimately to worthless race types.

This book was not only highly inspirational to Hitler, but to many in the American scientific establishment. Grant, along with Davenport, Laughlin, and of course Margaret Sanger (about whom more will be written in part 2) were highly respected. Their laws reigned supreme in a majority of states and were even held up by the Supreme Court (Buck vs. Bell). Furthermore Nazi scientists at the Nuremberg trials used Justice Holmes opinion in Buck v. Bell as a defense. The Third Reich’s eugenics laws were modeled very closely off of the Virginia law, and received funding for Eugenics research from Rockefeller and Carnegie-Mellon, not to mention that IBM provided tremendous funding and its key card technology as a tracking system for concentration camp inmates as they were experimented on and murdered for science. The first computers were a capitalist venture to test a tracking system on innocent people in Treblinka, Sobibor and Auschwitz.

National Socialism’s bloody footprints were created from a triangle of the Malthusian nightmare, Darwinian Evolution, and Galton’s (eventually Hitler’s) solution for the problem combined with big money from big business. We need not forget that Rockefeller, IBM and Carnegie, of whom wonderful things are written of in textbooks, were self-made men and successful entrepreneurs who used their money to fund Otmar Freiherr von Verschuer and Josef Mengele (the angel of death who worked in Auschwitz), both of whom escaped prosecution at Nuremberg because the Allies jumped over each other to see who could pony up more money to buy more Nazi scientists. The truth is Eugenics did not die with Hitler, even though it has fallen into disrepute, rather it is alive and well and the base idea for all government, all business funding, and our current economic woes, though it operates on a new name: Transhumanism.


