Select Page

Pope urges concrete, urgent action to prevent abuse of minors in digital world / Protection des mineurs dans le monde numérique : collaborer à tous les niveaux

Pope urges concrete, urgent action to prevent abuse of minors in digital world / Protection des mineurs dans le monde numérique : collaborer à tous les niveaux
Advertisement

Dis­cours du pape François.

Majesté, Altesse,

Dis­tin­guées Autorités et respon­s­ables religieux,

Émi­nences, Excellences,

Mes­dames et Messieurs,

Je remer­cie Son Altesse le Cheikh Saif Bin Zayed al Nahyan et le père Fed­eri­co Lom­bar­di pour leurs aimables paroles de salu­ta­tion et d’introduction.

L’importance des thèmes que vous abor­derez pen­dant ces journées est immense. Vous êtes nom­breux à vous en occu­per avec engage­ment et clair­voy­ance depuis plusieurs années. Il y a deux ans, en rece­vant les par­tic­i­pants au Con­grès « Child Dig­ni­ty in the Dig­i­tal World », j’ai déjà eu l’occasion de vous encour­ager à unir vos forces pour affron­ter la ques­tion de la pro­tec­tion effi­cace de la dig­nité des mineurs dans le monde numérique, parce qu’un prob­lème aus­si com­plexe requiert la col­lab­o­ra­tion de tous : chercheurs et tech­no­logues, entre­pre­neurs et écon­o­mistes, lég­is­la­teurs, hommes poli­tiques et respon­s­ables de la sécu­rité, édu­ca­teurs et psy­cho­logues, et surtout respon­s­ables religieux et moraux (cf. Dis­cours, 6 octo­bre 2017). Je me réjouis que le chemin entre­pris alors ait con­tin­ué avec d’autres ini­tia­tives, dont en par­ti­c­uli­er la Con­férence inter­re­ligieuse à Abou Dhabi d’il y a un an, et que cette ren­con­tre soit main­tenant relancée.

Au cours des dernières décen­nies, suite aux expéri­ences dra­ma­tiques vécues dans son corps, l’Église catholique a pris vive­ment con­science de la grav­ité des abus sex­uels sur des mineurs et de leurs con­séquences, de la souf­france qu’ils provo­quent et de l’urgence d’en guérir les blessures, de lut­ter avec la plus grande déter­mi­na­tion con­tre ces crimes et de dévelop­per une préven­tion effi­cace. C’est pourquoi elle se sent oblig­ée aus­si de regarder en avant avec clairvoyance.

Nous sommes en effet con­fron­tés aux ques­tions cru­ciales que pose à l’avenir de l’humanité le développe­ment ver­tig­ineux des tech­nolo­gies de l’information et de la com­mu­ni­ca­tion. Il est indu­bitable que ce développe­ment, dans le domaine numérique, offre de nou­velles oppor­tu­nités pour les mineurs, pour leur édu­ca­tion et for­ma­tion per­son­nelles. Il per­met un plus large échange d’expériences, favorise aus­si le développe­ment économique et offre de nou­velles pos­si­bil­ités dans de mul­ti­ples domaines dont celui de la san­té. Les tech­nolo­gies ouvrent de nou­veaux hori­zons par­ti­c­ulière­ment pour les mineurs qui vivent dans des con­di­tions défa­vorisées ou loin des cen­tres urbains des pays plus industrialisés.

Le défi qui nous est lancé est donc de favoris­er l’accès sûr des mineurs à ces tech­nolo­gies, en garan­tis­sant en même temps leur crois­sance saine et sere­ine, sans qu’ils ne soient l’objet de vio­lences crim­inelles inac­cept­a­bles ou d’influences grave­ment nocives pour l’intégrité de leur corps et de leur esprit.

Mal­heureuse­ment, l’usage de la tech­nolo­gie numérique pour organ­is­er, com­man­diter et par­ticiper à des abus sur mineurs à dis­tance, y com­pris au-delà des fron­tières nationales, est en rapi­de crois­sance, et la lutte effi­cace con­tre ces hor­ri­bles dél­its appa­raît extrême­ment dif­fi­cile, bien supérieure aux capac­ités et aux ressources des insti­tu­tions et des forces des­tinées à les com­bat­tre. La dif­fu­sion des images d’abus ou d’exploitation de mineurs est en aug­men­ta­tion rapi­de et elles se réfèrent à des formes de plus en plus graves et vio­lentes d’abus et à des mineurs de plus en plus jeunes.

