Select Page

PRESENTATION OF THE BOOK – DU LIVRE of/de KEVIN BALES “BLOOD AND EARTH” “SANG ET TERRE” 2016- LA RELATION ENTRE LA DESTRUCTION DE L’ENVIRONNEMENT ET L’ESCLAVAGE MODERNE : Le secteur de l’esclavage moderne est le troisième plus grand producteur mondial de CO2, après la Chine et les États-Unis

PRESENTATION OF THE BOOK – DU LIVRE of/de KEVIN BALES “BLOOD AND EARTH” “SANG ET TERRE” 2016- LA RELATION ENTRE LA DESTRUCTION DE L’ENVIRONNEMENT ET L’ESCLAVAGE MODERNE : Le secteur de l’esclavage moderne est le troisième plus grand producteur mondial de CO2, après la Chine et les États-Unis

« SANG ET TERRE »

L'esclavage moderne et la relation avec l'écocide de notre planète, le secret pour sauver le monde

Kevin Bales, 2016

 Note : you can find the English version of this article below. 

Kevin Brian Bales  (né en 1952) est l’une des personnalités qui a le plus étudié et documenté la problématique de l’esclavage moderne. Il est professeur « d'esclavage contemporain » à l'Université de Nottingham, co-auteur du Global Slavery Index et cofondateur et ancien président de Free the Slaves. Free the Slaves est l'organisation sœur américaine d'Anti-Slavery International.

 

Si l’esclavage était un État américain, il aurait la population de la Californie et la production économique du District de Columbia, mais il serait le troisième plus grand producteur mondial de CO2, après la Chine et les États-Unis. Et pour les arrêter, nous n’avons pas besoin de plus de lois. Nous devons mettre fin à l’esclavage.

 

Est-il logique que l’esclavage et la destruction de l’environnement aillent de pair? D’une certaine façon, ils proviennent de la même racine. Notre économie de consommation est alimentée à son niveau le plus élémentaire par l’extraction des ressources, en tirant des choses de la terre, une extraction que nous ne voyons jamais. Nous retirons de la nourriture de la terre, bien sûr, mais nos téléphones cellulaires de la terre, nos vêtements, nos ordinateurs, nos téléviseurs à écran plat, nos voitures — tout vient de la terre, même si nous l’oublions aujourd’hui. Dans notre économie moderne de la consommation, la compétition est exacerbée et les coûts sont réduits au minimum, surtout au bas de la chaîne d’approvisionnement qui constitue un monde caché qui garde ses secrets.

Pour arrêter l’esclavage, il faut le comprendre. Ma compréhension initiale de cette combinaison mortelle était purement circonstancielle. Je savais ce que je pensais avoir vu dans le monde entier, cette relation déprédatrice entre esclavage et destruction de l’environnement. Mais les soupçons n’étaient pas suffisants, j’avais besoin de recueillir des preuves réelles et précises, car si le lien entre la destruction de l’environnement et l’esclavage s’avérait réel et que notre consommation pouvait être démontrée pour perpétrer ce crime, rompre ces liens pourrait contribuer à résoudre deux des problèmes les plus graves de notre monde. J’ai pensé que si nous pouvions déterminer comment fonctionne ce cercle vicieux de la misère humaine et de la destruction de l’environnement, nous pourrions aussi découvrir comment y mettre fin.

Il a fallu sept ans pour obtenir une image claire.

Étonnamment, l’esclavage est à l’origine d’une grande partie de la destruction du monde naturel. Mais comment 35,8 millions d’esclaves dans le monde peuvent-ils être si destructeurs? Après tout, alors que 35,8 millions de personnes sont nombreuses, ce n’est qu’une infime fraction de la population mondiale, et les esclaves ont tendance à travailler avec des outils primitifs, des scies, des pelles et des pioches, ou avec leurs propres mains.

Voici l’explication de ces terribles conséquences: les propriétaires d’esclaves sont des criminels qui agissent en dehors de toute loi ou réglementation. Lorsqu’ils exploitent l’or, ils saturent des milliers d’acres de mercure toxique. Lorsqu’ils coupent le bois, ils le coupent et brûlent, emportant quelques arbres de grande valeur et laissant derrière eux un écosystème mort.

