Select Page

18th October is the EU Anti-Trafficking Day — Message from Michel Veuthey

18th October is the EU Anti-Trafficking Day — Message from Michel Veuthey
Advertisement

SOVEREIGN ORDER

OF ST. JOHN OF JERUSALEM OF RHODES AND OF MALTA

European Day Against Trafficking in Persons

18 October 2022

Statement by Michel Veuthey

The Sov­er­eign Order of Mal­ta has appoint­ed in 2017 two Ambas­sadors tasked with com­bat­ing human traf­fick­ing. Based in Gene­va,  Michel Veuthey (Ambas­sador to Mon­i­tor and Com­bat Traf­fick­ing in Per­sons)  and based in Africa, Romain Champierre de Vil­leneuve (Ambas­sador at-large for Africa), they strength­en the com­mit­ment of the Order of Mal­ta in pre­vent­ing the traf­fick­ing of humans and pro­tect­ing the vic­tims, with projects both at local and diplo­mat­ic level.

At each ses­sion of the Human Rights Coun­cil in Gene­va, as well Vien­na and New York, the Order of Mal­ta makes inter­ven­tions on var­i­ous forms of human traf­fick­ing or con­tem­po­rary slav­ery: forced labor, forced mar­riages and moth­er­hood, sale of chil­dren, pornog­ra­phy, forced organ har­vest­ing. The Order of Mal­ta is also increas­ing part­ner­ships with uni­ver­si­ties in France, Italy, Switzer­land and the USA.

With this mas­sive influx of peo­ple, the Order of Mal­ta is rais­ing atten­tion on the risk of refugees falling vic­tims of human traf­fick­ers. To this end its Pol­ish embassy has issued an alert con­tain­ing safe­ty rules for refugees which is being dis­trib­uted along the main exit routes in Ukrain­ian, Eng­lish and Pol­ish. Mal­teser Inter­na­tion­al is coor­di­nat­ing the glob­al effort of the Sov­er­eign Order of Mal­ta, whose asso­ci­a­tions and relief and vol­un­teer corps are on the ground to assist the refugees.

The Sov­er­eign Order of Mal­ta would like to under­line the impor­tant role of reli­gious lead­ers and reli­gious con­gre­ga­tions in the pro­tec­tion and assis­tance to vic­tims of human traf­fick­ing, often in coop­er­a­tion with for­mer vic­tims and sur­vivors (see list in appendix).

 

Regard­ing glob­al respon­si­bil­i­ty, as Pope Fran­cis said: “Togeth­er with the social respon­si­bil­i­ty of busi­ness­es, there is also the social respon­si­bil­i­ty of con­sumers.  Every per­son ought to have the aware­ness that pur­chas­ing is always a moral — and not sim­ply an eco­nom­ic — act.”

 

Today’s mea­sures to pros­e­cute traf­fick­ers and to pro­tect and shel­ter vic­tims are noto­ri­ous­ly insuf­fi­cient and inef­fi­cient. Legal instru­ments and mech­a­nisms exist at the domes­tic, region­al, and glob­al lev­el, but they are not up to the chal­lenge of the increas­ing scourge of mod­ern trafficking.
These legal mech­a­nisms only pros­e­cute a hand­ful of crim­i­nals and offer insuf­fi­cient num­bers of shel­ters and ser­vices to vic­tims. https://adlaudatosi.org/international-prosecution-of-human-trafficking-what-can-be-done/: indeed, the num­ber of crim­i­nal con­vic­tions relat­ed to human traf­fick­ing is extreme­ly low: 1 in 2,154 cas­es of slav­ery results in a con­vic­tion — a rate of 0.047%.

On the root caus­es, the Order of Mal­ta shares the view that the demand for traf­fick­ing should be crim­i­nal­ized, tak­ing into account the dif­fer­ent forms of exploita­tion, slave labor or sex­u­al exploita­tion. The fight against human traf­fick­ing, par­tic­u­lar­ly relat­ed to demand, must be car­ried out through a mul­ti­dis­ci­pli­nary, mul­ti­di­men­sion­al, and coor­di­nat­ed approach between the dif­fer­ent actors.