La prop­a­ga­tion de la pornogra­phie dans le monde numérique s’étend d’une manière ver­tig­ineuse. C’est déjà en soi un fait très grave, fruit d’une perte générale du sens de la dig­nité humaine et lié sou­vent aus­si à la traite de per­son­nes. Le phénomène est encore plus dra­ma­tique dans la mesure où ce matériel est large­ment acces­si­ble aus­si aux mineurs à tra­vers inter­net et surtout à tra­vers les appareils mobiles. La majeure par­tie des études sci­en­tifiques con­corde à met­tre en lumière les lour­des con­séquences qui en découlent sur le psy­chisme et sur les com­porte­ments des mineurs. Ce sont des con­séquences qui dureront toute leur vie, avec des phénomènes de grave dépen­dance, de propen­sion à des com­porte­ments vio­lents et à des rela­tions émo­tives et sex­uelles pro­fondé­ment perturbées.

Il est urgent de se ren­dre tou­jours mieux compte des dimen­sions et de la grav­ité de ces phénomènes. En effet, une des car­ac­téris­tiques du développe­ment tech­nologique d’aujourd’hui est qu’il nous prend par sur­prise, parce que sou­vent nous en voyons d’abord les aspects plus fasci­nants et posi­tifs (qui, par chance, ne man­quent pas), mais ensuite nous nous ren­dons compte des con­séquences néga­tives lorsqu’elles sont déjà très répan­dues et qu’il est très dif­fi­cile d’y remédi­er. C’est pourquoi je m’adresse à vous, experts et chercheurs : vous avec une tâche fon­da­men­tale ! Il faut voir avec clarté la nature et les dimen­sions des dan­gers que nous devons com­bat­tre. Le domaine à explor­er est vaste et com­plexe. Nous ne pou­vons pas nous leur­rer en pen­sant répon­dre à de tels défis sur la base de con­nais­sances som­maires et super­fi­cielles, mais com­mencer à pos­er les bases pour pro­téger la dig­nité des mineurs doit être un noble objec­tif de votre tra­vail de recherche scientifique.

La tâche des pro­fes­sion­nels de la com­mu­ni­ca­tion n’est pas moins impor­tante. Il faut dif­fuser la con­science des risques inhérents à un développe­ment tech­nologique incon­trôlé dans toutes les com­posantes de la société. La grav­ité de la ques­tion dans son ensem­ble et dans ses con­séquences futures n’a pas encore été com­prise – et sou­vent on ne veut pas com­pren­dre ! Cela ne peut se pro­duire sans une alliance étroite avec les médias, c’est-à-dire avec vous, les com­mu­ni­ca­teurs et avec votre capac­ité à mobilis­er l’opinion publique et la société.

À juste titre, vous avez choisi comme thème de cette ren­con­tre : « Du con­cept à l’action ». En effet, il ne suf­fit pas de com­pren­dre, il faut agir. La con­damna­tion morale des préju­dices infligés aux mineurs par un mau­vais usage des nou­velles tech­nolo­gies numériques doit se traduire en ini­tia­tives con­crètes et urgentes. Plus le temps passe, plus le mal est enrac­iné et il est dif­fi­cile de le con­tre­car­rer. En témoignent avec préoc­cu­pa­tion ceux qui – comme cer­tains d’entre vous – se dévouent généreuse­ment à leur vie dans cette bataille en con­tact plus direct avec le crime et avec les vic­times : édu­ca­teurs, forces de l’ordre, agents de pro­tec­tion et bien d’autres.

Un noeud cru­cial du prob­lème con­cerne la ten­sion – qui finit par devenir une con­tra­dic­tion – entre l’idée du monde numérique comme espace de lib­erté d’expression et de com­mu­ni­ca­tion illim­itée, et celle d’un usage respon­s­able des tech­nolo­gies et donc de ses limites.