En matière de réchauffement climatique, ces esclaves dépassent tous les grands pollueurs. L’addition de la déforestation basée sur l’esclavage et d’autres crimes producteurs de CO2 aboutit à une conclusion qui donne à réfléchir. Si l’esclavage était un État américain, il aurait la population de la Californie et la production économique du District de Columbia, mais il serait le troisième plus grand producteur mondial de CO2, après la Chine et les États-Unis. Il n’est pas étonnant que nous luttions et que nous ne parvenions souvent pas à stopper les changements climatiques et à réduire la quantité de carbone dans l’atmosphère. L’esclavage, l’un des plus grands producteurs de gaz à effet de serre au monde, nous est caché. Les environnementalistes ont raison de réclamer des lois et des traités qui s’appliqueront à la communauté des nations, mais ce n’est pas suffisant. Nous devons également comprendre que les esclaves — qui ne respectent pas ces lois et traités — sont une cause majeure de la destruction du monde naturel. Et pour les arrêter, nous n’avons pas besoin de plus de lois. Nous devons mettre fin à l’esclavage.

Mais il n’y a pas de secrets sur le moteur qui conduit ce cercle vicieux: C’est nous, la culture de consommation de l’hémisphère nord, riche et consommateur de toutes les ressources de la planète.

Dans mon livre, je collecte des preuves et de nombreux exemples pour amener le lecteur à la réflexion. Par exemple, ce n’est jamais un moment de bonheur quand on achète une pierre tombale. L’Allemagne manque de pierres tombales…

Ajoutez à cela une demande croissante pour des comptoirs de cuisine en granit en Amérique et en Europe.

Aux États-Unis, le coût moyen d’installation de ces comptoirs varie de 2 000 $ à 8 000 $, mais le prix facturé par les exportateurs indiens pour du granit rouge poli est de seulement 5 $ à 15 $ le mètre carré, ce qui équivaut à environ 100 $ pour tout le granit dont votre cuisine a besoin.

Les pierres tombales en granit rouge qui se vendent pour 500 $ à 1 000 $ aux États-Unis, et plus en Europe, sont achetées en vrac en Inde pour aussi peu que 50 $, plus un droit d’importation américain de seulement 3,7 pour cent.

L’esclavage dans les carrières de granit est une affaire de famille imposée par un stratagème délicat basé sur la dette. Lorsqu’une famille pauvre vient chercher du travail, les patrons de la carrière sont prêts à l’aider avec une «avance» sur salaire pour l’aider à s’installer. Le riz et les haricots qu’ils mangent, les débris de pierres qu’ils utilisent pour construire une hutte sur le côté de la carrière, les marteaux et les pieds-de-biche dont ils ont besoin pour faire leur travail, tout cela est fourni par le patron et ajouté à la dette de la famille. Cette servitude pour dettes est illégale, mais les travailleurs analphabètes ne le savent pas.

L’esclavage est un excellent moyen de réduire vos coûts, mais il y a une autre raison pour laquelle le granit est si bon marché — les carrières elles-mêmes sont illégales, elles ne paient ni permis d’exploitation minière ni taxes. Les parcs forestiers protégés de l’État et les parcs forestiers nationaux reposent sur des dépôts de granit, et un pot-de-vin ici et là encourage la police locale et les gardes forestiers ferment les yeux.

Voici comment se présente la version du vingt et unième siècle des maîtres-esclaves: ils sont propres, bien nourris et fiers de leur métier. Cette carrière, en Inde taillée dans une forêt nationale protégée, produit non pas du granit, mais des grandes dalles de grès utilisées dans les villes européennes pour paver des places et des places. Son propriétaire est fier de nous faire visiter son entreprise, il apparaît sur une photo, bien habillé, au sommet de sa carrière, devant des familles d’esclaves avec leurs enfants, qui découpent, portent et polissent les pierres qui seront ensuite envoyées en Occident à leurs clients. Son système d’esclavage basé sur la dette semble lui donner toute légitimité morale, il est un entrepreneur à succès.

Les cinéastes allemands qui ont fait des recherches sur la pénurie de pierres tombales ont découvert des conditions de travail médiévales et des familles en esclavage. Soudainement, le fait de se souvenir et d’honorer la vie d'un être cher a pris une tournure affreuse, entachée par les images d'enfants esclaves qui façonnaient et polissaient la pierre qui devaient célébrer ces tombes et leurs défunts.

Nous savons que, même s'il vient de l'Inde, le granit produit en esclavage est bon marché. Nous savons aujourd’hui que, s'il faut polir et sculpter habilement les noms et les dates, ces pierres tombales lourdes, denses et pointues seront d'abord manipulées par les enfants, qui en prendront "grand soin", bien sûr, puisque le maître des esclaves les observe.