EUGÉNISME : LA GUERRE DU CAPITALISME ET DU SOCIALISME CONTRE L'HUMANITÉ

Le 22 mai 2012, 

L'eugénisme est généralement associé au socialisme, en particulier au national-socialisme car c'était la science directrice appliquée par le Troisième Reich. En fait, l'Holocauste n'était pas principalement fondé sur la race, c'était un effet et non une cause, mais plutôt sur la poursuite d'une fausse science, dont la promotion est encore plus forte aujourd'hui qu'au début du XXe siècle. Elle n'a fait que passer sous terre. Rudolph Hess, le député Führer du troisième Reich a dit : "Le national-socialisme n'est rien d'autre que la biologie appliquée." Les nazis n'étaient pas seulement convaincus qu'ils poursuivaient la science, mais qu'ils aidaient l'évolution avec la "science" de l'eugénisme. Hitler, cependant, n'est pas arrivé à cela de façon inattendue, il a été inspiré, comme il le dit dans Mein Kampf, par les lois déjà en vigueur dans plus de 30 États américains (mises en place pendant les années 20 du libre marché) pour forcer ceux considérés comme "faibles d'esprit", ou dont la famille avait des défauts de naissance ou des enfants à faible score aux tests à être stérilisés par la force. Tout comme l'argent qui serait finalement donné à l'Allemagne pour financer Joseph Mengele, l'ange de la mort, le financement et la pression politique pour des lois de stérilisation forcée ont été financés par de riches capitalistes, la fondation Rockefeller et Carnegie Mellon.
La plupart des gens aujourd'hui ont l'impression que l'eugénisme est mort avec Hitler, mais ce n'est pas le cas. Elle est bien vivante, financée par le système capitaliste et poussée par la philosophie socialiste. Pour comprendre pourquoi c'est le cas, nous devons examiner ce qu'est exactement l'eugénisme et comment il a commencé.
La première étape de ce processus consiste à retracer les racines de la fondation de l'eugénisme, et cela commence avec Thomas Robert Malthus.
Malthus était un ecclésiastique et un professeur d'histoire qui a écrit An Essay on Population (1798) où il a prédit, en se basant uniquement sur l'arithmétique, que la population mondiale doublera tous les 25 ans alors que la nourriture ne pourra jamais rattraper. Ainsi, la misère augmentera et la maladie fera des ravages. Pour Malthus, c'est une bonne chose et il faut l'aider :
Au lieu de recommander la propreté aux pauvres, nous devrions encourager les habitudes contraires. Dans nos villes, nous devrions rendre les rues plus étroites, entasser plus de gens dans les maisons et courtiser le retour de la peste. Dans le pays, nous devrions construire nos villages près des mares stagnantes, et encourager particulièrement les établissements humains dans toutes les situations marécageuses et malsaines. Mais par-dessus tout, nous devrions réprouver les remèdes spécifiques pour ravager les maladies ; et ces hommes bienveillants, mais beaucoup d'hommes erronés, qui ont pensé qu'ils rendaient service à l'humanité en projetant des plans pour la disparition totale de maladies particulières.
Il ajoute dans son Essai sur la population :
Il ne semble en aucun cas impossible que par une attention à la race, un certain degré d'amélioration, semblable à celui des animaux, puisse avoir lieu chez les hommes. Que l'intellect puisse être communiqué peut être une question de doute ; mais la taille, la force, la beauté, le teint, et peut-être la longévité sont dans un degré transmissibles...... Cependant, l'espèce humaine ne pouvant être améliorée de cette façon sans condamner au célibat tous les mauvais spécimens, il est peu probable qu'une attention à la race se généralise un jour.
En plus d'être indifférent aux êtres humains, Malthus était un philosophe capitaliste qui préconisait une solution aux problèmes capitalistes. Ainsi, le buzz démographique initié par Malthus vient poser un problème économique. Il y a aussi des réalités politiques qui s'appliquent à notre sujet, à savoir le contrôle des ressources. M. Kissinger a préconisé un dépeuplement de l'Afrique afin que les États-Unis et l'Europe puissent garder le contrôle des ressources de l'Afrique, même en utilisant la nourriture comme une arme dans son mémorandum NSM 200 de l'ère Nixon.
Les théories de Malthus ont eu un impact énorme sur Charles Darwin, un admirateur de Malthus, qui a tenté d'expliquer par un modèle naturel et biologique l'application scientifique de la pensée économique de Malthus. Quelle que soit sa pensée sur ce qui constitue aujourd'hui le "darwinisme", sa vérité ou sa fantaisie (on peut théoriquement s'y tenir sans soutien eugénique), le but de Darwin était de montrer, en tant que membre de la noblesse, pourquoi ceux qui étaient au pouvoir dans l'Empire britannique étaient en fait les plus forts, les meilleurs et méritaient leur position. Essentiellement, Malthus a mis en lumière un problème économique et Darwin voulait en trouver la cause économique. Son travail sur l'Origine des espèces a produit une doctrine principale à suivre : Survie du Fittest-que l'évolution est le fruit d'une lutte et que la nature sélectionne les plus aptes. Dans une œuvre moins connue de Darwin, Descente de l'homme, qui n'est pratiquement jamais lue, il plaide pour ce qui deviendra l'enseignement eugénique dans le futur :