À la pro­tec­tion de la pleine lib­erté d’expression est liée l’idée de la pro­tec­tion de la vie privée, avec des formes tou­jours plus sophis­tiquées de cryptage des mes­sages, qui ren­dent tout con­trôle très dif­fi­cile ou impos­si­ble. Il est donc néces­saire de trou­ver un équili­bre adéquat entre l’exercice légitime de la lib­erté d’expression et l’intérêt social qui doit assur­er que les moyens numériques ne soient pas util­isés pour com­met­tre des activ­ités crim­inelles au détri­ment des mineurs. Pour favoris­er le développe­ment d’internet, avec ses nom­breux avan­tages, les sociétés qui en four­nissent les ser­vices ont longtemps été con­sid­érées comme de sim­ples four­nisseurs de plate­formes tech­nologiques, qui n’étaient respon­s­ables ni légale­ment ni morale­ment de leur emploi. Le poten­tiel des instru­ments numériques est énorme mais les éventuelles con­séquences néga­tives de leur abus dans le domaine de la traite des êtres humains, dans l’organisation du ter­ror­isme, dans la dif­fu­sion de la haine et de l’extrémisme, dans la manip­u­la­tion de l’information et aus­si – nous devons insis­ter – dans le domaine des abus sur les mineurs peu­vent être tout aus­si con­sid­érables. Main­tenant, enfin, l’opinion publique et les lég­is­la­teurs s’en ren­dent compte. Com­ment alors les aider à entre­pren­dre des mesures adéquates pour empêch­er les abus ? Per­me­t­tez-moi d’insister sur deux points en particulier.

Pre­mière­ment, la lib­erté et la pro­tec­tion de la vie privée des per­son­nes sont des biens pré­cieux, appelés à s’harmoniser avec le bien com­mun de la société. Les autorités doivent pou­voir agir effi­cace­ment, s’appuyant sur des instru­ments lég­is­lat­ifs et opéra­tionnels appro­priés, dans le plein respect de l’État de droit et du juste proces­sus, pour lut­ter con­tre les activ­ités crim­inelles qui lèsent la vie et la dig­nité des mineurs.

Deux­ième­ment, le développe­ment ver­tig­ineux du monde numérique a pour pro­tag­o­nistes les grandes sociétés du secteur, qui dépassent aisé­ment les fron­tières entre les États, se dépla­cent rapi­de­ment sur le front le plus avancé du développe­ment tech­nologique et ont accu­mulé des ressources économiques con­sid­érables. Il est désor­mais évi­dent qu’elles ne peu­vent se con­sid­ér­er com­plète­ment extérieures à l’emploi des instru­ments qu’elles met­tent entre les mains de leurs clients. C’est par con­séquent à elles que j’adresse aujourd’hui l’appel le plus pres­sant à la respon­s­abil­ité à l’égard des mineurs, de leur intégrité et de leur avenir. Sans l’entière impli­ca­tion des sociétés du secteur, sans une pleine con­science des retombées morales et sociales de leur ges­tion et de leur fonc­tion­nement, il ne sera pas pos­si­ble de garan­tir la sécu­rité des mineurs dans le con­texte numérique. Elles sont non seule­ment tenues à respecter les lois, mais aus­si à se préoc­cu­per des direc­tions dans lesquelles s’oriente le développe­ment tech­nologique et social qu’elles promeu­vent et provo­quent parce que ce développe­ment précède de fait les lois mêmes qui cherchent à le réguler.

Bien que ces défis soient dif­fi­ciles à relever, il y a de mul­ti­ples domaines d’action. Je me lim­ite à quelques exemples.

Il y a des ini­tia­tives très appré­cia­bles – comme par exem­ple la Safe­ty by Design, lancée par la Com­mis­sion com­pé­tente du Gou­verne­ment aus­tralien –, pour que l’industrie numérique cul­tive une approche proac­tive et cohérente de la sécu­rité du client jusque dans la phase du développe­ment des pro­duits et ser­vices en ligne, recon­nais­sant explicite­ment que la respon­s­abil­ité de cette sécu­rité, dans tous ses aspects, ne doit pas retomber unique­ment sur le client, mais aus­si sur ceux qui pro­jet­tent, dévelop­pent et four­nissent ces pro­duits et ces services.