Les téléphones cellulaires sont devenus des cordons ombilicaux électroniques qui nous relient à nos enfants, nous pensons à Steve Jobs, à des Iphones utiles et merveilleux... nous pensons généralement à ces objets en relation avec le lieu où nous les avons rencontrés pour la première fois, au magasin, au centre commercial, à l'épicerie.

Les crevettes, le poisson, l'or, les diamants, l'acier, le bœuf, le sucre et les autres fruits de l'esclavage et de la dévastation environnementale affluent dans nos marchés de l'Amérique du Nord, de l'Europe, du Japon et, de plus en plus, de la Chine. Les profits générés par le commerce de ces matières sont réinvestis dans la chaîne pour en augmenter la capacité productive et alimentent davantage encore les dépravations contre le monde naturel, poussent plus de gens vers l'esclavage. Nos dépenses alimentent une machine criminelle dans mouvement perpétuel qui mange les gens et la nature comme un cancer.

Eh bien, aujourd’hui nous savons et nous pouvons prouver que le changement environnemental fait partie du moteur de l'esclavage, surtout dans les pays où la corruption est omniprésente. Les pauvres sont les premiers touchés par les changements environnementaux. C'est ce qui s'est produit dans des pays comme le Mali, l'Asie en général, le Brésil où les changements climatiques laissent les fermiers dans le deuil et les rendent vulnérables.

Les esclaves attirés ou capturés parmi des migrants vulnérables sont alors contraints d'arracher la terre ou de niveler les forêts, achevant ainsi ce cycle de destruction.

Ce sont des exemples solidement documentés et les histoires des hommes et des femmes qui tombent dans les pièges d’hommes d’affaires sans scrupules que je raconte dans mon livre.

"Blood and Earth", un livre passionnant et parmi les mieux documentés sur l'esclavage moderne que nous vous encourageons à lire. 

https://www.amazon.com/Blood-Earth-Modern-Slavery-Ecocide/dp/0812995767/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1521110813&sr=8-1&keywords=kevin+bales&dpID=51SpwiJi03L&preST=_SY291_BO1,204,203,200_QL40_&dpSrc=srch

BLOOD AND EARTH : Modern slavery, ecocide and the secret to saving the world

Kevin Bales, 2016

 

Does It makes sense that slavery and environmental destruction would go hand in hand ? In some ways they spring from the same root. Our consumer economy is driven at its most basic level by resource extraction, pulling things from the earth, an extraction that we never actually see. We pull food from the earth, of course, but we also pull our cellphones from the earth, our clothing, our computers, our flat-screen televisions, our cars—it all comes from the earth.  Costs are driven down as low as they can go, especially at the bottom of the supply chain: It’s a hidden world that keeps its secrets.

To stop slavery, we have to understand it. My initial comprehension of this deadly combination was purely circumstantial. I knew what I thoughtI had seen all over the world, but suspicions weren’t good enough. I needed to collect real and careful proof, because if the link between environmental destruction and slavery proved realand our consumption could be demonstrated to perpetuate this crime, then breaking these links could contribute toward solving two of the most grievous problems in our world. I thought if we could pin down how this vicious cycle of human misery and environmental destruction works, we could also discover how to stop it.

To get a clear picture has taken seven years.

Surprisingly, slavery is at the root of much of the natural world’s destruction. But how canthe estimated 35.8 million slaves in the world really be that destructive? After all, while 35.8 million is a lot of people, it is only a tiny fraction of the world’s population, and slaves tend to work with primitive tools, saws, shovels, and picks, or their own bare hands. Here’s how: slaveholders are criminals, operating firmly outside of any law or regulation. When they mine gold they saturate thousands of acres with toxic mercury. When they cut timber, they clear-cut and burn, taking a few high-value trees and leaving behind a dead ecosystem.

When it comes to global warming, these slaveholders outpace all but the very biggest polluters. Adding together their slave-based deforestation and other CO2-producing crimesleads to a sobering conclusion. If slavery were an American state it would have the population of California and the economic output of the District of Columbia, but it would be the world’s third-largest producer of CO2, after China and the United States. It’s no wonder  that we struggle and often fail to stop climate change and reduce the atmospheric carbon count. Slavery, one of the world’s largest greenhouse gas producers, is hidden from us. Environmentalists are right to call for laws and treaties that will apply to the community of nations, but that is not enough. We also have to understand that slavers—who don’t adhere to those laws and treaties—are a leading cause of the natural world’s destruction. And to stop them, we don’t need more laws. We need to end slavery.

But there’s no secret about the engine driving this vicious cycle. It is us—the consumer culture of the rich north.

It’s never a happy moment when you’re shopping for a tombstone. Germany has a tombstone shortage.