 

In Aus­tralia, at the ini­tia­tive of a Mem­ber of the Order of Mal­ta, John Antho­ny McCarthy, QC, Chair of the Catholic Arch­dio­cese of Syd­ney Anti-Slav­ery Task­force Exec­u­tive Team, a nation­al net­work of Catholic agen­cies, Dio­ce­ses and per­son­nel works togeth­er and  estab­lished a road map to erad­i­cate mod­ern slav­ery from their oper­a­tions and sup­ply chains. This Catholic Aus­tralian expe­ri­ence could inform and encour­age all Catholic insti­tu­tions all over the world to move towards the Holy Father’s objec­tive of erad­i­cat­ing mod­ern slav­ery in our gen­er­a­tion. Indeed, this jour­ney in Aus­tralia began with the inspi­ra­tion of the Holy Father, who had a major role in the Unit­ed Nations Sus­tain­able Devel­op­ment Goal 8.7 to erad­i­cate forced labour, mod­ern slav­ery, human traf­fick­ing and child labour by 2030. Pope Fran­cis has empha­sized that buy­ing goods is not just a com­mer­cial mat­ter. Our pur­chas­ing habits have deep moral dimen­sions. On 29 July 2022, Syd­ney Catholic Schools host­ed a Unit­ed Nations World Day Against Traf­fick­ing in Per­sons recep­tion for ACAN (Aus­tralian Catholic Anti-Slav­ery Net­work) edu­ca­tion enti­ties. The Most Rev Antho­ny Fish­er OP, Arch­bish­op of Syd­ney, intro­duced and launched the ACAN 2021 Com­pendi­um of Mod­ern Slav­ery State­ments Exec­u­tive Sum­ma­ry and the 2021 Catholic Arch­dio­cese of Syd­ney Mod­ern Slav­ery State­ment.

 

Con­cern­ing online exploita­tion, the crim­i­nal­iza­tion of con­sumers who pur­chase images or even the pilot­ing of abuse ses­sions on minors and women must be a pri­or­i­ty. Exist­ing inter­na­tion­al, region­al and nation­al polit­i­cal and legal instru­ments must be ful­ly imple­ment­ed but we must con­sid­er new instru­ments adapt­ed to the abuse of new tech­nolo­gies. We need a com­plete­ly new way of think­ing about mod­ern slavery.

We have to recon­cep­tu­al­ize human rights in the work­place and build a new eco­nom­ic model
that advan­tages busi­ness­es respect­ing human rights. Decent work is at the oppo­site end of the same spec­trum as mod­ern slav­ery. Indeed, what we need to do is pro­mote a cul­ture of respect for human rights in the workplace.

Demand comes from unre­strict­ed domin­ion over human beings and Cre­ation, with­out any respect nei­ther for human life and dig­ni­ty (See the 2020 “Fratel­li Tut­ti” Encycli­cal Let­ter) nor for inte­gral ecol­o­gy (See Ch. 4 of the 2015 “Lauda­to si’ Encycli­cal Let­ter). Today’s eco­nom­ic sys­tem too often allows the pri­ma­cy of objects over humans and the pri­or­i­ty of cap­i­tal over labor, tech­nol­o­gy as an end and not as a means, and tech­nol­o­gy being abused to cre­ate demand.

It is not enough to pro­vide human traf­fick­ing sur­vivors with just legal pro­tec­tion, we must also pro­vide them with phys­i­cal, psy­cho­log­i­cal and reli­gious pro­tec­tion. It is impor­tant to give them a safe space, to return to a nor­mal life, accom­pa­nied by all the med­ical and social ser­vices which they may need.

States must also abol­ish exist­ing laws pros­e­cut­ing the vic­tims of traf­fick­ing and go after the traf­fick­ers instead.
Gov­ern­ments must pro­vide vic­tims with a safe space, access to help from author­i­ties, and not be in dan­ger of depor­ta­tion, receiv­ing fines or being wrong­ful­ly imprisoned.

All coun­tries should advo­cate for the “Nordic Mod­el”, which was intro­duced in Swe­den in 1999, and was the world’s first law to rec­og­nize pros­ti­tu­tion as vio­lence against women and a vio­la­tion of human rights. It crim­i­nal­izes the pur­chase of com­mer­cial sex and offers the exploit­ed an exit strategy.

Demand is at the core of all types of human traf­fick­ing. Arti­cle 9.5 of the UN Traf­fick­ing in Per­sons Pro­to­col (Paler­mo Pro­to­col) calls on States to devel­op legal and pol­i­cy mea­sures that will work to end the demand that leads to human traf­fick­ing in all its forms.

Let’s con­clude with these two questions:

-           First­ly, how could reli­gious val­ues of sol­i­dar­i­ty and respect for human life and dig­ni­ty be bet­ter used to stop con­tem­po­rary forms of slav­ery? How could Faith-based orga­ni­za­tions receive more sup­port to pro­tect and reha­bil­i­tate vic­tims?

 

-           Sec­ond­ly, how could we col­lec­tive­ly pro­mote hard and soft legal instru­ments mon­i­tor­ing and crim­i­nal­iz­ing the demand for all forms of human traf­fick­ing: slave labor, sex­u­al exploita­tion, forced organ trans­plan­ta­tions, sold and stolen babies, and forced sur­ro­ga­cy moth­er­hood, as demand is the root cause of con­tem­po­rary slavery?

 

Appen­dix:

Let us high­light, among oth­ers, the fol­low­ing net­works of reli­gious orga­ni­za­tions active on behalf of vic­tims of human trafficking:

 

 

 

ORDRE SOUVERAIN DE MALTE

DE ST. JEAN DE JERUSALEM DE RHODES ET DE MALTE

Journée européenne contre la traite des personnes

18 octobre 2022

Déclaration de Michel Veuthey

 

L’Or­dre Sou­verain de Malte a nom­mé en 2017 deux Ambas­sadeurs chargés de lut­ter con­tre la traite des per­son­nes. Basé à Genève, Michel Veuthey (Ambas­sadeur chargé de sur­veiller et com­bat­tre la traite des per­son­nes) et basé en Afrique, Romain Champierre de Vil­leneuve (Ambas­sadeur itinérant pour l’Afrique), ils ren­for­cent l’en­gage­ment de l’Or­dre de Malte dans la préven­tion de la traite des êtres humains et la pro­tec­tion des vic­times, avec des pro­jets tant au niveau local que diplomatique.

A chaque ses­sion du Con­seil des droits de l’homme à Genève, mais aus­si à Vienne et à New York, l’Or­dre de Malte fait des inter­ven­tions sur les dif­férentes formes de traite des êtres humains ou d’esclavage con­tem­po­rain : tra­vail for­cé, mariages et mater­nités for­cés, vente d’en­fants, pornogra­phie, prélève­ments for­cés d’or­ganes. L’Or­dre de Malte mul­ti­plie égale­ment les parte­nar­i­ats avec des uni­ver­sités en France, en Ital­ie, en Suisse et aux Etats-Unis.

Avec cet afflux mas­sif de per­son­nes venant d’Ukraine, l’Or­dre de Malte attire l’at­ten­tion sur le risque que les réfugiés soient vic­times de trafi­quants d’êtres humains. À cette fin, son Ambas­sade polon­aise a pub­lié une alerte con­tenant des règles de sécu­rité pour les réfugiés, qui est dis­tribuée le long des prin­ci­pales voies de sor­tie en ukrainien, anglais et polon­ais. Mal­teser Inter­na­tion­al coor­donne l’ef­fort mon­di­al de l’Or­dre Sou­verain de Malte, dont les Asso­ci­a­tions et les Corps de sec­ours et de volon­taires sont act­ifs sur le ter­rain pour aider les réfugiés.

 

 

L’Or­dre Sou­verain de Malte souhaite soulign­er le rôle impor­tant des chefs religieux et des con­gré­ga­tions religieuses dans la pro­tec­tion et l’as­sis­tance aux vic­times de la traite des per­son­nes, sou­vent en coopéra­tion avec d’an­ci­ennes vic­times et sur­vivants (voir liste en annexe).

En ce qui con­cerne la respon­s­abil­ité mon­di­ale, comme l’a dit le Pape François : “En plus de la respon­s­abil­ité sociale des entre­pris­es, il y a aus­si la respon­s­abil­ité sociale des con­som­ma­teurs.  Chaque per­son­ne doit avoir la con­science que l’achat est tou­jours un acte moral — et pas seule­ment économique.”

Les mesures actuelles visant à pour­suiv­re les trafi­quants et à pro­téger et héberg­er les vic­times sont notoire­ment insuff­isantes et inef­fi­caces. Des instru­ments et des mécan­ismes juridiques exis­tent au niveau nation­al, région­al et mon­di­al, mais ils ne sont pas à la hau­teur du fléau crois­sant que représente la traite moderne.