En out­re, comme cela se pro­duit dans cer­tains pays, il faut encour­ager l’engagement des lég­is­la­teurs afin que les entre­pris­es qui per­me­t­tent la nav­i­ga­tion à tra­vers des appareils mobiles soient oblig­ées de véri­fi­er l’âge de leurs clients, afin de pou­voir inter­dire aux mineurs l’accès à des sites pornographiques. Aujourd’hui, en effet, les mineurs utilisent surtout les télé­phones porta­bles et les fil­tres util­isés pour les ordi­na­teurs sont inef­fi­caces. Des études fiables dis­ent que l’âge moyen du pre­mier accès à la pornogra­phie est actuelle­ment de 11 ans et a ten­dance à baiss­er encore. Cela n’est en aucun cas acceptable.

Bien que les par­ents soient les pre­miers respon­s­ables de la for­ma­tion de leurs enfants, il faut pren­dre acte que, mal­gré leur bonne volon­té, il est aujourd’hui de plus en plus dif­fi­cile pour eux de con­trôler l’usage que font leurs enfants des instru­ments élec­tron­iques. C’est pourquoi l’industrie doit col­la­bor­er avec les par­ents dans leur respon­s­abil­ité éduca­tive. L’identification de l’âge des util­isa­teurs ne doit donc pas être con­sid­érée comme une vio­la­tion du droit à la vie privée, mais comme un prémisse impor­tante pour la pro­tec­tion effi­cace des mineurs.

Les pos­si­bil­ités de la tech­nolo­gie sont de plus en plus élevées. Aujourd’hui, on par­le beau­coup des appli­ca­tions de la fameuse intel­li­gence arti­fi­cielle. L’identification et l’élimination de la cir­cu­la­tion en réseau des images illé­gales et nocives qui recourent à des algo­rithmes de plus en plus élaborés sont un domaine de recherche très impor­tant, où les chercheurs et les pro­fes­sion­nels du monde numérique doivent con­tin­uer de s’engager dans une noble com­péti­tion pour lut­ter con­tre l’emploi per­vers des nou­veaux instru­ments à dis­po­si­tion. Je fais donc appel aux ingénieurs infor­mati­ciens, pour qu’ils se sen­tent eux aus­si respon­s­ables en pre­mière ligne de la con­struc­tion de l’avenir. C’est à eux, avec notre sou­tien, de s’engager dans un développe­ment éthique des algo­rithmes, de se faire les pro­mo­teurs d’un nou­veau domaine de l’éthique pour notre temps : l’ « algor-éthique ».

Le développe­ment tech­nologique et du monde numérique implique d’énormes intérêts économiques. On ne peut donc nég­liger la force avec laque­lle de tels intérêts ten­dent à con­di­tion­ner la con­duite des entre­pris­es. Agir pour la respon­s­abil­ité des investis­seurs et des ges­tion­naires, pour que le bien des mineurs et de la société ne soit pas sac­ri­fié au prof­it, est donc un engage­ment à encour­ager. Comme cela se pro­duit déjà pour le développe­ment d’une sen­si­bil­ité sociale dans le domaine envi­ron­nemen­tal ou du respect de la dig­nité du tra­vail, de même l’attention à la pro­tec­tion effi­cace des mineurs et la lutte con­tre la pornogra­phie doivent devenir de plus en plus présentes dans la finance et dans l’économie du monde numérique. La crois­sance sure et saine de la jeunesse est le noble objec­tif  pour lequel il vaut la peine de tra­vailler et cela vaut bien davan­tage que le sim­ple prof­it économique obtenu au risque de faire du mal aux jeunes.

Dans un monde comme le nôtre, où les fron­tières entre les États sont con­tin­uelle­ment dépassées par les dynamiques crées par les développe­ments du numérique, nos efforts doivent assumer la dimen­sion d’un mou­ve­ment mon­di­al qui s’unit aux engage­ments les plus nobles de la famille humaine et des insti­tu­tions inter­na­tionales pour la pro­tec­tion de la dig­nité des mineurs et de chaque per­son­ne. C’est un défi de taille qui nous inter­pelle avec de nou­velles inter­ro­ga­tions : com­ment défendre, en effet, la dig­nité de la per­son­ne et du mineur à l’ère du numérique, quand la vie et l’identité de la per­son­ne sont inex­tri­ca­ble­ment liées aux don­nées qui la dis­tinguent et dont de nou­velles formes de pou­voir cherchent con­tin­uelle­ment à s’emparer ? Com­ment for­muler des principes et des exi­gences à respecter par tous dans le monde glob­al­isé numérique ? Ce sont des ques­tions exigeantes qui nous deman­dent d’être pro­fondé­ment sol­idaires avec tous ceux qui s’engagent avec patience et intel­li­gence pour cette cause dans le monde des rela­tions et des règle­men­ta­tions internationales.