Pourtant, il pourrait, par sélection, faire quelque chose non seulement pour la constitution corporelle et le cadre de sa progéniture, mais aussi pour ses qualités intellectuelles et morales. Les deux sexes devraient s'abstenir de se marier s'ils sont, à quelque degré que ce soit, inférieurs de corps ou d'esprit ; mais de tels espoirs sont utopiques et ne se réaliseront jamais, même partiellement, tant que les lois de l'héritage ne seront pas parfaitement connues. Tout le monde rend un bon service, qui aide à cette fin. Lorsque les principes de l'élevage et de l'héritage seront mieux compris, nous n'entendrons pas des membres ignorants de notre législature rejeter avec mépris un plan visant à déterminer si les mariages consanguins[mariages entre parents proches] sont préjudiciables ou non à l'homme.
L'enseignement de Darwin, avec l'aide de Thomas Huxley (grand-père de Julien et Aldous Huxley), se répandit rapidement comme "science" dans toute l'Angleterre, l'Europe et les Etats-Unis, et plus tard via le communisme en Russie et en Chine. Son influence s'est étendue à de nombreuses sphères. Karl Marx a expliqué que sa philosophie serait impossible sans le véhicule de la science darwinienne. Nous reviendrons à Marx et au communisme plus tard. Il a également influencé le demi-cousin de Darwin, Sir Francis Galton, le fondateur de la science de la statistique. Galton, qui a également été influencé par Malthus, a vu une façon de faire une science appliquant la pensée économique de Malthus, et son demi-cousin l'enseignement de la biologie comme une nouvelle science sociale, à savoir Eugénisme (Du grec ευ, bon ; γενες, race, type, ou clan dont on tire le mot "gene").
Pour Galton, en appliquant Darwin, il est évident que les êtres humains transmettent certains traits à la génération suivante. Donc, si cela peut être fait avec des animaux, pourquoi ne pouvons-nous pas élever des humains ? Par conséquent, l'hérédité pourrait être manipulée par l'accouplement forcé (reproduction) afin de produire des êtres humains supérieurs. Pour Galton, cela se fera en trois étapes, d'abord, écrit-il :
Si une vingtième partie du coût et des douleurs a été dépensée en mesures pour l'amélioration de la race humaine qui est dépensée sur l'amélioration de la race des chevaux et du bétail, quelle galaxie de génie nous ne pourrions pas créer ! Nous pourrions introduire des prophètes et des grands prêtres de civilisation dans le monde, aussi sûrement que nous pouvons propager des idiots par l'accouplement des crétins. Les hommes et les femmes d'aujourd'hui sont, pour ceux que l'on peut espérer voir naître, ce que les chiens parias des rues d'une ville orientale sont à nos propres variétés hautement sélectionnées.
Les nations faibles du monde sont nécessairement en train de céder devant les variétés les plus nobles de l'humanité ; et même les meilleures d'entre elles, pour autant que nous les connaissions, semblent inégales par rapport à leur travail. La culture moyenne de l'humanité est devenue tellement plus élevée qu'elle ne l'était, et les branches de la connaissance et de l'histoire tellement variées et étendues, que peu sont capables de comprendre les exigences de notre civilisation moderne, encore moins de les satisfaire. Nous vivons dans une sorte d'anarchie intellectuelle, par manque de maîtres esprits. La capacité intellectuelle générale de nos dirigeants exige d'être élevé, et aussi d'être différencié. Nous voulons des commandants, des hommes d'État, des penseurs, des inventeurs et des artistes plus aptes. Les qualifications naturelles de notre race ne sont pas plus grandes qu'elles ne l'étaient à l'époque semi-barbarbare, bien que les conditions dans lesquelles nous sommes nés soient beaucoup plus complexes que par le passé. Les esprits les plus en vue d'aujourd'hui semblent chanceler et s'arrêter sous une charge intellectuelle trop lourde pour leurs pouvoirs. Personne, je pense, ne peut douter, d'après les faits et les analogies que j'ai présentés, que si des hommes talentueux étaient accouplés à des femmes talentueuses, ayant les mêmes caractères mentaux et physiques qu'eux, génération après génération, nous pourrions produire une race humaine hautement élevée, sans avoir plus tendance que nos races de chevaux et de renards de race établies depuis longtemps à se rabaisser aux types ancestraux plus méprisants.
Autrement dit, Malthus découvre un problème économique : la surpopulation et la rareté des ressources. En fait, c'est faux, car il n'y a pas pénurie de ressources, mais pénurie d'accès en raison d'un système économique défaillant. Néanmoins, Darwin découvre la "science" biologique qui explique pourquoi il y a surpopulation, c'est-à-dire que certaines personnes n'évoluent pas assez intelligemment pour être aussi riches que la noblesse britannique, et Galton arrive avec la science sociale qui prévoit comment résoudre le problème. Les idées étaient en place, mais il fallait de l'argent pour les distribuer, comme le socialisme et le capitalisme le feraient rapidement. En Angleterre, la Royal Society était de nature eugénique. En Amérique, le bureau Eugenics Record a été fondé pour faire des recherches sur l'hérédité afin de déterminer qui devrait être stérilisé de force.
Comme je l'ai dit, Hitler ne s'est pas réveillé un jour en disant "Eurêka ! Des cours de pureté génétique ! Sortez ces Juifs et ces Slaves du patrimoine génétique de la race maîtresse". D'ailleurs, Staline et Mao non plus. Ils étaient plutôt des étudiants de la fausse science perpétuée par les meilleurs et les plus brillants et financée par de riches capitalistes comme Rockefeller, JP Morgan, Carnegie et autres. En Grande-Bretagne, la Royal Society for scientific studies avait depuis un certain temps investi beaucoup de temps et d'énergie dans l'étude de l'eugénisme et dans la tenue de registres sur la population pour déterminer qui était peut-être faible d'esprit. Rien qu'en Grande-Bretagne, on compte parmi les adeptes de l'eugénisme et de son application (stérilisation forcée) l'économiste John Maynard Keynes (qui a dirigé la société eugénique britannique), les socialistes Fabian, le dramaturge George Bernard Shaw, l'auteur H.G. Wells, Winston Churchill, King Edward VIII et George VI, et enfin la reine Elizabeth II. Keynes, le capitaliste, appelait l'eugénisme "la branche la plus importante, la plus significative et, j'ajouterais, la plus authentique de la sociologie qui existe[ !]". "(" Mot d'ouverture : La Conférence Galton". Eugenics Review 38 (1) : 39-40.) C'était en 1946, après que la pratique nazie de l'eugénisme fut bien connue et que les procès de Nuremberg arrivèrent à leur terme.
Aux États-Unis, l'eugénisme est entré en vigueur au début des années 1900. Le Connecticut, mon État d'origine, a été le premier à promulguer une législation eugénique et a été rapidement suivi. Ils ont promulgué une loi en 1896 interdisant le mariage à toute personne considérée comme "faible d'esprit", une phrase accrocheuse pour les eugénistes pour décrire toute personne n'ayant pas des résultats d'examen assez élevés ou une apparence assez belle. Charles Davenport, un scientifique considéré comme le "père du mouvement eugénique américain", a reçu des fonds de Carnegie pour fonder la Station for Experimental Evolution, qu'il a ensuite rebaptisée simplement "The Carnegie department of genetics". Davenport a rédigé de nombreux articles scientifiques préconisant l'intervention du gouvernement pour gérer le stock humain. Il a été élu à l'Académie nationale des sciences en 1912, et son travail Hérédité en relation avec l'eugénisme a été utilisé comme un manuel dans les universités jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. En dehors de cela, Davenport a également été impliqué dans l'étude de la biométrie (dont nous parlerons plus loin) qui a également été lancé par Galton. Davenport est devenu le chouchou du mouvement eugéniste et a obtenu du financement pour de nombreux projets, y compris le Eugenics Records Office, qui a été conçu pour examiner les dossiers génétiques de centaines de milliers de familles américaines, même par le vol de tombes, afin de déterminer qui avait des stocks génétiques assez aptes à la reproduction. Les chercheurs en eugénisme de la tour d'ivoire ont ensuite déterminé qui, parmi des centaines de milliers de familles, serait retiré de l'histoire par le droit positif. Avec la "recherche de pointe" de Davenport et des principaux instituts scientifiques, l'Indiana est devenu le premier des 30 États à adopter des lois sur l'eugénisme involontaire qui exigeraient la stérilisation forcée de tous ceux que le conseil de l'eugénisme jugerait "faibles d'esprit". Pour la plupart d'entre nous, cela ressemble à quelque chose qui date de 1984, mais c'est précisément ce qui s'est passé en 1907 ! De plus, la Cour suprême a confirmé la loi sur la stérilisation forcée de la Virginie en 1927 dans l'affaire Buck c. Bell, où le juge Oliver Wendell Holmes, de la Cour suprême, a obtenu une majorité de 8 contre 1 :