Ces mécan­ismes juridiques ne pour­suiv­ent qu’une poignée de crim­inels et offrent un nom­bre insuff­isant de refuges et de ser­vices aux vic­times. https://adlaudatosi.org/international-prosecution-of-human-trafficking-what-can-be-done/ : en effet, le nom­bre de con­damna­tions pénales liées à la traite des êtres humains est extrême­ment faible : 1 cas d’esclavage sur 2 154 donne lieu à une con­damna­tion — soit un taux de 0,047%.

En ce qui con­cerne les caus­es pro­fondes, l’Or­dre de Malte partage l’opin­ion selon laque­lle la demande de traite doit être crim­i­nal­isée, en ten­ant compte des dif­férentes formes d’ex­ploita­tion, du tra­vail for­cé ou de l’ex­ploita­tion sex­uelle. La lutte con­tre la traite des êtres humains, en par­ti­c­uli­er celle liée à la demande, doit être menée à tra­vers une approche mul­ti­dis­ci­plinaire, mul­ti­di­men­sion­nelle et coor­don­née entre les dif­férents acteurs.

En Aus­tralie, à l’ini­tia­tive d’un mem­bre de l’Or­dre de Malte, John Antho­ny McCarthy QC (prési­dent exé­cu­tif du groupe de tra­vail anti-esclavage de l’archid­iocèse catholique de Syd­ney), un réseau nation­al d’a­gences, de diocès­es et de per­son­nel catholiques tra­vaille ensem­ble et a établi une feuille de route pour éradi­quer l’esclavage mod­erne de leurs opéra­tions et de leurs chaînes d’ap­pro­vi­sion­nement. Cette expéri­ence catholique aus­trali­enne pour­rait encour­ager toutes les insti­tu­tions catholiques du monde entier à pro­gress­er vers l’ob­jec­tif du Saint Père d’éradi­quer l’esclavage mod­erne au cours de notre généra­tion. En effet, cet impor­tant pro­jet en Aus­tralie a com­mencé avec l’in­spi­ra­tion du Saint-Père, qui a joué un rôle majeur dans l’ob­jec­tif de développe­ment durable 8.7 des Nations unies visant à éradi­quer le tra­vail for­cé, l’esclavage mod­erne, la traite des êtres humains et le tra­vail des enfants d’i­ci 2030. Le pape François a souligné que l’achat de biens n’est pas seule­ment une ques­tion com­mer­ciale, nos habi­tudes d’achat ont des dimen­sions morales pro­fondes. Le 29 juil­let 2022, les écoles catholiques de Syd­ney ont organ­isé une récep­tion à l’oc­ca­sion de la Journée mon­di­ale des Nations unies con­tre la traite des per­son­nes pour les entités éduca­tives de l’A­CAN (Aus­tralian Catholic Anti-Slav­ery Net­work). Le Très Révérend Antho­ny Fish­er OP, Archevêque de Syd­ney, a présen­té et lancé le résumé exé­cu­tif du Com­pendi­um des déc­la­ra­tions sur l’esclavage mod­erne de l’A­CAN 2021 et la déc­la­ra­tion sur l’esclavage mod­erne de l’archid­iocèse catholique de Syd­ney 2021.

Con­cer­nant l’ex­ploita­tion en ligne, la crim­i­nal­i­sa­tion des con­som­ma­teurs qui achè­tent des images ou encore le pilotage de ses­sions d’abus sur les mineurs et les femmes doivent être une pri­or­ité. Les instru­ments poli­tiques et juridiques inter­na­tionaux, régionaux et nationaux exis­tants doivent être pleine­ment mis en œuvre mais nous devons envis­ager de nou­veaux instru­ments adap­tés à l’abus des nou­velles tech­nolo­gies. Nous devons adopter une toute nou­velle façon de penser l’esclavage moderne.

Nous devons recon­cep­tu­alis­er les droits de l’homme sur le lieu de tra­vail et con­stru­ire un nou­veau mod­èle économique qui avan­tage les entre­pris­es respec­tant les droits de l’homme. Le tra­vail décent est à l’op­posé de l’esclavage mod­erne. En fait, ce que nous devons faire, c’est pro­mou­voir une cul­ture du respect des droits de l’homme sur le lieu de travail.

La demande provient d’une dom­i­na­tion sans lim­ite sur les êtres humains et la Créa­tion, sans aucun respect pour la vie et la dig­nité humaine (voir la let­tre ency­clique “Fratel­li Tut­ti” de 2020) ni pour l’é­colo­gie inté­grale (voir le chapitre 4 de la let­tre ency­clique “Lauda­to si’ ” de 2015). Le sys­tème économique actuel per­met trop sou­vent la pri­mauté des objets sur les humains et la pri­or­ité du cap­i­tal sur le tra­vail, la tech­nolo­gie comme une fin et non comme un moyen, et l’abus de la tech­nolo­gie pour créer la demande.

Il ne suf­fit pas d’of­frir aux sur­vivants de la traite des êtres humains une pro­tec­tion juridique, nous devons égale­ment leur offrir une pro­tec­tion physique, psy­chologique et religieuse. Il est impor­tant de leur don­ner un espace sûr, pour qu’elles puis­sent retrou­ver une vie nor­male, accom­pa­g­né de tous les ser­vices médi­caux et soci­aux dont elles peu­vent avoir besoin.

Les États doivent égale­ment abolir les lois exis­tantes qui pour­suiv­ent les vic­times de la traite et s’at­ta­quer plutôt aux trafiquants.

Les Gou­verne­ments doivent offrir aux vic­times un espace sûr, un accès à l’aide des autorités, et ne pas ris­quer d’être expul­sées, de recevoir des amendes ou d’être empris­on­nées à tort.

Tous les pays devraient défendre le “mod­èle nordique”, intro­duit en Suède en 1999, qui a été la pre­mière loi au monde à recon­naître la pros­ti­tu­tion comme une vio­lence con­tre les femmes et une vio­la­tion des droits de l’homme. Il crim­i­nalise l’achat de ser­vices sex­uels com­mer­ci­aux et offre aux per­son­nes exploitées une stratégie de sortie.

La demande est au cœur de tous les types de traite des êtres humains. L’ar­ti­cle 9.5 du Pro­to­cole des Nations Unies relatif à la traite des per­son­nes (Pro­to­cole de Palerme) invite les États à éla­bor­er des mesures juridiques et poli­tiques visant à met­tre fin à la demande qui con­duit à la traite des per­son­nes sous toutes ses formes.

Con­clu­ons par ces deux questions :

  • Pre­mière­ment, com­ment les valeurs religieuses de sol­i­dar­ité et de respect de la vie et de la dig­nité humaine pour­raient-elles être mieux util­isées pour met­tre fin aux formes con­tem­po­raines d’esclavage ? Com­ment les organ­i­sa­tions con­fes­sion­nelles pour­raient-elles recevoir davan­tage de sou­tien pour pro­téger et réha­biliter les victimes ?
  • Deux­ième­ment, com­ment pour­rions-nous pro­mou­voir col­lec­tive­ment des instru­ments juridiques con­traig­nants et non con­traig­nants con­trôlant et crim­i­nal­isant la demande pour toutes les formes de traf­ic d’êtres humains : tra­vail for­cé, exploita­tion sex­uelle, trans­plan­ta­tions d’or­ganes for­cées, bébés ven­dus et volés, et mater­nité de sub­sti­tu­tion for­cée, car la demande est la cause pre­mière de l’esclavage contemporain ?

Annexe :

Soulignons, entre autres, les réseaux suiv­ants d’or­gan­i­sa­tions religieuses actives en faveur des vic­times de la traite des êtres humains :

  • Le Groupe de San­ta Mar­ta, un parte­nar­i­at mon­di­al avec des représen­tants de l’Église catholique, des ser­vices de police et des organ­i­sa­tions inter­na­tionales de 30 pays.
  • La Com­mis­sion inter­na­tionale catholique pour les migra­tions (CICM) pro­tège et sert les per­son­nes dérac­inées, notam­ment les réfugiés, les deman­deurs d’asile, les per­son­nes déplacées à l’in­térieur de leur pays, les vic­times de la traite des êtres humains et les migrants — indépen­dam­ment de leur foi, de leur race, de leur appar­te­nance eth­nique ou de leur nationalité.
  • Le réseau Tal­itha Kum, le réseau inter­na­tion­al de la vie con­sacrée con­tre la traite des êtres humains, qui compte des mem­bres dans 92 pays.
  • Le COATNET (Car­i­tas), un réseau mon­di­al d’or­gan­i­sa­tions chré­ti­ennes lut­tant con­tre la traite des êtres humains et aidant les sur­vivants de l’esclavage mod­erne, qui compte 45 organ­i­sa­tions chré­ti­ennes (catholiques, angli­canes et ortho­dox­es) dans 39 pays.
  • Les Sœurs catholiques améri­caines con­tre la traite des êtres humains, un réseau nation­al col­lab­o­ratif et con­fes­sion­nel qui pro­pose des for­ma­tions, favorise l’ac­cès aux ser­vices pour les sur­vivants et s’en­gage dans des actions de sen­si­bil­i­sa­tion pour éradi­quer l’esclavage moderne.
  • Reli­gious in Europe Net­work­ing Against Traf­fick­ing and Exploita­tion (RENATE),
    un réseau de 139 organ­i­sa­tions tra­vail­lant dans 31 pays
  • Le Ser­vice Jésuite des Réfugiés (JRS), présent dans 52 pays.
  • Asso­ci­a­tion Comu­nità Papa Gio­van­ni XXIII, en Ital­ie, avec plus de 60 maisons famil­iales hors d’Italie
  • Réseau africain con­tre la traite des êtres humains (ANHAT)
  • Religieux catholique aus­tralien con­tre le traf­ic d’êtres humains (ACRATH)
  • Aus­tralian Anti-Slav­ery Net­work (ACAN), ani­mé par le groupe de tra­vail anti-esclavage de l’archid­iocèse de Syd­ney (CAS)
  • SOLWODI (Sol­i­dar­i­ty with Women in Dis­tress), act­if en Alle­magne, en Autriche, en Roumanie, en Hon­grie et en Afrique.
  • Con­gré­ga­tion de Notre-Dame de Char­ité du Bon-Pas­teur (RGS), parte­naire d’une série de wébi­naires organ­isés par l’Ordre de Malte sur la traite des êtres humains
  • La Com­pag­nie des Filles de la Char­ité de Saint Vin­cent de Paul, fdlc.
  • Soeurs de Saint Louis, avec la Mai­son Bakhi­ta à Lagos (Nigéria), dirigée par Sr. Patri­cia Ebegbulem.

 

18 octo­bre 2022

 

 

 

 

 

 

 

ADLAUDATOSI INTEGRAL ECOLOGY FORUM WEBINARS

OUR MISSION:

THE PURPOSE IS TO SHARE BEST PRACTICES AND PROMOTE ACTIONS AGAINST HUMAN TRAFFICKING.

WE MAKE AVAILABLE TO YOU GUIDES AND RESEARCH ON TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS FROM THE MOST RECOGNISED LEGAL AND OPERATIONAL ACTORS.

AN EXAMPLE FOR CATHOLIC ENTITIES TO FOLLOW: ERADICATE MODERN SLAVERY IN ALL ITS FORMS FROM THE OPERATIONS AND SUPPLY CHAINS OF CATHOLIC ENTITIES IN AUSTRALIA — PROPOSAL OF ACTION PLAN – MODERN SLAVERY RISK MANAGEMENT PROGRAM FROM 2021 TO 30 JUNE 2023

HELP OUR ORGANIZATION BY MAKING A DONATION TODAY!

Adlaudatosi Webinars Videos VIMEO

Videos of the speakers’ interventions adlaudatosi VIMEO

Adlaudatosi Webinars Videos YOUTUBE

Religious Helping Trafficking Victims along the Road of Recovery (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Religious Working In International Advocacy Against Human Trafficking (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Trauma (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Impact Of Human Trafficking On Health: Healing (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Where Are We Now? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — What can be done? (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

International Prosecution Of Human Trafficking — Best Practices (ON-DEMAND VIDEO WEBINAR)

Demand As Root Cause For Human Trafficking – Sex Trafficking & Prostitution

Human Trafficking — Interview with Prof. Michel Veuthey, Order of Malta — 44th UN Human Right Council 2020

POPE’S PAYER INTENTION FOR FEBRUARY 2020: Hear the cries of migrants victims of human trafficking

FRANCE — BLOG DU COLLECTIF “CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS”

Church on the frontlines in fight against human trafficking

Holy See — PUBLICATION OF PASTORAL ORIENTATIONS ON HUMAN TRAFFICKING 2019

RIGHT TO LIFE AND HUMAN DIGNITY GUIDEBOOK

Catholic social teaching

Doctrine sociale de l’Église catholique

Register to our series of webinars adlaudatosi on Human Trafficking

 
 

You have successfully registered !