La créa­tiv­ité et l’intelligence de l’homme sont mer­veilleuses, mais elles doivent être ori­en­tées dans la direc­tion pos­i­tive du bien inté­gral de la per­son­ne dans toute sa vie, dès l’enfance. Tous les édu­ca­teurs, tous les par­ents le savent très bien et doivent être aidés et soutenus dans leur ser­vice par l’engagement unanime d’une nou­velle alliance de toutes les insti­tu­tions et les forces éducatives.

Ce qui y con­tribue, c’est non seule­ment la saine rai­son éthique, mais aus­si la vision et l’inspiration religieuse, qui a une res­pi­ra­tion uni­verselle parce qu’elle fonde le respect de la dig­nité humaine sur la grandeur et la sain­teté de Dieu, son Créa­teur et Sauveur. C’est pourquoi la présence par­mi vous de nom­breux respon­s­ables religieux influ­ents, qui désirent assumer ces prob­lèmes de manière sol­idaire et cor­re­spon­s­able, est bien­v­enue. Je les salue avec un grand respect et je les remer­cie sincère­ment. La cause de la pro­tec­tion des mineurs dans le monde numérique, c’est-à-dire dans notre monde d’aujourd’hui et de demain, doit nous voir unis, en tant que témoins de l’amour de Dieu pour chaque per­son­ne, à com­mencer par les plus petites et les plus désar­mées, pour faire grandir en tous, partout dans le monde et dans toutes les con­fes­sions religieuses, l’attention, le soin et la con­science. Nous voulons ban­nir de la face de la terre la vio­lence et tout type d’abus à l’égard des mineurs. Regar­dons-les dans les yeux : ce sont vos filles et vos fils, nous devons les aimer comme les chefs‑d’oeuvre et les enfants de Dieu. Ils ont droit à une vie bonne. Nous avons le devoir de faire tout notre pos­si­ble pour qu’ils l’obtiennent.

Je vous remer­cie et j’invoque sur vous tous la béné­dic­tion de Dieu. Merci.

© Tra­duc­tion de Zen­it, Hélène Ginabat

ADLAUDATOSI INTEGRAL ECOLOGY FORUM WEBINARS

You access our webi­na­rs videos on: https://adlaudatosi.org/#course

 

Religious Helping Trafficking Victims along the Road of Recovery (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Religious Working In International Advocacy Against Human Trafficking (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Trauma (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Healing (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Where Are We Now? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — What can be done? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Best Practices (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Demand As Root Cause For Human Trafficking – Sex Trafficking & Prostitution

OUR MISSION:

THE PURPOSE IS TO SHARE BEST PRACTICES AND PROMOTE ACTIONS AGAINST HUMAN TRAFFICKING.

WE MAKE AVAILABLE TO YOU GUIDES AND RESEARCH ON TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS FROM THE MOST RECOGNISED LEGAL AND OPERATIONAL ACTORS.

Human Trafficking — Interview with Prof. Michel Veuthey, Order of Malta — 44th UN Human Right Council 2020

POPE’S PAYER INTENTION FOR FEBRUARY 2020: Hear the cries of migrants victims of human trafficking

FRANCE — BLOG DU COLLECTIF “CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS”

Church on the frontlines in fight against human trafficking

Holy See — PUBLICATION OF PASTORAL ORIENTATIONS ON HUMAN TRAFFICKING 2019

RIGHT TO LIFE AND HUMAN DIGNITY GUIDEBOOK

Catholic social teaching

Doctrine sociale de l’Église catholique

Register to our series of webinars adlaudatosi on Human Trafficking

 
 

You have successfully registered !