Nous avons vu plus d'une fois que le bien-être public peut faire appel aux meilleurs citoyens pour leur vie. Il serait étrange qu'il ne puisse pas faire appel à ceux qui sapent déjà la force de l'État pour ces sacrifices moindres, souvent perçus comme tels par les intéressés, pour éviter que nous ne soyons submergés d'incompétence. Il vaut mieux pour le monde entier qu'au lieu d'attendre d'exécuter des enfants dégénérés pour commettre des crimes, ou de les laisser mourir de faim à cause de leur imbécillité, la société puisse empêcher ceux qui sont manifestement inaptes de continuer leur espèce. Le principe qui soutient la vaccination obligatoire est suffisamment large pour couvrir la coupe des trompes de Fallope.
Comment cela a-t-il pu se produire aux États-Unis ? Un financement massif de la part des entrepreneurs, combiné à l'idéologie du socialisme darwinien. C'était la science établie, détenue par les médecins, les riches donateurs et le gouvernement. La loi de Virginie a été élaborée par Harry Laughlin, le surintendant du Eugenic Records Office de Davenport. Laughlin a reçu de grands éloges des médecins allemands, et le Troisième Reich lui a offert un doctorat honorifique de l'Université de Heidleburg en 1936. Tout compte fait, ce n'est pas une mauvaise journée de travail, je suppose.
Revenant au Troisième Reich, Hitler, en 1924, a explicitement cité les lois eugéniques américaines comme source d'inspiration pour le gouvernement qu'il allait créer :
Il y a aujourd'hui un État où l'on constate au moins de faibles débuts vers une meilleure conception[de l'immigration]. Bien sûr, ce n'est pas notre modèle de République allemande, mais[les États-Unis], dans lequel on s'efforce de consulter la raison au moins partiellement. En refusant par principe aux immigrés des éléments en mauvaise santé, en excluant simplement certaines races de la naturalisation, elle professe, à ses débuts lents, une vision propre à l'État populaire.
Hitler a lu avec avidité l'œuvre de Madison Grant (sans lien de parenté) "The Passing of the Great Race", et lui a même écrit une lettre de fan. Dans ce texte, Grant a écrit :
Un système rigide de sélection par l'élimination de ceux qui sont faibles ou inaptes - en d'autres termes, les échecs sociaux - résoudrait toute la question en cent ans, tout en nous permettant de nous débarrasser des indésirables qui entassent nos prisons, nos hôpitaux et nos asiles de fous. L'individu lui-même peut être nourri, éduqué et protégé par la communauté de son vivant, mais l'État, par la stérilisation, doit veiller à ce que sa lignée s'arrête avec lui, faute de quoi les générations futures seront maudites par un sentimentalisme toujours plus lourd et malavisé. C'est une solution pratique, miséricordieuse et inévitable de l'ensemble du problème, qui peut s'appliquer à un cercle de plus en plus large de rejets sociaux, en commençant toujours par les criminels, les malades et les fous, et en s'étendant progressivement aux types que l'on peut appeler les faibles plutôt que les défectueux, et peut-être finalement les races sans valeur.
Ce livre n'était pas seulement très inspirant pour Hitler, mais aussi pour beaucoup d'autres membres de l'establishment scientifique américain. Grant, ainsi que Davenport, Laughlin et, bien sûr, Margaret Sanger (dont nous parlerons plus loin dans la deuxième partie) étaient très respectés. Leurs lois régnaient en maître dans une majorité d'États et ont même été retardées par la Cour suprême (Buck c. Bell). De plus, les scientifiques nazis présents au procès de Nuremberg ont utilisé l'opinion du juge Holmes dans l'affaire Buck v. Bell comme défense. Les lois du Troisième Reich sur l'eugénisme ont été modelées très étroitement sur la loi de la Virginie et ont reçu des fonds pour la recherche eugénique de Rockefeller et Carnegie-Mellon, sans compter qu'IBM a fourni un financement énorme et sa technologie de carte clé comme système de suivi pour les détenus des camps de concentration comme ils étaient expérimentés et tués pour la science. Les premiers ordinateurs ont été une entreprise capitaliste pour tester un système de pistage sur des innocents à Treblinka, Sobibor et Auschwitz.
Les empreintes sanglantes du national-socialisme ont été créées à partir d'un triangle du cauchemar malthusien, de l'évolution darwinienne et de la solution de Galton (finalement Hitler) au problème combinée à l'argent des grandes entreprises. N'oublions pas que Rockefeller, IBM et Carnegie, dont les manuels scolaires parlent à merveille, étaient des autodidactes et des entrepreneurs prospères qui ont utilisé leur argent pour financer Otmar Freiherr von Verschuer et Josef Mengele (l'ange de la mort qui travaillait à Auschwitz), qui ont échappé aux poursuites à Nuremberg car les alliés s'étaient jetés les uns sur les autres pour trouver le moyen de faire payer plus de scientifiques Nazis. La vérité est que l'eugénisme n'est pas mort avec Hitler, même s'il est tombé dans le discrédit, mais qu'il est plutôt bien vivant et qu'il est l'idée de base de tout gouvernement, de tout financement commercial et de nos problèmes économiques actuels, bien qu'il fonctionne sous un nouveau nom : le transhumanisme.

About The Author

ONLINE COURSE ON HUMAN TRAFFICKING

COURS 13 DÉCEMBRE 2019 À GENÈVE

Holy Mass on Monday 2 December

OUR MISSION:

THE PURPOSE IS TO SHARE BEST PRACTICES AND PROMOTE ACTIONS AGAINST HUMAN TRAFFICKING.

WE MAKE AVAILABLE TO YOU GUIDES AND RESEARCH ON TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS FROM THE MOST RECOGNISED LEGAL AND OPERATIONAL ACTORS.

Human Trafficking – Interview with Prof. Michel Veuthey, Order of Malta

Church on the frontlines in fight against human trafficking

Holy See – PUBLICATION OF PASTORAL ORIENTATIONS ON HUMAN TRAFFICKING 2019

RIGHT TO LIFE AND HUMAN DIGNITY GUIDEBOOK

Catholic social teaching

Doctrine sociale de l’Église catholique

That Moment Your Inner Activist Awakens: Nobel Peace Prize winner Kailash Satyarthi

Pope Francis joins religious leaders of different faiths, in fight against modern slavery

Michel Veuthey talks about the Order of Malta’s involvement in fighting human trafficking

Gaudete et exsultate- A guide to Christianity for the 21st Century: the new Apostolic Exhortation of Pope Francis

QUELS SONT LES OBJECTIFS, LES MOYENS ET LES VALEURS QUI ANIMENT LA POLITIQUE EXTÉRIEURE DU VATICAN DIRIGÉ PAR LE PAPE FRANÇOIS ?

A WOMAN CAPTURED – Domestic slave for 10 years

THE ENOUGH PROJECT – END CONFLICTS & SUPPLY CHAINS

TED – HOW TO FIGHT MODERN SLAVERY (Kevin Bales)?

BLOOD AND EARTH : MODERN SLAVERY, ECOCIDE AND THE SECRET TO SAVING THE WORLD

NEW CANNIBAL MARKETS : GLOBALIZATION AND COMMODIFICATION OF THE HUMAN BODY

Photographer Lisa Kristine travels the world documenting the unbearably harsh realities of modern-day slavery

POSTS LIST

Recent Posts