Add to this a growing demand for granite kitchen countertops in America and Europe.

In the United States, the average cost of installing those countertops runs from $2,000 to $8,000, but the price charged by Indian exporters for polished red granite is just $5 to $15 per square meter—that comes to about $100 for all the granite your kitchen needs.

The red granite tombstones that sell for $500 to $1,000 in the United States, and more in Europe, are purchased in bulk from India for as little as $50, plus a US import duty of just 3.7 percent.

Slavery in granite quarries is a family affair enforced by a tricky scheme based on debt. When a poor family comes looking for work, the quarry bosses are ready to help with an “advance” on wages to help the family settle in. The rice and beans they eat, the scrap stones they use to build a hut on the side of the quarry, the hammers and crowbars they need to do their work, all of it is provided by the boss and added to the family’s debt. Just when the family feels they may have finally found some security, they are being locked into hereditary slavery.This debt bondage is illegal, but illiterate workers don’t know this.

Slavery is a great way to keep your costs down, but there’s another reason why that granite is so cheap—the quarries themselves are illegal, paying no mining permits or taxes. The protected state and national forest parks rest on top of granite deposits, and a bribe here and there means local police and forest rangers turn a blind eye.

Here’s the twenty-first-century version of slave masters: clean, well-fed, and proud of his business. This quarry, in India carved out of a protected national forest, is producing not granite but the big sandstone slabs used in European cities for paving squares and plazas.

German filmmakers researching the tombstone shortage found medieval working conditions and families in slavery. Suddenly, the care taken to remember and mark the lives of loved ones took an ugly turn suddenly marred by images of slave children shaping and polishing the stone that marked those graves.

We know that, even though it comes all the way from India, slave-produced granite is cheap. We also know that, while some polishing and skillful carving of names and dates is needed, those heavy, dense, and sharp tombstones will first be handled by children, though they will be taking “great care,” of course, since the slave master is watching.

Cellphones have become electronic umbilical cords connecting us with our children, we think of Steve Jobs, useful and wonderful Iphones… we generally think of these things as beginning where we first encountered them, at the shop, at the mall, in the grocery store.

Shrimp, fish, gold, diamonds, steel, beef, sugar, and the other fruits of slavery and environmental devastation flow into the stores of North America, Europe, Japan, and, increasingly, China. The profits generated when we go shopping flow back down the chain and fuel more assaults on the natural world, drive more people toward enslavement. Our spending drives a criminal perpetual motion machine that eats people and nature like a cancer.

Well, we know environmental change is part of the engine of slavery, especially in countries where corruption is rife. The sharp end of environmental change, comes first to the poor. This has happened in countries like Mali, overall Asia, Brazil where climate changes are leaving famers bereft and vulnerable.

Slaves lured or captured from the pool of vulnerable migrants are then forced to rip up the earth or level the forests, completing the cycle.

"Blood and Earth", a captivating and inspiring book for promoting the end of slavery, that we strongly encourage you to read.

 

 

 

 

 

 

 

About The Author

OUR MISSION:

THE PURPOSE IS TO SHARE BEST PRACTICES AND PROMOTE ACTIONS AGAINST HUMAN TRAFFICKING.

WE MAKE AVAILABLE TO YOU GUIDES AND RESEARCH ON TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS FROM THE MOST RECOGNISED LEGAL AND OPERATIONAL ACTORS.

Catholic social teaching

Doctrine sociale de l’Église catholique

Pope Francis joins religious leaders of different faiths, in fight against modern slavery

Michel Veuthey talks about the Order of Malta’s involvement in fighting human trafficking

Gaudete et exsultate- A guide to Christianity for the 21st Century: the new Apostolic Exhortation of Pope Francis

QUELS SONT LES OBJECTIFS, LES MOYENS ET LES VALEURS QUI ANIMENT LA POLITIQUE EXTÉRIEURE DU VATICAN DIRIGÉ PAR LE PAPE FRANÇOIS ?

A WOMAN CAPTURED – Domestic slave for 10 years

THE ENOUGH PROJECT – END CONFLICTS & SUPPLY CHAINS

TED – HOW TO FIGHT MODERN SLAVERY (Kevin Bales)?

BLOOD AND EARTH : MODERN SLAVERY, ECOCIDE AND THE SECRET TO SAVING THE WORLD

NEW CANNIBAL MARKETS : GLOBALIZATION AND COMMODIFICATION OF THE HUMAN BODY

Photographer Lisa Kristine travels the world documenting the unbearably harsh realities of modern-day slavery

Recent Posts

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!

%d bloggers like this: